Loading

MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA - N°275 ( DU 1ER NOVEMBRE AU 12 DÉCEMBRE 2017) À TÉLÉCHARGER
COUV-275.jpg, oct. 2017 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°275 ( DU 1ER NOVEMBRE AU 12 DÉCEMBRE 2017) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°274 ( DU 27 SEPTEMBRE AU 31 OCTOBRE 2017) À TÉLÉCHARGER
Couv-274.jpg, sept. 2017 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°274 ( DU 27 SEPTEMBRE AU 31 OCTOBRE 2017) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA DE RENTRÉE - N°273 ( DU 16 AOÛT AU 26 SEPTEMBRE 2017) À TÉLÉCHARGER
Couv-30ans.jpg, août 2017 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA DE RENTRÉE - N°273 ( DU 16 AOÛT AU 26 SEPTEMBRE 2017) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA 272 ( DU 21 JUIN AU 1ER AOÛT 2017) À TÉLÉCHARGER
Couv-272.jpg, juin 2017 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 272 ( DU 21 JUIN AU 1ER AOÛT 2017) À TÉLÉCHARGER...

LA VIE PASSIONNÉE DE VINCENT VAN GOGH

(lust for life) Vincente MINNELLI - USA 1956 2h02mn VOSTF - avec Kirk Douglas, Anthony Quinn, James Donald, Pamela Brown... Scénario de Norman Corwin, d’après le roman d’Irving Stone.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA VIE PASSIONNÉE DE VINCENT VAN GOGHTournée sur les lieux mêmes où vécut Van Gogh, dans le Borinage, à Arles, Saint-Rémy-de-Provence et Auvers-sur-Oise, cette Vie passionnée est sans aucun doute une des plus belles reconstitutions biographiques que le cinéma hollywoodien nous ait jamais offerte.
On suit avec passion et empathie les efforts de Van Gogh, sa vie à Paris, sa passion pour le Midi, sa rencontre mouvementée avec Gauguin, sa quête pour une « autre chose » impossible, sa souffrance grandissante.

Et tout cela est filmé avec le lyrisme et le génie visuel propres à Vicente Minnelli, ancien peintre et décorateur, grand manieur de couleurs s’il en fut : les scènes obscures succèdent aux scènes lumineuses, magiques, comme ce moment où Van Gogh peint la nuit, des bougies sur son chapeau. Quant à Kirk Douglas, il endosse tellement la peau de son personnage qu’il devient un sosie quasi-parfait de Van Gogh, aussi crédible en peintre du xixe siècle qu’il le sera quelques années plus tard en gladiateur révolté dans le Spartacus de Kubrick.

Minnelli montre Van Gogh apprenti pasteur, vivant la vie des mineurs pour tenter de les comprendre et de mieux les dessiner. Il montre Van Gogh et une pauvre femme essayant en vain de se sauver mutuellement. Il montre enfin des visages, des paysages et des intérieurs, puis, agrandis à la dimension du Cinémascope, les tableaux qu’ont inspiré ces visages, ces paysages ou ces extérieurs.
Il n’explique pas la transmutation du plomb en or, il la donne à voir. En des couleurs merveilleuses. Avec une naïveté bouleversante. La naïveté même de Van Gogh.
Du Grand Art, tout simplement.