Loading

MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 272 ( DU 21 JUIN AU 1ER AOÛT 2017) À TÉLÉCHARGER
Couv-272.jpg, juin 2017 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 272 ( DU 21 JUIN AU 1ER AOÛT 2017) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA 271 ( DU 17 MAI AU 20JUIN 2017) À TÉLÉCHARGER
Couv-271.jpg, mai 2017 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 271 ( DU 17 MAI AU 20JUIN 2017) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA 270 ( DU 5 Avril AU 16 MAI 2017) À TÉLÉCHARGER
couv-270.jpg, avr. 2017 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 270 ( DU 5 Avril AU 16 MAI 2017) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA 269 ( DU 1er Mars au 4 Avril 2017) À TÉLÉCHARGER
couv-269.jpg, mar. 2017 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 269 ( DU 1er Mars au 4 Avril 2017) À TÉLÉCHARGER...

SEANCE DEBAT EXCEPTIONNELLE LE VENDREDI 12 SEPTEMBRE A 20H30
« La société de surveillance ce n’est plus de la SF! »

Débat animé par Jean Marc Manach, journaliste (internetactu.net, lemonde.fr)
spécialiste des questions de surveillance et de vie privée, et membre des
Big Brother Awards France, cérémonie qui élit annuellement et ironiquement les
entreprises et administrations ayant le plus nui aux libertés individuelles.

BRAZIL

Terry GILLIAM - GB 1984 2h22mn VOSTF - avec Jonathan Pryce, Robert de Niro, Michael Palin, Kim Greist, Ian Holm, Ian Richardson... Scénario de Terry Gilliam, Tom Stoppard et Charles McKeown.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

BRAZILIl avait pensé baptiser son film « The Ministry of Torture » (Le Ministère de la Torture). Tout un programme... Ou bien, référence oblige, « 1984 1/2 ». Finalement, contre l'avis du studio Universal, qui ne croyait ni au titre ni au film lui-même, l'ex-Monty Python Terry Gilliam s'arrêta sur un titre aussi sobre qu'intriguant : Brazil. Du nom d'une ritournelle, une samba lancinante (chantée par Kate Bush sur la BO) à qui étaient tout à coup attribuées des vertus hautement symboliques : la petite musique que personne ne peut vous empêcher de fredonner représente le rêve, l'imagination, la vie, que la bureaucratie et le totalitarisme tentent de réduire à néant. La révolte de Sam Lowry, ex-employé modèle, contre le système et la hiérarchie, a donné naissance à une fable truculente, enre Kafka et Gogol, Goya et BD Une œuvre visionnaire, irrésistiblement drôle et terriblement effrayante...

Brazil, c'est l'extraordinaire aventure d'un petit fonctionnaire étriqué, qui va goûter tout à coup à l'ivresse de l'amour et de la liberté. Brazil, c'est un univers qu'on qualifierait volontiers de kafkaïen si le terme n'avait pas été galvaudé. Un monde rigide, réglé au millimètre, un monde gris et triste, un monde déshumanisé. C'est l'horreur, mais l'horreur dynamitée par l'humour burlesque, par l'absurde, par l'esprit de contestation. Brazil, c'est la formidable giffle qu'un bouffon généreux et rageur lance à la tête de tous les régimes totalitaires passés, présents et à venir. Brazil, c'est un flot lyrique, visionnaire, tempétueux, dont on sort lessivé, voire bouleversé. Une œuvre impressionnante, profondément originale, qui mêle tous les genres pour en créer un, qui fait référence, qui a suscité des vocations, qui a été copiée moult fois, la plupart du temps sans succès. Dès sa sortie, on l'a qualifié de « film culte », maintenant on peut dire un « classique ».