LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances happy hour à 4,5€
Parking voie aux vaches
(bus ligne 1 arrêt Debussy)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Éducation à l’image et à l’environnement... Séances de groupes à Volonté !
Crèches, écoles, collèges, lycées, centres de loisirs, anniversaires, enseignement supérieur… Vous souhaitez voir un film en groupe, pour le plaisir ou pour un projet pédagogique ? Contactez-nous : 03 25 40 52 90 ou à pont-sainte-marie@cinemas-utopia.org.NOUS ORGANISONS DES SÉANCES À LA CARTE, e...

Utopia Pont-Sainte-Marie ouverture imminente !
Vous êtes impatients ! Vos nombreux appels le montrent… et nous aussi ! Nous sommes définitivement sur les starting-blocks ! Quelques réglages encore sur la ventilation, le chauffage… nous dit-on… En tout cas, la cheminée fonctionne ! En attendant on continue de mettre les choses en place et de ...

Des nouvelles du Front de L’Est !
100 000€ citoyens ! Bravo ! C’est la somme déjà récoltée grâce à vous, à vos petites gouttes d’eau citoyennes mises bout à bout, au soutien des artistes (Béatrice Tabah en tête !) et de l’association de futurs spectateurs aubois ARCEAU qui organisent des expositions-vente a...

Juin 2020 : Travaux en vue ! Il y a comme des petits airs de printemps et de bien belles nouvelles !
Good news et appel d’offre !Chers toutes et tous,CÔTÉ FINANCES : Votre soutien a joué et continue de jouer un rôle primordial dans cette aventure ! Vos voix alliées à celles des professionnels du Cinéma, au FEDER (l’Europe qui contribue pour 300000€), le soutien de notre banque ...

LOVE LIES BLEEDING

Rose GLASS - USA / GB 2023 1h45mn VOSTF - avec Kristen Stewart, Katy O’Brian, Ed Harris, Jena Malone, Anna Baryshnikov, Dave Franco... Scénario de Rose Glass et Weronika Tofilska.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LOVE LIES BLEEDING« Du sang, de la sueur et des larmes » : si ces dernières seront sans doute timidement distillées (il faut quand même avoir un sens assez particulier du romantisme), nul doute que Love lies bleeding restera longtemps dans nos mémoires comme un fascinant mélange érotique des deux premiers. La sueur, omniprésente, qui fait luire les corps sculptés dans la pénombre de la salle de sport – et qui s’échange dans des étreintes fougueuses et passionnées. Le sang, abondant, qui suinte et qui coule sous les tortures, les agressions – comme sous les étreintes fougueuses et (trop) passionnées. Dans cet étonnant thriller amoureux mené sur un rythme effréné au cœur de l’Amérique profonde des années 80, Lou (Kristen Stewart, qui explose avec jubilation les derniers fragments de son image soignée de jeune fille modèle imposée par Twillight) et Jackie (Katy O’Brian, actrice bodybuildeuse bouleversante, évadée des blockbusters Marvel) forment un couple à la Bonnie & Clyde, sulfureux et explosif.

Lou s’ennuie à mourir à gérer une salle de sport miteuse dans la petite ville paumée du Nouveau-Mexique dont elle n’est jamais sortie. Quand elle rencontre Jackie, culturiste de passage, c’est le coup de foudre. Intense. Total. Malheureusement, tout se complique quand Jackie trouve un job dans le club de tir tenu par Lou Senior, le père de Lou (par ailleurs également proprio de la salle de muscu). Un mafieux notoire qui tient la ville en coupe réglée et qui voit d’un mauvais œil naître l’idylle et sa fille s’émanciper. Corruption, trafic d’armes, assassinats… Prises malgré elles dans une spirale infernale, Jackie et Lou vont devoir se battre pour échapper aux griffes de ce père givré, fondu d’armes à feu, collectionneur d’insectes, manipulateur froid (Ed Harris campe un caïd terrifiant, relooké par un coiffeur cocaïnomane). Si Lou, calme et réfléchie, ne sait pas trop quoi faire de sa vie, Jackie en revanche, puissante, impulsive, animale, est tout entière tournée vers son ambition de remporter un concours de culturisme à Las Vegas. Unies par un amour irréductible, Lou et Jackie semblent invulnérables aux pièges qui leur sont tendus – bien décidées à rendre coup pour coup, blessure pour blessure, et à s’extirper de ce cloaque étouffant. Mais on n’échappe pas si facilement à l’emprise de Lou Sr., ni au soleil écrasant du Nouveau-Mexique…

L’Amérique profonde des années 80 réinventée par la réalisatrice britannique Rose Glass est un bijou de fantasme de cinéphile. Stylisée à l’extrême, avec sa poussière ocre, ses lumières bleues en halo qui traversent les persiennes, on y retrouve avec gourmandise tous les archétypes du thriller érotico-sanglant hollywoodien des années Reagan – mais détournés dans une veine queer joyeusement décomplexée et vengeresse. Toxicité, emprise, chantage, violence conjugales… Love lies bleeding fait un sort à l’image lissée du bonheur familial made in USA. Rose Glass pose sur les corps, le désir, les affres de la chair, les pulsions de violence un regard tantôt sérieux (dans ses échappées les plus invraisemblablement loufoques), tantôt narquois (pour filmer les situations les plus réalistes). Sans être outrageusement gore, le film dénote une sincère fascination pour les corps nus, caressés ou violentés, moites et sanguinolents. Cette esthétique hyper étudiée est mise au service d’un récit haletant, mené par des héroïnes qui se révèlent de plus en plus attachantes au fur et à mesure que l’intrigue les enferme dans les méandres inextricables de ses machinations. À la fois furieusement moderne et agréablement vintage, relevé d’un humour décapant, Love lies bleeding nous laisse pantelant et ravi.