MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE DE RENTRÉE DU 15 AOÛT AU 25 SEPTEMBRE À TÉLÉCHARGER ( RÉOUVERTURE LE 15 AOÛT À 15H45)
COUV-282.jpg, août 2018 ... Lire LA GAZETTE DE RENTRÉE DU 15 AOÛT AU 25 SEPTEMBRE À TÉLÉCHARGER ( RÉOUVERTURE LE 15 AOÛT À 15H45)...

FERMETURE ESTIVALE - RÉOUVERTURE LE 15 AOÛT
vacances.jpg, août 2018vacances.jpg, août 2018 ... Lire FERMETURE ESTIVALE - RÉOUVERTURE LE 15 AOÛT...

LA GAZETTE UTOPIA - N°281 ( DU 20 JUIN AU 31 JUILLET 2018) À TÉLÉCHARGER
Couv281-web.jpg, juin 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°281 ( DU 20 JUIN AU 31 JUILLET 2018) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°280 ( DU 9 MAI AU 19 JUIN 2018) À TÉLÉCHARGER
Couv-280.jpg, mai 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°280 ( DU 9 MAI AU 19 JUIN 2018) À TÉLÉCHARGER...

Expo + repas + projection
Séance exceptionnelle le JEUDI 15 MARS à 20h30 à Utopia St-Ouen l'Aumône
Carte blanche à Hicham Berrada, artiste invité à l’abbaye de Maubuisson jusqu’au 24 juin 2018 dans le cadre de son exposition personnelle « 74 803 jours »


précédée à partir de 18h30 d'une visite de l'exposition « 74 803 jours » à l'abbaye de Maubuisson
puis à 19h45 d'un repas japonais au cinéma Utopia

Réservation obligatoire aux caisses d'Utopia Saint-Ouen du 28/02 au 12/03
formule repas + film : 13 euros / possibilité de voir le film seul aux tarifs habituels

MULHOLLAND DRIVE

Écrit et réalisé par David LYNCH - USA 2001 2h26mn VOSTF - avec Justin Theroux, Naomi Watts, Laura Elena Harring, Ann Miller, Dan Hedaya, Robert Forster... PRIX DE LA MISE EN SCÈNE FESTIVAL DE CANNES 2001.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

MULHOLLAND DRIVEBienvenue sur Mulholland Drive et ses lacets d’asphaltes où de rutilantes américaines tracent vers la cité des anges. Le trajet incontournable pour accéder au sommet d’Hollywood, paradis pour certains, enfer pour d’autres. Le Mulholland Drive de Lynch, c'est la route du destin, qui y court à tout moment le risque de quitter sa trajectoire, comme un bolide devenu incontrôlable qui finit immanquablement dans le décor, ou mieux, encastré dans une limousine. Ça commence comme ça, par un choc violent sur le béton brûlant de l'avenue : une brune aussi belle que ténébreuse est éjectée d’une voiture. Elle court, elle semble fuir, terrorisée. On la traque... peut-être, sans doute... Déjà, on sent bien que c'est l'imprévu, le hasard, l'étrange qui mènent la danse et déjà, on sent que Lynch va nous mener bien loin des autoroutes balisées.

Paniquée, Rita (c’est son nom, enfin, celui qu’elle se donne...) se réfugie dans la première maison qu’elle trouve, celle où justement Betty vient d’arriver. Betty est une blondinette pimpante et pleine d’espoir, fraîchement débarquée à Hollyawood et bien décidée à y faire son trou. Point de départ donc : la rencontre de ces deux femmes que tout semble séparer... du moins, dans ce monde ci... Une brune troublante qui a perdu la mémoire et dont le passé tient dans un à sac à main rempli de dollars et dans le mystère d’une clé ; une adorable blonde au sourire presque déjà formaté par l’industrie du rêve, et qui n’a qu’une obsession : courir les castings pour se faire un nom. Deux quêtes d’identité : l’une vers le passé, l’autre vers le futur... D'entrée de jeu, la trame temporelle est passablement perturbée. Et ce n’est que le début... Tout se complique et s’obscurcit quand les deux nanas pénètrent dans la grande ménagerie hollywoodienne...
Là, il y a un jeune cinéaste qui se voit imposer pour le casting de son film une actrice, Camilla Rhodes. L’ordre (« this is the girl ! ») vient d’un « en haut » indéterminé, l'Olympe du fric et du pouvoir où quelques hommes puissants (que l’on croirait tout droit sortis d’un cauchemar de l’agent Dale Cooper) mènent la danse, tirent les ficelles.

Une fois encore, le maître Lynch va quitter l’itinéraire initial pour nous guider sur son chemin chaotique où l’on finira par se perdre avec jubilation.
Il ouvre la brèche vers un monde obscur où d’inquiétants personnages ont déjà marqué leur emprise sur leurs futures victimes, où les monstres ont déjà fait leur apparition dans les esprits avant même qu’ils ne s’impriment sur l’écran. Paradoxal, vertigineux, Mulholland Drive fait naître des émotions très fortes et très contradictoires, du plaisir absolu à l’angoisse fulgurante, sollicitant épiderme et accoudoirs.
Film sur le cinéma, sur sa folie, sur ses travers, sur son cauchemar, film sur l’image, l’imaginaire, l’imagerie liée à Hollywood, Mulholland drive confirme ce qu'on savait déjà : Lynch est un extraordinaire magicien, un explorateur hors pair de l'imaginaire. Il brouille tous nos repères sensitifs, toutes nos marques temporelles et nous, pauvres pantins, complètement paumés, on est aux anges, prêt pour repartir une deuxième, une troisième fois, sur l’asphalte chaotique de Mulholland Dr.