UTOPIA SAINTE BERNADETTE
5 avenue du Docteur Pezet, 34090 Montpellier (Tram 1 Saint Eloi)


INFOS PRATIQUES et TARIFS

LA GAZETTE UTOPIA (à télécharger au format PDF)
Où trouver la gazette (carte des dépôts)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de la...

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

À LA VIE À LA MORT
Quelle joie de se retrouver sous les étoiles hier à Berat, en Haute-Garonne!Expo, rencontre et ciné avec Nevada. Quel bonheur.Déjà 200 personnes pour les prémisses d’un nouveau lieu vivant et pluridisciplinaire co animé par les habitants. Ce sont les premières festivités de l’été d’Utopia et du ...

CARAVAGE

Michele PLACIDO - Italie 2022 1h58mn VOSTF - avec Riccardo Scamarcio, Isabelle Huppert, Louis Garrel, Lolita Chammah, Michele Placido, Micaela Ramazzotti... Scénario de Sandro Petraglia, Michele Placido et Fidel Signorile.

Du 25/01/23 au 21/02/23

CARAVAGESans être forcément connaisseurs de la peinture italienne des 16e et 17e siècles, nous sommes nombreux à nous être extasiés un jour devant un tableau de Michelangelo Merisi da Caravaggio, connu en France sous le nom de Caravage ou Le Caravage, peintre lombard qui révolutionna la peinture transalpine et sonna picturalement parlant la fin de la Renaissance. Bacchus, Les Tricheurs, Judith et Holopherne, La Conversion de Saint Paul, La Crucifixion de Saint Pierre, La Mort de la Vierge… autant d’œuvres qui ont marqué à jamais les amateurs d’Art. Mais Caravage fut connu en son temps – même si les historiens s’accordent à dire que le trait a été grossi par les historiographes catholiques – autant pour ses tableaux que pour sa vie dépravée et violente, fréquentant jeunes prostituées et voyous, se battant fréquemment jusqu’au sang.



Le récit du film, qui couvre les dernières années de la vie du peintre jusqu’à sa mort en 1610 dans des circonstances encore non élucidées, commence au moment où Caravage s’enfuit de Rome où il a son atelier, suite au duel à l’épée au cours duquel il a trucidé un jeune nobliau. Pour échapper à la justice pontificale en même temps qu’aux menaces des proches de sa victime, il gagne Naples où il entame des démarches pour obtenir la grâce du pape. Lequel va dépêcher un émissaire – « L’Ombre », seul personnage totalement fictionnel du film – pour enquêter sur la moralité et les éventuels crimes de l’intéressé avant de statuer sur le bien fondé de sa requête.
Même si le scénario est centré sur cette dernière année fatale, de nombreux flashbacks permettent de découvrir les personnages qui ont marqué la vie de Michelangelo Merisi : notamment Constanza Colonna, marquise de Caravage (la commune lombarde qui a donné son pseudonyme à Michelangelo Merisi), qui a toujours protégé le peintre depuis son plus jeune âge et qui a permis au garçon d’origine modeste d’accéder aux milieux ecclésiastiques de haut rang, et même aux sphères pontificales. Mais aussi les modèles et égéries qui furent la chair de son œuvre : Lena, prostituée à la beauté sublime qui envouta nombre de prélats et fut plusieurs fois un modèle pour des vierges ; et la rousse et turbulente Anna Bianchini, autre magnifique catin dont il peignit même le cadavre pour La Mort de la Vierge.

Car ce que montre bien Michele Placido, c’est comment Caravage a introduit dans la peinture religieuse une authenticité saisissante en utilisant pour ses modèles bibliques exclusivement des gens de la rue : clochards, petits malfrats, filles de joie. C’est cette authenticité, alliée à sa technique novatrice du clair-obscur, qui marqua à jamais l’histoire de la peinture. Mais qui lui attira aussi les foudres d’une partie des milieux religieux, choqués de savoir que les personnages – en particulier bibliques – qu’ils admiraient avaient été incarnés par les pires pécheurs et pécheresses de Rome.