MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA - N°284 ( du 31 octobre au 11 décembre 2018) À TÉLÉCHARGER
Couv-284.jpg, oct. 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°284 ( du 31 octobre au 11 décembre 2018) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°283 ( du 26 septembre au 30 octobre 2018) À TÉLÉCHARGER
Couv-283.jpg, oct. 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°283 ( du 26 septembre au 30 octobre 2018) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE DE RENTRÉE DU 15 AOÛT AU 25 SEPTEMBRE À TÉLÉCHARGER ( RÉOUVERTURE LE 15 AOÛT À 15H45)
COUV-282.jpg, août 2018 ... Lire LA GAZETTE DE RENTRÉE DU 15 AOÛT AU 25 SEPTEMBRE À TÉLÉCHARGER ( RÉOUVERTURE LE 15 AOÛT À 15H45)...

FERMETURE ESTIVALE - RÉOUVERTURE LE 15 AOÛT
vacances.jpg, août 2018vacances.jpg, août 2018 ... Lire FERMETURE ESTIVALE - RÉOUVERTURE LE 15 AOÛT...

LE CHARME DISCRET DE LA BOURGEOISIE

Luis BUNUEL - France 1972 1h45mn - avec Fernando Rey, Paul Frankeur, Delphine Seyrig, Bulle Ogier, Jean-Pierre Cassel, Stéphane Audran... Scénario de Luis Bunuel et Jean-Claude Carrière.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE CHARME DISCRET DE LA BOURGEOISIEJetons un laconique résumé de ce film qui est proprement inrésumable... L’ambassadeur de Miranda, un état d’Amérique du Sud, se livre à un trafic de drogue avec un groupe de bourgeois français, ses amis. Mais chaque fois qu’ils veulent se rencontrer pour dîner, une circonstance imprévue vient contrecarrer leur projet. Dans cette quête d’un repas plantureux, la réalité et les rêves de chacun des convives se mêlent, jusqu’à la dérision la plus totale.
Fin de partie d’une classe à l’agonie. Empire décadent, royaume pourri. La crise de la bourgesoisie, plus généralement de la classe possédante, la voici portée à son paroxysme, dans un feu d’artifice ravageur. Quelle violence ! Quelle beauté ! Quelle férocité dans l’humour! Et, conséquemment, quelle jubilation de tous les instants !
Ceux que Bunuel fustige ici avec une insolence grandiose sont ceux-là même qu’il a brocardés dans nombre de ses films. Ils exercent le même pouvoir, asservissent pareillement les plus faibles, sont flanqués des mêmes chiens de garde, en uniforme ou en soutane. Qu’ils fassent fortune dans le trafic de drogue, qu’ils soient protégés par un ministre de l’intérieur, autant de signes supplémentaires de la décomposition de leur monde. Fable aux limites du fantastique, épopée burlesque, apocalypse par l’humour noir, Le Charme discret... est bien l’un des chefs d’œuvre du cinéma subversif.