MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE DE RENTRÉE DU 14 AOUT AU 24 SEPTEMBRE À TÉLÉCHARGER
Couv-291.jpg, août 2019 ... Lire LA GAZETTE DE RENTRÉE DU 14 AOUT AU 24 SEPTEMBRE À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°290 ( du 19 juin au 30 juillet 2019) À TÉLÉCHARGER
Couv-290.jpg, juin 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°290 ( du 19 juin au 30 juillet 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°289 ( du 15 mai au 18 juin 2019) À TÉLÉCHARGER
Couv-289.jpg, mai 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°289 ( du 15 mai au 18 juin 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°288 ( du 3 avril au 14 mai 2019) À TÉLÉCHARGER
couv-288-web.jpg, avr. 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°288 ( du 3 avril au 14 mai 2019) À TÉLÉCHARGER...

Séance exceptionnelle le jeudi 23 octobre à 20h30 à Utopia St-Ouen l’Aumône , en présence de la réalisatrice Anne Kunvari, des représentants de l’ADMD (Association pour le Droit à Mourir dans la Dignité), et de Véronique Mengaud , directrice de l’association l’Embellie.
avec le soutien de Europe Ecologie les Verts et de la Ligue des Droits de l’Homme.

LE MOMENT ET LA MANIÈRE

Anne KUNVARI - documentaire France 2014 1h -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE MOMENT ET LA MANIÈREC’est avant tout une magnifique histoire d’amitié entre deux femmes, à la vie à la mort. Amitié entre deux Anne. Anne Kunvari, c’est la réalisatrice, toujours pétillante, envers et contre tout, même dans les moments où la tristesse devrait l’emporter. Anne Matalon, son amie, est à peu près du même tonneau, une putain de battante. Mais quatorze ans auparavant, la maladie l’a rattrapée, cette saloperie de crabe qui peu à peu a fait de son corps une succession de dysfonctionnements, un puzzle tragicomique d’organes qui foirent les uns après les autres. Et sa vie autrefois bien remplie est devenue une longue succession d’allers-retours à l’hôpital avec, conséquence collatérale, l’impossibilité de prévoir à long terme tout projet stimulant.
Mais Anne M a appris à vivre avec. Aux espoirs de rémission a succédé ce que l’on appelle cruellement la chronicité d’un cancer que l’on a fini par ne plus tenter d’éradiquer, mais seulement de stabiliser, la survie succédant peu à peu à la vie. Et elle a fait de sa terrible expérience un combat pour toutes les femmes comme elle qui sont obligées de vivre pendant plusieurs années avec le cancer. Elle a fondé « L’Embellie » , formidable association qui aide les femmes brisées ou mutilées par la maladie à rester femmes, proposant ateliers ou matériels pour que la vie continue presque comme avant.
Et puis la maladie s’est accélérée, et pour Anne K, l’urgence de filmer s’est faite plus pressante, pour témoigner de ce qu’était pour son amie cette vie en pointillé. Et enregistrer ses doutes face aux conditions d’une fin peut être prochaine, Anne M ne souhaitant ni les affres d’une fin douloureuse, ni l’acharnement thérapeuthique sous sédation, qui vous enlève toute lucidité avant le grand saut. Anne M aspire simplement à une fin digne et accompagnée. Mais voilà, la loi française, contrairement aux pays voisins (notamment la Belgique ou la Suisse) laisse peu de choix aux malades : la Loi Leonetti reste fermée à tout ce qui pourrait être considéré comme de l’euthanasie active, dans un pays où les lobbys religieux font tout pour que rien n’évolue. Anne M avait envisagé de craquer sa tirelire (cela coûte environ 9000 euros tout de même), et de faire comme certains le voyage en Suisse où vous pouvez passer de vie à trépas dans les meilleures conditions…

Le film remarquable d’Anne K réussit le prodige de parler de la mort inéluctable en nous faisant rire parfois (car les deux amies échangent de bons moments de rigolade même dans les situations a priori désespérées) et en nous rassurant presque sur cette finitude. Car derrière le combat d’Anne M, c’est une formidable leçon de vie que nous recevons. Et évidemment une réflexion qui aboutira peut-être à une loi (promesse numéro 21 du programme du candidat Hollande, j’ai réussi à l’écrire sans rigoler) qui permettrait à chaque personne atteinte d’une maladie définitivement incurable de choisir les conditions les plus dignes possibles pour sa fin de vie.