Loading

MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,5€
CARNET D'ABONNEMENT : 48€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE DE RENTRÉE - DU 19 AOÛT AU 22 SEPTEMBRE - À TÉLÉCHARGER
EN ATTENDANT LA RÉOUVERTURE DES SALLES LE 19 AOÛT télécharger la gazette de rentrée ( du 19/08 au 22/09) Cliquer sur l’image... Lire LA GAZETTE DE RENTRÉE - DU 19 AOÛT AU 22 SEPTEMBRE - À TÉLÉCHARGER...

FERMETURE ESTIVALE DU 29 JUILLET AU 18 AOÛT
ON SE RETROUVE AVEC PLEINS DE NOUVEAUX FILMS LE MERCREDI 19 AOÛT À PARTIR DE 14H D’ICI LÀ ON VOUS SOUHAITE DE BONNES VACANCES... Lire FERMETURE ESTIVALE DU 29 JUILLET AU 18 AOÛT...

LE DÉMANTÈLEMENT DE LA CULTURE EST EN MARCHE : SIMONE SIGNORET À CONFLANS STE-HONORINE C'EST FINI
Nous vous informons que l’association Conseil d’animation cessera, à compter du 30 juin 2015, d’assurer la gestion et la programmation des prochaines saisons artistiques et culturelles du Théâtre Simone Signoret de Conflans-Sainte-Honorine. ASSOCIATION CONSEIL D’ANIMATION / THEATRE SIMONE SIGNORE...

LA GAZETTE UTOPIA À TÉLÉCHARGER N°254
La nouvelle gazette : programme du 24 juin au 28 juillet 2015. Cliquez sur l’image... Lire LA GAZETTE UTOPIA À TÉLÉCHARGER N°254...

APRÈS MAI

Écrit et réalisé par Olivier ASSAYAS - France 2012 2h02mn - avec Clément Métayer, Lola Créton, Félix Armand, Carole Combes, India Salvor Menuez, André Marcon... Prix du Scénario, Festival de Venise 2012. Bande son d'enfer, 100% années soixante-dix.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

APRÈS MAIPour vous présenter le nouveau film d'Olivier Assayas, plongée au cœur de la jeunesse contestataire post soixante-huitarde, rien de mieux qu'une excellente critique du Figaro ! Elle est signée Marie-Noëlle Tranchant et on y adhère tout à fait…

Avec Après Mai, Olivier Assayas nous offre une belle fresque autobiographique, qui nous promène de France en Italie et à Londres, et qui fait revivre avec beaucoup de justesse et d'intelligence le temps de son adolescence : celui des années 70. Période foisonnante qu'il avait déjà abordée dans L'Eau froide (1994) et dans son récent Carlos. « Ce n'est plus le moment authentiquement révolutionnaire de Mai 68, dit le réalisateur, mais son sillage. » Le fond de l'air est rouge, et le petit groupe de terminales d'un lycée de banlieue suivi par Assayas est ultra-politisé. La jeunesse d'aujourd'hui a sans doute du mal à imaginer ce mélange détonant d'idéologie confuse et d'action fébrile, distribution de tracts, coopération à la presse militante gauchiste, manifs, tentatives désordonnées de coordonner des groupuscules ou de se greffer sur des occupations d'usine. « L'obsession de la politique était partout, se souvient Assayas, elle formait une espèce de sur-moi qui pouvait être étouffant. Il y a quelque chose de violent et de triste dans le gauchisme. Mais en même temps, la jeunesse avait foi dans le futur, dans la transformation possible de la société. Est-ce dépassé aujourd'hui ? Aux jeunes de se poser la question, de confronter leur jeunesse à la nôtre. »

Le film commence en 1971, avec un fait réel et violent : la manifestation interdite en faveur de leaders de la Gauche Prolétarienne emprisonnés, spectaculairement réprimée par des CRS à moto. Sans transition, on se retrouve dans un cours de philo avec une citation de Pascal : « Entre nous et le ciel, l'enfer et le néant, il n'y a donc que la vie, qui est la chose du monde la plus fragile. » C'est cette chose fragile que met en scène Olivier Assayas, feu et flamme de la jeunesse qui voudrait embraser le monde, mais qui cherche son souffle, s'éteint parfois. En même temps qu'une peinture de l'époque, Après Mai est un film d'apprentissage, où les personnages cherchent leur chemin personnel à travers l'engagement politique certes, mais aussi les sentiments amoureux, les études et le choix d'un métier.
Gilles (Clément Métayer) est le plus proche d'Olivier Assayas. Il peint, il dessine, bientôt il deviendra cinéaste. Il baigne dans la contre-culture musicale et politique du temps, qui l'oppose à son père, scénariste et réalisateur de la télévision « bourgeoise ». Mais le fait qu'il vienne d'un milieu cultivé, et qu'il ait une vocation artistique, lui donne des outils de réflexion critique sur l'embrigadement politique et le militantisme. Il lit Les Habits neufs du président Mao de Simon Leys, premier et impitoyable dénonciateur du maoïsme, qu'un de ses copains gauchistes censurerait volontiers : un agent de la CIA, dissimulé sous un faux nom. Mais surtout, Gilles est d'abord artiste, ce qui signifie aller vers la solitude plutôt que vers la multitude, écouter ses voix intérieures plutôt que des mots d'ordre.

Cette distance critique, qui est celle du cinéaste autant que du personnage, jointe à une connaissance précise des codes et des comportements de la contre-culture, donne à Après Mai une exactitude historique et une lucidité intime très remarquables. On voit vraiment surgir une génération. « Aujourd'hui, dit Assayas, on a tendance à représenter une adolescence rigolarde, allant de fête en drague. Ce n'est pas le sentiment que j'ai gardé de la mienne, où l'amour de la vie s'alliait à la mélancolie et au sérieux. »