MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA - N°290 ( du 19 juin au 30 juillet 2019) À TÉLÉCHARGER
Couv-290.jpg, juin 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°290 ( du 19 juin au 30 juillet 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°289 ( du 15 mai au 18 juin 2019) À TÉLÉCHARGER
Couv-289.jpg, mai 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°289 ( du 15 mai au 18 juin 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°288 ( du 3 avril au 14 mai 2019) À TÉLÉCHARGER
couv-288-web.jpg, avr. 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°288 ( du 3 avril au 14 mai 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°287 ( du 27 février au 2 avril 2019) À TÉLÉCHARGER
COUV-287.jpg, mar. 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°287 ( du 27 février au 2 avril 2019) À TÉLÉCHARGER...

Séance exceptionnelle le dimanche 27 mars à 16h40 à Utopia St-Ouen en point d’orgue, apothéose, repos, de la promenade familiale pour dire oui à la vie, non aux pesticides, organisée par Générations Futures ( ex MDRGF ), suivie d’une rencontre autour d’une dégustation de vin produit en viticulture biodynamique.
*Participation en sus du ticket habituel Utopia de 2 euros pour la petite dégustation

Rendez-vous dimanche 27 mars 13h 30 devant la gare de Liesse à St-Ouen l’Aumône. 
Plus d’info: appelez Alain 06 62 13 65 51  ou allez  sur le site : www.semaine-sans-pesticides.fr

LA CLEF DES TERROIRS

Guillaume BODIN - documentaire France 2010 1h30mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA CLEF DES TERROIRSLe Mondovino de Jonathan Nossiter (qui revient avec une comédie loufoque : Rio sex comedy) nous avait déjà mis la puce à l’oreille : quel que soit le prestige de la bouteille et des noms de châteaux classés, évoquant luxe et volupté, les prétendus grands vins ne sont malheureusement pas uniquement affaire de terroirs millénaires parfaitement exposés. Dans Mondovino, on découvrait par exemple que l’alchimie des grands Bordeaux tenait beaucoup plus à la chimie entretenue par des savants fous, comme l’incroyable personnage qu’est Michel Rolland qui s’employait à créer des goûts formatés susceptibles de plaire au goût mondialisé…On voyait le fondateur de la dynastie Mondavi, maître californien mondial de la planète vinicole, rêver d’implantations de vignes sur Mars…On est bien loin de la notion de terroir.

Pourtant le vin est avant tout le produit d’un territoire, d’un sol, d’une exposition, et de pratiques agricoles souvent ancestrales. C’est ce que s’efforce de rappeler, depuis 1924 (!!!), l’agriculture biodynamique. Cette pratique prend son origine dans une conférence donnée par le grand philosophe Rudolf Steiner à des agriculteurs allemands leur enjoignant de ne pas oublier totalement les savoirs millénaires au profit des nouvelles techniques agro-industrielles. Steiner, dans sa conception aussi spirituelle que scientifique, concevait le terroir comme un ensemble vivant à part entière s’intégrant dans une harmonie qu’il ne fallait pas briser, respectant par exemple les cycles de la journée, de l’année mais aussi les cycles lunaires. 70 ans avant l’affaire de la vache folle, il dénonçait les dangers de l’alimentation du bétail avec des farines animales et bien avant que les époux microbiologistes Bourguignon ne rappellent leur importance (notamment dans le film de Coline Serreau), il soulignait l’importance des micro-organismes dans les sols.

Le jeune Guillaume Bodin (24 ans, de l’énergie et du talent) est avant tout viticulteur de formation, ayant parfait sa formation en Savoie, en Bourgogne et même en Nouvelle Zélande. Mais à l’instar du jeune agronome Olivier Porte dont on avait montré le film Herbe sur l’élevage laitier, Guillaume Bodin, quand il a découvert les bienfaits de la biodynamie en viticulture, a décidé de prendre la caméra pour en témoigner. Passionnant voyage au cœur des terroirs du Maconnais, de Nuits Saint Georges, de Saumur ou du Languedoc pour découvrir des aventuriers, pas du tout utopiques, qui ont compris que de telles pratiques étaient l’avenir de la terre et du terroir. Et avec Guillaume, on rentre avec gourmandise dans le détail des techniques : la bouse de vache enterrée dans la corne comme engrais particulièrement efficace pour développer champignons bénéfiques et bactéries magiques ; le cheval de trait remis au goût du jour pour pratiquer un labour délicat ; tisanes de prêles, d’orties ou d’osiers pulvérisées pour prévenir le mildiou.
Et au final le résultat est au rendez vous : un vin exigeant et apprécié des plus grands négociants internationaux. Et surtout, loin du cliché du vigneron angoissé et aux abois, on rencontre les Bret Brothers sur leur domaine de la Soufrandrière en Saône-et-Loire, Olivier Jullien à Jonquières dans l’Hérault, ou Thierry Germain à Varrains dans le Maine-et-Loire : tous partagent cette illumination dans le regard des gens totalement épanouis par leur passion.

Pour dire: OUI à la vie, NON aux pesticides.
Générations Futures nous propose une promenade* familiale le long du ru Liesse, au bonheur de la coulée verte à St-Ouen l’Aumône. Au cours de la promenade, Olivier, jardinier militant, nous fera  découvrir les bienfaits d’une culture respectueuse des plantes spontanées, à l’arrivée Amandine proposera à nos papilles quelques préparations aux orties (coulis, sablés...). La clef des terroirs qui nous fera découvrir la viniculture en biodynamie, nous confortera dans l’idée que le respect de la nature est riche de promesses. La dégustation de vin bio sera un délicat point d’orgue à cette après-midi festive et revendicative. Vive la vie sans pesticides.