MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA - N°281 ( DU 20 JUIN AU 31 JUILLET 2018) À TÉLÉCHARGER
Couv281-web.jpg, juin 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°281 ( DU 20 JUIN AU 31 JUILLET 2018) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°280 ( DU 9 MAI AU 19 JUIN 2018) À TÉLÉCHARGER
Couv-280.jpg, mai 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°280 ( DU 9 MAI AU 19 JUIN 2018) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°279 ( DU 4 AVRIL AU 8 MAI 2018) À TÉLÉCHARGER
couv-279.jpg, mar. 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°279 ( DU 4 AVRIL AU 8 MAI 2018) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°278 ( DU 28 FÉVRIER AU 3 AVRIL 2018) À TÉLÉCHARGER
couv-278-web.jpg, fév. 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°278 ( DU 28 FÉVRIER AU 3 AVRIL 2018) À TÉLÉCHARGER...

LE RETOUR DU HÉROS

Laurent TIRARD - France 2018 1h30mn - avec Jean Dujardin, Mélanie Laurent, Noémie Merlant, Féodor Atkine, Evelyne Buyle... Scénario de Laurent Tirard et Grégoire Vigneron.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE RETOUR DU HÉROSJean Dujardin s'en va-t-en guerre, mironton, mironton, mirontaine… Ah qu'il est craquant, ah qu'il est fringant, le beau soldat sanglé dans son bel uniforme rouge de hussard qui caracole panache au vent sur son beau cheval blanc ! Les dames ont le palpitant qui s'affole et les messieurs ont le nez qui s'allonge. Mais le capitaine Neuville doit rejoindre Napoléon Bonaparte qui l'appelle sur les champs de bataille, ce qui lui permet d'échapper in extremis à des promesses de mariage un peu hâtives… La jeune Pauline en son grand château familial en est toute retournée, mais le bellâtre l'assure, promis-juré, qu'il lui écrira chaque jour entre deux escarmouches, espérant bien esquiver les boulets des canons ennemis… Son cheval se cabre, il fouette et file…
La sœur aînée de Pauline, Elisabeth (délicieuse Mélanie Laurent), qui n'a pas froid aux yeux du tout, ricane… mais lorsqu'elle voit sa sœur dépérir faute de recevoir par courrier spécial les mots d'amour de son « fiancé », son cœur persifleur se fend, elle n'y tient plus et griffonne chaque soir dans sa chambrette (domino mino, domino minette) les épitres brûlantes et poétiques que le Don Juan de pacotille n'écrira jamais à sa cadette, agrémentant sa prose du récit d'exploits guerriers qui ont tôt fait de faire passer le gredin, aux yeux de toute la famille, pour le héros du siècle.

Bien entendu la sœurette reprend des couleurs et écrit en retour et sur le même ton des lettres enflammées que l'aînée intercepte, Elisabeth ripostant dès le lendemain, etc. Ne pouvant indéfiniment se livrer à ces acrobaties épistolaires, la belle blonde finit par annoncer que le beau gosse est tombé au champ d'honneur… Pauline trouvera un cœur de rechange, et lui pondra deux beaux enfants… Là où les choses se gâtent sérieusement c'est le jour où, quelques trois ans plus tard… Elisabeth croise, au marché bio du coin, un voleur de pommes hirsute, poilu partout et mal fagoté, qu'elle reconnaît sur le champ… Devant les féroces soldats ennemis, le couard hussard a pris la poudre d'escampette, et revient au pays démuni et pas fier… Devant ses velléités de débouler au château familial, Elisabeth lui avoue tout de ses manœuvres mensongères, lui déconseille de ressusciter…
Mais le présumé mort ne l'entend pas de cette oreille : on lui fournit un personnage de héros tout cuit à point et il n'en profiterait pas un peu ? Et après tout, cette blondinette pétillante lui titille les sens assez pour qu'il rechausse son ancien uniforme, se brosse les dents, se taille les poils et fasse un come-back qui laisse tout le monde sur le séant. Fort des exploits inventés par la sœurette dans ses lettres, il brode un peu, rajoute son grain de sel et tout le monde s'esbaudit, le cajole et le sert pour lui faire oublier les supposés tourments guerriers passés…

Ouf ! Vous ne croyez tout de même pas que je vais tout vous raconter, mais cette petite comédie bondissante et joyeuse qui finira joliment comme il se doit… Joli vaudeville qui vaut bien quelques succès populaires d'antan, entre Cartouche et Les Mariés de l'an II, la patine en moins, mais ça viendra…