UTOPIA SAINTE BERNADETTE
5 avenue du Docteur Pezet, 34090 Montpellier (Tram 1 Saint Eloi)


INFOS PRATIQUES et TARIFS

LA GAZETTE UTOPIA (à télécharger au format PDF)
Où trouver la gazette (carte des dépôts)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de la...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

À LA VIE À LA MORT
Quelle joie de se retrouver sous les étoiles hier à Berat, en Haute-Garonne!Expo, rencontre et ciné avec Nevada. Quel bonheur.Déjà 200 personnes pour les prémisses d’un nouveau lieu vivant et pluridisciplinaire co animé par les habitants. Ce sont les premières festivités de l’été d’Utopia et du ...

EL

Luis BUÑUEL - Mexique 1953 1h31mn VOSTF - avec Arturo de Cordova, Delia Garces, Luis Beristain, Manuel Donde... Scénario de Luis Buñuel et Luis Alcoriza, d’après le roman de Mercedes Pinto.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

ELEl – sorti et encore désigné en France sous le titre tartignole de Tourments – est sans doute le chef-d’œuvre le moins connu de Luis Buñuel, l’un des sommets de sa période mexicaine (à l’égal de Los Olvidados ou L’Ange exterminateur, beaucoup plus célèbres et célébrés) et par ailleurs l’un des préférés de son auteur, qui déclarait avec l’humour sardonique qu’il maniait à merveille : « Peut-être est-ce le film où j’ai mis le plus de moi-même. Il y a quelque chose de moi dans le protagoniste. […] Je partage le sentiment qu’il éprouve lorsqu’il voit les gens tout en bas, comme des fourmis, et qu’il dit : j’aimerais être Dieu, pour les écraser… »

Lors d’une messe de la semaine sainte, Francisco Galvan, riche propriétaire foncier, personnage influent de la paroisse et officiant laïque, porte la bassine d’eau auprès du prêtre qui lave les pieds des fidèles. C’est ainsi qu’il repère la sensualité d’un pied féminin dans une chaussure à talon. Francisco reste obnubilé par cette vision sensuelle, il n’a de cesse de découvrir l’identité de la jeune femme. Il finit par la retrouver et, après une cour pressante et expéditive, Gloria devient son épouse, alors même qu’elle était fiancée à Raoul, ami supposé de Francisco… Dès leur voyage de noces, la malheureuse va découvrir la vraie nature de son époux et deviner le calvaire que sera la vie à ses côtés…
La lune de miel terminée, on entre dans la demeure de Francisco comme dans son cerveau. C’est un tyran, aliéné par sa passion dévorante pour Gloria, nourrissant une jalousie morbide et destructrice. Ce grand bourgeois parfaitement intégré à la haute société, catholique jusqu’à la bondieuserie, prétendument attaché à de hautes valeurs morales, se comporte comme un fou furieux, gagné par une paranoïa intense, un délire de persécution qui le conduit à martyriser et aliéner sa jeune épouse. Le film est d’une précision imparable, d’une férocité radicale. Grandiose !