PONTOISE
SAINT-OUEN L'AUMÔNE

LES HORAIRES (format PDF)

Loading

MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 6,5€
CARNET D'ABONNEMENT : 48€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GRILLE QUE VOUS NE TROUVEREZ PAS DANS LA GAZETTE
LA GRILLE QUE VOUS NE TROUVEREZ PAS DANS LA GAZETTE 242 :LE LIEN VERS LE PDF GRILLE DU 26-02... Lire LA GRILLE QUE VOUS NE TROUVEREZ PAS DANS LA GAZETTE...

Viramundo, un voyage musical avec Gilberto Gil
Du 17 avril au 7 mai en Vidéo en Poche, en avant-première, pour 5€ et en HD ! (voir la page de présentation du film) Une expérience européenne (The Tide Experiment) va proposer une sortie quasi simultanée en salles et en vidéo dans dix territoires européens : ça n’a l’air de ri...

Veolia attaque Water makes money !
Le 14 février 2013 s’ouvre à Paris le procès en diffamation intenté par Veolia contre le film Water makes money qui osait parler en 2010 des pratiques des multinationales de l’eau. Sur le banc des accusés, l’association La mare aux canards qui a distribué le film en France, et Jean-Luc Touly, a...

Les nouveaux films en Vidéo en Poche, et très bientôt… WOUF !
Les nouveaux chiens de garde sera disponible dès le 4 décembre (en HD) : venez au ciné remplir une clé USB avec des films Vidéo en Poche, il y en a pour tous les goûts et les âges. 5€ par film, sans DRM et en HD quand c’est possible, la résolution minimale étant celle d’un DVD. Vous pouve...

L’AIR DE RIEN

Grégory MAGNE et Stéphane VIARD - France 2012 1h30mn - avec Grégory Montel, Michel Delpech, Fred Scotlande, Céline Millat Baumgartner, Christophe Miossec... Scénario de Grégory Magne, Stéphane Viard et Thomas Bidegain.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L’AIR DE RIENC'est un de ces films qu'on couve avec amour à Utopia, pétri de sensibilité et de nuances, réaliste et rêveur, drôle et touchant à la fois… C'est l'histoire d'un jeune huissier de justice… ouais, je vous vois déjà froncer le nez : pas le genre de boulot qui fait rêver ! Pas un lardon qui, à la question rituelle, répondrait : quand je serai grand, je serai huissier ! Nous plaiderons votre honneur les circonstances atténuantes, cet huissier-là l'est devenu par héritage plus que par choix : quand on ne sait pas trop ce qu'on veut faire de sa vie, il arrive qu'il soit plus simple de prendre ce qui vous arrive par transmission.
Pour Grégory, la charge lui est échue à la mort de son père, par ailleurs fan de Michel Delpech dont les chansons ont imprégné son enfance d'une sorte de culture populaire pleine de poésie, lui laissant en héritage une flopée de ces mélodies sensibles qui s'accrochent pour toujours à la mémoire, peu propices à l'éclosion du tempérament féroce qui conviendrait mieux pour assumer le boulot qui est désormais le sien.
Ça saute aux yeux en effet dès le premier regard : Grégory n'a pas l'étoffe qu'il faut pour traquer le mauvais payeur, le harceler, le dépouiller et le jeter tout nu à la rue, pour rester de marbre devant les pleurs de la veuve et de l'orphelin, du chef d'entreprise ruiné, des victimes de plans de licenciements. C'est pourtant un bon job, huissier, étant donné l'air austère du temps, le boulot n'est pas près de manquer, mais il y faut un minimum de dispositions naturelles que Grégory n'a pas. Et lorsqu'il découvre, dans la liste des saisies à mettre en route, le nom de Delpech Michel, l'idole de son père, sa vie va furieusement se compliquer et sa vraie nature se révéler.
Sic transit gloria mundi… Michel Delpech – formidable dans son propre rôle – est sorti des radars du show-biz après avoir accumulé les succès il y a un certain nombre d'années, il empile désormais les dettes et, dans le trou perdu où il mène une vie solitaire (mais peinarde), tout ce qu'il possède est à saisir : voiture de sport, maison…

Quand l'huissier Gregory déboule, le chanteur reçoit l'annonce des calamités qui lui pendent au nez avec un détachement et une désinvolture qui alertent son tourmenteur patenté. Pas de doute, ce glorieux déchu s'en fout et ne bougera pas le petit doigt pour sauver ce qui lui reste. Au nom de son père, et de sa propre enfance, Grégory se met alors en tête de sauver l'heureux loser de la mouise promise en organisant une tournée revival pour qu'il puisse payer ses dettes et qu'il n'aie surtout pas à le saisir.
Il en est sûr, les chansons de Delpech sont tellement chouettes qu'elles courent toujours dans les rues, ceux qui l'aimaient n'ont pu l'oublier et ses fans se déplaceront en masse pour assister aux concerts. Trouver des lieux pour se produire ? Il ne manque pas dans les dossiers de l'huissier de salles paumées au bord du dépôt de bilan, elles feront l'affaire ! Et le voilà à magouiller des arrangements pour le moins tordus, collant des affiches la nuit un peu partout, tandis que son associé, un vrai dur à cuire, lui, s'étonne de le trouver si flapi alors que ses saisies n'avancent pas d'un poil.

Notre épatant Gregory va tirer, pousser le chanteur au départ peu enthousiaste, et le duo improbable va se lancer dans son équipée salvatrice, nous emportant dans une sorte de balade du temps présent qui charrie les souvenirs passés comme une comète sa poussière d'étoiles.
C'est un film formidablement attachant, qui fait un bien fou parce qu'il magnifie ces décalés improbables, dépités par les fausses valeurs régissant le monde, et qui font un pas de côté pour s'inventer une toute autre trajectoire.