MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020
UTOPIA-297 ... Lire EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020...

« Seul(e) sur une île déserte, confiné(e) avec un film » : Guillaume Brac
Guillaume Brac, réalisateur : nous avons programmé tous ses films depuis Le naufragé / Un monde sans femme (2012), Tonnerre (2014), Contes de Juillet (2018) et L’île au trésor (2018). Guillaume Brac est venu présenter ce dernier documentaire autour de la Base De Loisirs Cergy et son film Tonnerr...

Message du Théâtre de l'Usine : « En attendant de vous retrouver ! »
Chères spectatrices, chers spectateurs,Suite aux décisions prises par le gouvernement pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, le Théâtre de l’Usine reste fermé jusqu’à nouvel ordre afin de protéger la santé de chacun d’entre nous. L’ensemble des représentations programmées sont à ce jour annu...

« Seul(e) sur une île déserte, confiné(e) avec un film »
Jérôme Soubeyrand, comédien, scénariste et réalisateur que nous avons reçu en décembre 2014 pour la présentation de son film Ceci est mon corps en compagnie de son actrice Laetitia Lopez. Ceci est mon corps est mis en visionnage libre toute cette semaine (dans les films confinés, liens dans la c...

La séance du mardi 7 juin à 20h30 à Utopia St-Ouen l'Aumône sera suivie d'une rencontre avec la réalisatrice Tamara Erde.
Soirée soutenue par la FCPE, Le Collectif Urgence Palestine, le Parti de Gauche, le NPA et Les Amis de la Confération Paysanne.

THIS IS MY LAND

Tamara ERDE - documentaire Israël/France 2015 1h34mn VOSTF -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

THIS IS MY LANDTamara Erde est née en Israël, a longtemps cru aux valeurs patriotiques de son pays, a fait son service militaire comme toute jeune fille israélienne… Et puis elle est devenue cinéaste et, désormais parisienne d'adoption, elle a pris ses distances. Constatant les errances et les mensonges de la classe dirigeante du pays qu'elle a servi, elle a voulu comprendre ce qui, dans le système éducatif qui l'a formée, contribue à faire accepter par la majorité de ses concitoyens une politique gouvernementale pourtant condamnée par une grande partie de l'opinion internationale. Et aussi interroger l'éducation de ceux qui étaient autrefois pour elle ceux d'en face, en Cisjordanie.
Avant elle, Eyal Sivan, cinéaste israëlien lui aussi exilé, avait réalisé en 1991 le méconnu Izkor, extraordinaire analyse de l'instrumentalisation de la Shoah dans l'éducation des jeunes Israéliens pour justifier les pratiques colonialistes de leur pays. Sans oublier Avi Mograbi qui, dans Un seul de mes deux yeux, observait terrifié l'utilisation de l'histoire juive pour renforcer le sentiment national suicidaire de ses jeunes concitoyens, le culte du martyre n'étant pas l'apanage des Palestiniens.

Tamara Erde, avec un regard à la fois humaniste, curieux et dénué d'a priori, est allée à la rencontre des enfants et des enseignants d'une école de kibboutz, d'une école d'Etat israëlienne mais multi confessionnelle et enfin d'une école de Cisjordanie. Elle interroge aussi des universitaires des deux côtés qui ont travaillé sur l'historiographie comparée, notamment celle des manuels scolaires. La jeune réalisatrice, comme elle le signale dans sa note d'intention, prend le contre pied de la conviction optimiste de Nelson Mandela, qui disait que l'éducation était le meilleur rempart à la haine de l'autre. On constate ici au contraire que l'éducation – c'est le cas dans cette école de kibboutz – conforte la haine et la peur, par l'ignorance. Un adolescent israélien lucide dit qu'il y a un problème quand à dix-sept ans on est incapable de définir le mot paix. Les manuels israéliens sont systématiquement expurgés de toute allusion trop frontale à la nakba (« la grande catastrophe » en arabe, évoquant l'expulsion violente de milliers de Palestiniens en 1948) ; et quand ils ne le sont pas, ils sont généralement censurés ou retirés…
Mais le film reste porteur d'espoir, avec quelques séquences magiques. Ainsi cette école mixte, où professeurs israélien et palestinien enseignent conjointement, réserve des moments merveilleux même si, parfois, il y a tension, quand par exemple cette enseignante palestinienne doit sortir pour respirer, parce que ce travail se fait en surmontant le trop lourd vécu extérieur.

Mais on reprend espoir avec ce formidable instituteur cisjordanien qui fait comprendre de manière très imagée aux enfants palestiniens, quotidiennement tentés par la montée de la rage et de la haine face à l'occupation israëlienne, à quel point il est important que la liberté conquise par chacun n’empiète pas sur celle de l'autre. Il fait rédiger à ses élèves une lettre à un jeune écolier juif français imaginaire afin qu'ils le distinguent bien des jeunes colons qui les agressent chaque jour et que jamais leur colère légitime contre Israël ne se mue en antisémitisme. Et on se dit qu'en dépit de tous les nuages sombres, tout n'est peut être pas foutu pour les futurs adultes que sont ces jeunes écoliers.