Loading

MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !

NOUS CONTACTER
NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 272 ( DU 21 JUIN AU 1ER AOÛT 2017) À TÉLÉCHARGER
Couv-272.jpg, juin 2017 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 272 ( DU 21 JUIN AU 1ER AOÛT 2017) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA 271 ( DU 17 MAI AU 20JUIN 2017) À TÉLÉCHARGER
Couv-271.jpg, mai 2017 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 271 ( DU 17 MAI AU 20JUIN 2017) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA 270 ( DU 5 Avril AU 16 MAI 2017) À TÉLÉCHARGER
couv-270.jpg, avr. 2017 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 270 ( DU 5 Avril AU 16 MAI 2017) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA 269 ( DU 1er Mars au 4 Avril 2017) À TÉLÉCHARGER
couv-269.jpg, mar. 2017 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 269 ( DU 1er Mars au 4 Avril 2017) À TÉLÉCHARGER...

LE JOUR D’APRÈS

Écrit et réalisé par HONG Sangsoo - Corée du Sud 2017 1h32mn VOSTF - avec Kim Minhee, Haehyo Kwon... Festival de Cannes 2017 : Sélection officielle, en compétition.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE JOUR D’APRÈS21 films en 21 ans ! C’est la belle performance de Hong Sangsoo, cinéaste coréen qui ne cesse d’écumer les prix dans les festivals les plus prestigieux, de Cannes à Berlin en passant par Locarno, depuis 1996. Écrivains, réalisateurs, artistes en mal d’amour sont les personnages auxquels ses films ont fini par nous habituer au cours de longues scènes de repas et de beuveries où les masques tombent toujours très vite.
Car l’alcool – le soju ! – est le premier moteur de ce cinéma : Hong Sangsoo se plait à faire boire ses comédiens jusqu’à plus soif pour atteindre la vérité des sentiments : les hommes trahissent tantôt leur machisme tantôt leur lâcheté, les femmes laissent tour à tour exploser leur colère ou leur tristesse, le tout d’une manière incroyablement réaliste. Ses récits minimalistes en forme de contes moraux peuplés d’intrigues amoureuses lui ont d’ailleurs valu le surnom de « Rohmer coréen ». Mais Hong Sangsoo a également l’élégance d’un peintre dans la composition très précise de ses plans ou dans l’usage du zoom qui lui permet de capter un changement d’attitude imperceptible chez un personnage. Chaque film (le cinéaste est capable de tourner et monter un nouvel opus en une semaine !), est une subtile variation du précédent et ne raconte au fond qu’une chose : comment les hommes et les femmes ont du mal à être ensemble.

Ainsi donc voici Le Jour d’après, sélectionné en compétition au 70e Festival de Cannes, qui est peut-être son chef-d’œuvre, du moins le grand film de la maturité. Soit l’histoire d’un éditeur, Bongwan, qui a trompé sa femme avec son employée avant que celle-ci ne le quitte et que n’arrive Areum, une nouvelle jeune et jolie femme, pour la remplacer. Le film se déroule sur une seule journée, qui correspond au premier jour de travail d’Areum, au cours de laquelle la lâcheté de Bongwan va provoquer les humiliations successives de chacune des femmes qui l’entourent. Quelques allers-retours temporels nous donneront progressivement des indices sur la liaison adultère qui a précédé.
Le Jour d’après est une grande comédie du désespoir, filmée dans un sublime noir et blanc, qui vous fera pleurer. Hong Sangsoo n’a peut-être jamais été si mélancolique. D’habitude, le ridicule des situations l’emporte et l’on accepte de rire des personnages comme on se moquerait de soi-même. Ici, la tristesse a gagné du terrain. Les petites bassesses et les trahisons ont ouvert des blessures qui auront du mal à se refermer. Ce qui n’est sans doute pas sans rapport avec la part autobiographique du récit. Sans doute aussi parce les disputes sont un peu moins arrosées qu’à l’accoutumée. Le ton est plus grave, plus sérieux. La honte qui paraissait autrefois légère, passagère, sans conséquence, est devenue un sentiment existentiel qui colle à la peau.

Petit moment d’accalmie au cœur de la tempête, un simple déjeuner entre Areum (interprétée par la formidable Kim Minhee que vous avez découverte dans Mademoiselle) et Bongwan se transforme soudain en fable philosophique sur le sens de l’existence. Bongwan ne comprend pas pourquoi Areum demande s’il sait pour quoi il vit car, dit-il, la réalité ne fait que glisser entre les mots : ce qui se dit est toujours faux, on ne fait que se mentir à soi-même. Areum lui rétorque que seule la fidélité à une croyance (et partant, on la voit venir, la fidélité dans l’amour !), peu importe cette croyance, et qu’importe la réalité, permet à chacun d’être heureux. Ou comment Hong Sangsoo excelle à rabattre les grands problèmes existentiels sur de simples questions libidinales. Que vous aimiez ou pas vous saouler au soju, venez trinquer !

Julien Rejl