LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances happy hour à 4,5€
Parking voie aux vaches
(bus ligne 1 arrêt Debussy)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Éducation à l’image et à l’environnement... Séances de groupes à Volonté !
Crèches, écoles, collèges, lycées, centres de loisirs, anniversaires, enseignement supérieur… Vous souhaitez voir un film en groupe, pour le plaisir ou pour un projet pédagogique ? Contactez-nous : 03 25 40 52 90 ou à pont-sainte-marie@cinemas-utopia.org.NOUS ORGANISONS DES SÉANCES À LA CARTE, e...

Utopia Pont-Sainte-Marie ouverture imminente !
Vous êtes impatients ! Vos nombreux appels le montrent… et nous aussi ! Nous sommes définitivement sur les starting-blocks ! Quelques réglages encore sur la ventilation, le chauffage… nous dit-on… En tout cas, la cheminée fonctionne ! En attendant on continue de mettre les choses en place et de ...

Des nouvelles du Front de L’Est !
100 000€ citoyens ! Bravo ! C’est la somme déjà récoltée grâce à vous, à vos petites gouttes d’eau citoyennes mises bout à bout, au soutien des artistes (Béatrice Tabah en tête !) et de l’association de futurs spectateurs aubois ARCEAU qui organisent des expositions-vente a...

Juin 2020 : Travaux en vue ! Il y a comme des petits airs de printemps et de bien belles nouvelles !
Good news et appel d’offre !Chers toutes et tous,CÔTÉ FINANCES : Votre soutien a joué et continue de jouer un rôle primordial dans cette aventure ! Vos voix alliées à celles des professionnels du Cinéma, au FEDER (l’Europe qui contribue pour 300000€), le soutien de notre banque ...

Vendredi 17 mai à 20h séance suivie d’un débat avec le réalisateur Éric Lebel. Rendez-vous hebdomadaire tous les week-ends avec ce film coup de cœur.

À L’OMBRE DE L’ABBAYE DE CLAIRVAUX

Éric LEBEL - documentaire France 2024 1h33mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

À L’OMBRE DE L’ABBAYE DE CLAIRVAUXPlongée passionnante dans les secrets dessous d’une grande, d’une immense dame, monumentale (30 000 m2 de superficie de bâtisses sur près de 30 hectares). Si elle est faite de pierre, elle n’en est pas moins vibrante, organique et diffuse une telle présence charnelle qu’il est impossible de rester de marbre. C’est qu’elle en a vu passer du monde, notre héroïne, toujours indifférente à la laideur des humains ou à leurs artifices ! Ne cédant pas plus à leurs éclats de rire qu’à leurs prières ou leurs gémissements. D’abord Abbaye Cistercienne rayonnante (elle fut construite pour cela), ensuite geôle de la République, la voilà désormais en partance pour une nouvelle naissance, une nouvelle destination, droite dans ses fondations depuis 1115. Bientôt un millénaire ! Plus qu’un trésor architectural, elle est un personnage clé, à la présence hypnotique, qui nous parle de nous-mêmes sans dire un mot. Elle exprime les temps de gloire des hommes, leurs déchéances aussi. Elles s’incarnent dans les fissures de ses murs, comme autant de rides ; dans les graffitis de ses crépis, comme autant de cicatrices. Loin d’en être défigurée, elle en est encore plus touchante, plus attachante, cette abbaye-fille de Cîteaux. On devine en la surplombant (sublime vue du ciel par laquelle débute le documentaire) sa gloire passée, ses allées grouillant de monde, de moines affairés – l’un des principes fondateurs de l’ordre cistercien, jamais démenti, est de fuir, grâce au travail manuel, l’oisiveté. Celle-là même que, des siècles plus tard, une poignée de détenus tentent de combattre pour fuir l’ennui de leur captivité en attendant d’être transférés vers d’autres établissements pénitentiaires puisque Clairvaux, en tant que maison centrale, va fermer. Et voilà deux de ces « longues peines » sous l’œil de la caméra attentive, attentionnée. Ils s’appellent Pierre-Jean et Michel… Chacun trop humain et désarmant à sa manière, quels que furent leurs passés. L’un occupe ses mains en créant inlassablement des maquettes qui évoquent la vie du dehors, l’autre méditant pour élever son être, un peu à la manière des abbés qui consacrèrent tant de temps à bâtir Clairvaux, ses cellules, sans imaginer peut-être que ces lieux d’isolement choisi deviendraient un jour des lieux d’incarcération imposée.

Le documentaire nous entraîne ainsi intelligemment vers une réflexion délicate et profonde sur l’enfermement, les enfermements devrait-on dire, car tous n’ont pas la même densité selon qu’ils sont contraints ou consentis. C’est un peu comme ces parentèles, ces cousinages qu’on se choisit dans la vie au-delà de nos familles génétiques, que l’on subit parfois, tout comme leurs préjugés qui nous emprisonnent moralement. La parole des détenus va être mise en résonance avec celle de deux bénédictins, Frère Pierre-André et Frère Benoît, qui ont fait vœu de clôture et choisi de s’extraire de la société, tous deux membres de l’Abbaye-mère Notre-Dame de Cîteaux, Fondatrice de l’Ordre Cistercien…
On entendra aussi l’administration pénitentiaire, les gardiens, leur attachement à ces lieux de misère… Sans pathos, mais sans concession, c’est une traversée de la condition humaine dans tous ses états qui nous est donnée à voir : de sa lumière à ses zones d’ombres, à travers le temps. Car Clairvaux, c’est aussi un haut lieu de l’histoire de France, de notre culture, où furent incarcérés autant des résistants que des collaborateurs, des personnages de roman…
Désormais, la moindre pierre de l’édifice vous semblera chargée de murmures, de prières, de gémissements, d’une âme véritable.