MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA - N°279 ( DU 4 AVRIL AU 8 MAI 2018) À TÉLÉCHARGER
couv-279.jpg, mar. 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°279 ( DU 4 AVRIL AU 8 MAI 2018) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°278 ( DU 28 FÉVRIER AU 3 AVRIL 2018) À TÉLÉCHARGER
couv-278-web.jpg, fév. 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°278 ( DU 28 FÉVRIER AU 3 AVRIL 2018) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA 277 (DU 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2018 ) À TÉLÉCHARGER
 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 277 (DU 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2018 ) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°276 ( DU 13 DÉCEMBRE 2017 AU 23 JANVIER 2018) À TÉLÉCHARGER
couv-276.jpg, déc. 2017 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°276 ( DU 13 DÉCEMBRE 2017 AU 23 JANVIER 2018) À TÉLÉCHARGER...

Avant-première exceptionnelle le vendredi 20 avril à 20h30 à Utopia St-Ouen l'Aumône en présence du réalisateur Xabi Molia ( par ailleurs réalisateur de Huit Fois Debout et des Conquérants ).

• Précédé à partir de 19h30 d'un apéritif basque ( vin Hirouleguy, Jambon, fromage de brebis et confiture de cerise noire ) en participation libre

COMME DES ROIS

Xabi MOLIA - France 2018 1h25mn - avec Kad Merad, Kacey Mottet Klein, Sylvie Testud, Tiphaine Daviot, Amir El Kacem... Scénario de Xabi Molia et Frédéric Chansel.

Du 25/04/18 au 22/05/18

COMME DES ROISUn film épatant porté par deux acteurs qui le sont tout autant ! Si on voit régulièrement sur nos écrans le jeune et décidément excellent Kacey Mottet Klein (déjà à l'affiche de Vent du Nord), c'est moins le cas pour Kad Merad, souvent associé à des comédies françaises qui font les beaux jours des multiplexes mais pas d'Utopia… Bienvenue à lui, il est parfaitement à sa place dans le cinéma chaleureux et généreux de Xabi Molia !

Kad Merad est Joseph, un escroc à la petite semaine, un roi de la débrouille à l'ancienne. Quand il ne fait pas du porte à porte pour essayer de fourguer de la piquette embouteillée dans la cave de son immeuble qu'il fait passer pour un grand cru, il se déguise en chauffagiste pour s'introduire chez une grand-mère et en profiter pour piquer ses bijoux de famille et des liasses de billets… qui se révèlent être des francs ! Un brave gars finalement, même si pas trop regardant sur la morale, qui aimerait sans doute avoir un boulot « normal » mais qui n'a pas trop le choix, acculé par son propriétaire de plus en plus pressant, prêt à envoyer des gros bras pour récupérer ses loyers impayés ou jeter toute sa famille à la rue.
Pour monter ses pauvres arnaques, il vaut mieux être deux et Joseph se fait aider par son fils Micka, qui en a marre des combines foireuses, qui se sent de plus en plus mal à l'aise dans son rôle d'assistant bonimenteur et qui voudrait intégrer une école d'acteurs à Paris…

La beauté et le charme de Comme des rois est de marier la chronique sociale et la comédie. Xabi Molia, on le sait depuis son premier film Huit fois debout, est très à l'aise dans ce mélange des registres et ici l'ironie douce amère se nourrit de l'observation lucide des situation ubuesques dans lesquelles se démènent les plus démunis, les péripéties presque burlesques n'empêchent pas les séquences bouleversantes rappelant la force des sentiments familiaux chez les exclus de tout poil.
Xabi Molia dit avoir eu l'idée de son film après s'être fait soutirer 20 euros sur le parvis de la Gare Montparnasse par un remarquable bonimenteur dont il admira le travail a posteriori. Mais il a aussi enrichi son observation en travaillant pour un documentaire sur de jeunes footballeurs d'Aubervilliers, une ville où il a rencontré des familles comme celle de Joseph, qui n'avaient rien ou si peu et gardaient néanmoins la force de se battre et d'en rire. Et dans le regard qu'il pose sur cette famille bordélique mais bougrement attachante (avec Sylvie Testud formidable en mère insubmersible), il y a toute la justesse, toute la tendresse, toute la compréhension de celui qui connaît bien les gens qu'il filme. Sans jamais oublier l'humour !