Loading
LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 47€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séance sur fond gris : 4€
Moins de 14 ans : 4€
(paiements uniquement en chèques et en espèces)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

SÉANCES BÉBÉS
Les séances “bébé” sont des séances où les parents peuvent venir avec leur nouveaux nés. Et déguster un film pendant qu’ils roupillent dans leurs bras. Les séances sont évidemment ouvertes à tous les spectateurs, il suffit de savoir qu’il peut arriver qu’un bébé fasse du bruit en suçant son pouc...

CINÉ TRICO'THÉ
    Prochain CINÉ TRICO’THÉ, le samedi 2 décembre pour la séance de AU REVOIR LA-HAUT à 13h50. Retrouvons-nous dans le hall après la projection du film, pour en discuter autour d’un thé et … tricoter ! Disons vers 15h40 !... Lire CINÉ TRICO'THÉ...

APPEL À PARTICIPATION
À force de tricoter bien au chaud, en papotant au ciné, un projet est né : l’envie de réaliser un ouvrage collectif, de petits carrés d’environ 10cm x10cm, cousus les uns aux autres pour former des couvertures. Que nous enverrons à l’Auberge des migrants, à Calais. L’hiver approche – plus ru...

Manger sans paysans

Du 01/04/09 au 01/05/09

Une fois par mois, un petit déjeuner est organisé le dimanche matin à 10h (vous portez les brioches, on offre le café et le thé), suivi d'une projection/débat.

Manger sans paysans, la fin de la culture paysanne ?
Image de Herbe de M. Levain et O. PorteL’alimentation nous concerne tous. La disparition de la culture paysanne est une question qui ne peut être laissée aux seuls agriculteurs et agricultrices qui sont confrontés au quotidien à leur survie économique. Il n'est pas tolérable que, sans discussion publique, des technocrates et des multinationales nous imposent des choix irréversibles. Faire disparaitre au cours des prochaines années la plus grande partie des fermes et privatiser sous le contrôle de quelques trusts industriels la biodiversité, c'est l'objectif de la politique agricole commune de l’Union Européenne. Ce seront les pays pauvres de la planète et les multinationales de l’agro-alimentaire qui vont nous nourrir dorénavant. Moins de paysans, cela signifie plus d’agri-managers, plus d’agriculture industrielle, plus de poisons, plus d’aliments génétiquement modifiés, plus de maladies et l'exploitation cynique de milliers d’ouvriers agricoles vivant dans la précarité et sans droits. Comme conséquence ultime, le développement actuel aboutira à la disparition totale de la culture paysanne qui s’est forgée pendant des siècles et nous a façonnés. La question existentielle est ainsi posée.
Tout ceci impose un débat entre citadins et ruraux.

Pour plus d’informations, ça se passe ici.


  • Petit déjeuner dimanche 29 mars à 10h (portez de bonnes choses produites localement, on offre le café…). Débat organisé dans le cadre de la Semaine Contre les Pesticides.

    HOMO TOXICUS

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Voici une bonne enquête très pédagogique, et hardiment menée. Une enquête à la première personne sur les substances chimiques qui s’accumulent dans les tissus humains, et que plusieurs études associent désormais à certains cancers, à des déficiences du système immunitaire et nerveux et à des problèmes de fertilité humaine. Des saumons au mercure aux vêtements ignifugés, des bouteilles d'eau que nous tétons aux ordinateurs que nous respirons, les substances toxiques sont partout et leurs effet... (lire la suite)


  • MANGER SANS PAYSANS : la fin de la culture paysanne ?
    Dimanche 10 Mai à 10h Petit déjeuner (on offre le café, on compte sur vous pour les brioches et autres délices maison…), suivi d’un débat animé par Bob Perrière coordinateur de l’association BEDE (Biodiversité, Echanges et Diffusion d’Expériences).

    L’OR VERT DES INCAS

    (ATTENTION ! Cette page est une archive !)

    Quel est le point commun entre les montagnes péruviennes et les plaines de l’Idaho ? On y cultive la pomme de terre. Mais la variété standard, qui s’impose partout, est fragilisée par les techniques modernes. L’agriculture traditionnelle péruvienne, au contraire, préserve la biodiversité. Traditionnellement, les Péruviens cultivent quelque 5000 variétés de pommes de terre. Mais seuls quelques privilégiés possèdent encore les graines de ces tubercules et les connaissances ancestrales de leur c... (lire la suite)