Loading

MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA - N°275 ( DU 1ER NOVEMBRE AU 12 DÉCEMBRE 2017) À TÉLÉCHARGER
COUV-275.jpg, oct. 2017 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°275 ( DU 1ER NOVEMBRE AU 12 DÉCEMBRE 2017) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°274 ( DU 27 SEPTEMBRE AU 31 OCTOBRE 2017) À TÉLÉCHARGER
Couv-274.jpg, sept. 2017 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°274 ( DU 27 SEPTEMBRE AU 31 OCTOBRE 2017) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA DE RENTRÉE - N°273 ( DU 16 AOÛT AU 26 SEPTEMBRE 2017) À TÉLÉCHARGER
Couv-30ans.jpg, août 2017 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA DE RENTRÉE - N°273 ( DU 16 AOÛT AU 26 SEPTEMBRE 2017) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA 272 ( DU 21 JUIN AU 1ER AOÛT 2017) À TÉLÉCHARGER
Couv-272.jpg, juin 2017 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 272 ( DU 21 JUIN AU 1ER AOÛT 2017) À TÉLÉCHARGER...

PATTI CAKE$

Écrit et réalisé par Geremy JASPER - USA 2017 1h49mn VOSTF - avec Danielle Macdonald, Siddarth Dhananjay, Bridgett Everett, Mamoudou Athie, Cathy Moriarty...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

PATTI CAKE$Si vous êtes fan de hip hop, pas de doute, vous allez adorer Patti Cake$, ce super « feel good movie » narrant l'improbable ascension d'une jeune MC du New Jersey que rien ne prédestinait au succès. Mais si vous n'êtes pas du tout friand de cette musique de djeuns (encore que les pionniers du hip hop ont désormais largement dépassé la cinquantaine…), ne passez surtout pas à la page suivante : les aventures de la rondelette Patricia Dombrowski ont tout pour vous faire vibrer et rigoler. Il y a dans Patti Cake$ toute l'Amérique qu'on aime, celle qui croit envers et contre tout, envers et contre Trump, envers et contre toutes les inégalités qui s'accroissent… que chacun peut forger son propre son destin, que chacun peut trouver la force et l'énergie de s'affranchir de tous les obstacles… Et il faut bien dire que pour Patricia, 23 ans, ce n'est pas gagné !

Patricia est barmaid dans un pub de nuit où vient échouer tout ce que le coin compte de gros lourdauds. Ça se passe dans une ville morne et triste du New Jersey, cet État à la fois trop près et trop loin de New York, illusoire eldorado vers lequel tous les jeunes du coin rêvent de fuir. Patti souffre par ailleurs d'un incontestable surpoids qui lui attire diverses moqueries, et elle se trouve affublée d'une mère un peu trop portée sur l'alcool et l'exhibitionnisme après avoir été une vedette locale de la country. Autant dire que pour la jeune femme qui rêve de gloire dans le rap, c'est mal barré… D'autant qu'elle est blonde comme les blés et qu'elle a la peau laiteuse, pas franchement un passeport valide pour entrer dans le monde du hip hop !
Mais c'est compter sans la soif de vivre et l'immense imagination de Patti qui, malgré la grisaille de son environnement, est bien décidée à se construire un avenir, même si ça s'annonce laborieux. Elle rêve la nuit d'incroyables mises en scène bling bling de clips et aspire à rencontrer son idole O-Z, icône caricaturale du rap mégalo. Plus ou moins efficacement secondée par son copain Jheri, un DJ indo-américain à mourir de rire, elle va se révéler à elle même, surtout après sa rencontre, lors d'un tremplin musical, avec Basterd, un jeune punk noir aussi séduisant que mutique, méprisé de tous tant sa musique brutale sied mal aux gens du coin.

Si Patti Cake$ est aussi drôle qu'authentique et touchant, c'est sans doute parce que le réalisateur raconte dans le film, à travers le destin de Patricia, ce qui fut à peu de choses près le sien. Geremy Jasper, avant de tourner des clips musicaux à succès, était un jeune gars du New Jersey obligé de s'occuper de sa grand-mère partiellement impotente et rêvant de succès new yorkais. Et tout le charme de son film, porté par la prestation plus que convaincante de chacun de ses acteurs et surtout actrices (la jeune australienne Danielle Macdonald, qui a consacré deux à apprivoiser le flow du rap, est tout bonnement bluffante) est dans le regard à la fois lucide et tendre que le réalisateur pose sur ses personnages, jeunes gens ordinaires d'un coin ordinaire des États-Unis. Et dans l'optimisme sincère et contagieux de ce regard.