Loading

MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,5€
CARNET D'ABONNEMENT : 48€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Viramundo, un voyage musical avec Gilberto Gil
Du 17 avril au 7 mai en Vidéo en Poche, en avant-première, pour 5€ et en HD ! (voir la page de présentation du film) Une expérience européenne (The Tide Experiment) va proposer une sortie quasi simultanée en salles et en vidéo dans dix territoires européens : ça n’a l’air de ri...

Veolia attaque Water makes money !
Le 14 février 2013 s’ouvre à Paris le procès en diffamation intenté par Veolia contre le film Water makes money qui osait parler en 2010 des pratiques des multinationales de l’eau. Sur le banc des accusés, l’association La mare aux canards qui a distribué le film en France, et Jean-Luc Touly, a...

Les nouveaux films en Vidéo en Poche, et très bientôt… WOUF !
Les nouveaux chiens de garde sera disponible dès le 4 décembre (en HD) : venez au ciné remplir une clé USB avec des films Vidéo en Poche, il y en a pour tous les goûts et les âges. 5€ par film, sans DRM et en HD quand c’est possible, la résolution minimale étant celle d’un DVD. Vous pouve...

Droit de suite
En septembre nous accueillions une passionnante soirée consacrée au résistant et immigré arménien Missak Manouchian, fusillé en 1943 . Une soirée en présence entre autres de l’écrivain Didier Daeninckx et d’un des derniers compagnons survivants de Manouchian, Arsène Tchakarian. Jean Présent un d...

J'ENRAGE DE SON ABSENCE

Sandrine BONNAIRE - France 2012 1h38mn - avec William Hurt, Alexandra Lamy, Augustin Legrand, Jalil Mehenni... Scénario de Sandrine Bonnaire et Jérôme Tonnerre.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

J'ENRAGE DE SON ABSENCEC'est une de ces journées qui annoncent l'automne, une journée pas comme les autres, car tout est immobile autour de la petite maison. C'est un peu comme ces lendemains de Noël où tout semble figé dans un silence ouaté. Un joli moment de grâce, où l'on trouve enfin du temps à soi. C'est Dimanche. Pour Jacques, Mado et leur petit garçon, c'est un moment de simple bonheur qu'ils imaginent volontiers aussi éternel que le cycle des saisons. Autour de la table familiale et au coin du feu pour prendre le café, le temps s'écoule doucement pendant que la pendule égrène les heures. Peuvent-ils imaginer alors que celles du bonheur leur sont comptées lorsqu'ils décident d'aller marcher dans les bois, tant que le loup n'y est pas ? Mais le destin, ce jour-là, bien plus cruel encore que le loup, va à la croisée d'un chemin emporter leur petit garçon…
Bon, une fois n'est pas coutume, ce film-là n'existe pas, ces quelques mots qui racontent l'indicible sont comme la mémoire d'un souvenir terrible qui ne demande qu'à rester enfoui. Car il pose une question que personne n'aimerait avoir à se poser : peut-on faire le deuil d'un enfant quand on se croit responsable de sa disparition ? Peut-on apprivoiser la douleur, peut-on la faire taire ?

J'enrage de son absence n'efface pas la perte, mais affirme que, quelles que soient les circonstances et le temps, la vie, comme cette petite plante qui finit par percer le bitume, reprend toujours ses droits. On imagine ce couple, resté seul face à lui-même, muré chacun dans sa douleur, finissant sans désamour par se séparer pour simplement pouvoir continuer à vivre. Elle pour refaire, comme on dit, sa vie, lui sans trop parvenir à poursuivre la sienne. Séparés par l'océan : elle dans une banlieue française sans trop de grâce, lui en Amérique, sa terre d'origine.
Et soudain, dix ans après, il y a ce retour à Paris de Jacques l'Américain, pour régler une histoire de famille. Surgit alors le désir obsédant de savoir ce qu'elle est devenue et l'espoir inconscient, peut-être, de renouer le fil d'une vie en commun. Un peu comme un voleur d'abord, en l'observant de loin, puis en la suivant au plus près, fasciné par le petit bonhomme qui trottine à ses côtés sur le chemin de l'école ou quand elle fait ses courses. Puis un jour, n'y tenant plus, Jacques ressurgit dans la vie de Mado. L'intensité de leur première étreinte dévoile que leur amour est resté comme suspendu et qu'il a bien fallu un drame pour les forcer à se séparer. Sans doute est-il trop tard, car Mado vit avec un autre homme mais c'est une autre relation qui va déborder Jacques. On pensait que cet homme était mort de chagrin… et bien non.
J'enrage de son absence va raconter non pas la mort, non pas la tristesse, mais la vie qui reprend de la manière la plus étrange qui soit. Car c'est Paul, le petit garçon de Mado qui, tel Androclès, va retirer l'épine de la patte du lion en dépit de tout et de tous. Un goûter apporté à la sortie de l'école, des liens construits à travers le jeu, un jouet offert à la fête foraine… toute une relation va s'établir entre l'adulte et le petit garçon, qui se sent investi d'une mission immense : sauver la vie d'un grand. Paul est bien l'oiseau qui soigne le lion. Il n'a pas peur de Jacques, il ne le juge pas, il a toute confiance en lui car la bête ne lui semble pas méchante. On le sait peu, mais les enfants savent écouter leurs intuitions beaucoup plus que leurs adultes et lorsqu'ils perçoivent un profond chagrin, ils savent être vraiment présents…

J'enrage de son absence est un hymne magnifique à la vie et à l'amour, puissamment servi par une réalisatrice inspirée et des acteurs au sommet de leur talent. Une mention particulière au jeune Jalil Mehenni, absolument incroyable de subtilité et de finesse.