Loading

MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 263 ( DU 15/06 AU 02/08 ) À TÉLÉCHARGER
couv-263.jpg, juin 2016 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 263 ( DU 15/06 AU 02/08 ) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA 262 ( DU 11/05 AU 14/06 ) À TÉLÉCHARGER
utopia-262-couv.jpg, mai 2016 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 262 ( DU 11/05 AU 14/06 ) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA 261 ( DU 30/03 AU 10/05 ) À TÉLÉCHARGER
page1.jpg, mar. 2016 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 261 ( DU 30/03 AU 10/05 ) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA 260 ( DU 24/02 AU 29/03 ) À TÉLÉCHARGER
260UTPONTOISE_couv.jpg, fév. 2016 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 260 ( DU 24/02 AU 29/03 ) À TÉLÉCHARGER...

Séance exceptionnelle le mardi 16 février à 20h30 à Utopia St-Ouen l’Aumône, à l’occasion du lancement de la nouvelle formule du magazine Politis,
en présence de son rédacteur en chef Denis Sieffert.

Soirée soutenue par le NPA, Europe Ecologie les Verts, le Parti de Gauche, la Ligue des Droits de l’Homme et les adhérents de Cergy d’Amnesty International.

CONTRE-POUVOIRS

Malek BENSMAÏL - documentaire Algérie/France 2015 1h37mn VOSTF -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

CONTRE-POUVOIRSC’est un documentaire remarquable à la narration classique, mais instructif et nécessaire. Une plongée dans le quotidien du comité de rédaction d’El watan, plus grand journal francophone algérois fondé en 1990, qui n’a rien à envier à ses confrères internationaux, avec son édition en ligne, ses suppléments thématiques, ses correspondants spécialisés, et qui a su intelligemment et vite se moderniser.
On suit ici la campagne électorale qui verra le cacique Bouteflika, pathétique ombre de lui-même, obtenir un quatrième mandat présidentiel au printemps 2014. Le film suit ce chantier et un autre aussi en parallèle, le déménagement du journal dans de nouveaux locaux en construction, symboles de sa future indépendance, et de l’évolution de certains pans de la société algérienne. Avec ses moments ubuesques, comme ceux qui nous montrent le contre-maître algérien et les ouvriers de l’entreprise chinoise, à la fois guinéens, turcs, maliens qui ont bien du mal à se comprendre.

Vingt ans après une vague d’assassinats, la sanglante décennie noire, qui a vu une centaine de journalistes périr « par l’épée », Bensmail rend hommage à cette presse d’opposition bien vivante qui ne cesse de se battre face à la mascarade du pouvoir à laquelle se prête le personnel politique, qui voudrait tout museler et prendre le peuple pour des ânes bâtés. Il filme les visages, les rotatives, la machine en mouvement, c’est un film au cœur de la rédaction, sur la construction et la circulation, celle des réunions, articles en écritures, réflexions et débats d’idées entre journalistes, dessins satiriques à la une, et ces moments d’une presse farouchement indépendante qui sont l’expression et la trace des soubresauts de la vie politique et sociale de l’Algérie.
L’Algérie est une société qui se cherche, dans cette rédaction les idées s’opposent, on perçoit un chaos quotidien, doutes, contradictions s’entrechoquent et c’est sûrement la force de ce journal, laboratoire d’idées où se défend viscéralement une conscience politique pour donner malgré tout la parole au peuple, un maelström qui infuse aussi ce rythme tendu au film.
Le réalisateur a su transcrire la complexité et l’intelligence de ces journalistes aux convictions personnelles parfois divergentes, mais pour lesquels l’unité est une priorité, l’expression du contre-pouvoir indispensable à chaque moment où la démocratie vacille. On apprend comment se forme, s’oppose et se construit l’information indépendante. Journaliste est un métier dangereux, « l’absence de loi donne à l’activité journalistique un haut risque pénal » souligne le patron Omar Belhouchet, véritable héros de la guerre pour la liberté d’expression.

Bensmail ajoute : « En Algérie, il est plus facile de définir les contre-pouvoirs ». Dans de belles ouvertures extérieures, piqûres de rappel nécessaires, il nous suggère que dans la rue, des mouvements sociaux de contestation, tels que Barakat, existent bien, preuve s’il en était besoin que filmer comme informer sont des activités vitales à la vie de l’Algérie.