MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA - N°280 ( DU 9 MAI AU 19 JUIN 2018) À TÉLÉCHARGER
Couv-280.jpg, mai 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°280 ( DU 9 MAI AU 19 JUIN 2018) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°279 ( DU 4 AVRIL AU 8 MAI 2018) À TÉLÉCHARGER
couv-279.jpg, mar. 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°279 ( DU 4 AVRIL AU 8 MAI 2018) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°278 ( DU 28 FÉVRIER AU 3 AVRIL 2018) À TÉLÉCHARGER
couv-278-web.jpg, fév. 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°278 ( DU 28 FÉVRIER AU 3 AVRIL 2018) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA 277 (DU 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2018 ) À TÉLÉCHARGER
 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 277 (DU 24 JANVIER AU 27 FÉVRIER 2018 ) À TÉLÉCHARGER...

LES ANGES PORTENT DU BLANC

Écrit et réalisé par Vivian QU - Chine 2017 1h47mn VOSTF - avec Wen Qi, Zhou Meijun, Ke Shi, Geng Le, Liu Weiwei...

Du 23/05/18 au 05/06/18

LES ANGES PORTENT DU BLANCUne petite ville balnéaire telle qu’on peine à les imaginer en Chine. Ici tout semble un peu factice. Le sable clair, les jeux de plage aux couleurs de bonbons anglais, les fleurs en tissu trop mauve qui ornent les décorations en fer forgé sur la plage, où viennent se faire immortaliser les mariées aux robes immaculées. Ici tout est cliché. Surplombant la fourmilière humaine, une immense statue en toc, aussi kitsch que sensuelle, représentant Marylin Monroe figée dans sa plus célèbre posture, en train de retenir sa robe qui vole au vent. L’éternel féminin dans toute sa splendeur, muet, vêtu de blanc. Le blanc, la couleur de la pureté virginale qui semble relier ces femmes et même cette toute jeune fille fluette qui tournicote autour des pieds de la poupée monumentale. Mia semble une lilliputienne à côté des immenses ongles peinturlurés de la star au tragique destin. Mais la géante aux longues guibolles n’offre nul abri où se réfugier, voilà Mia après cette rapide pause qui s’en retourne pour reprendre son poste dans le motel insipide où elle accepte sans rechigner les moindres besognes.

C’est l’heure d’y remplacer sa collègue réceptionniste, elle qui sait mettre en avant ses formes, ses attraits : lèvres peintes, œil élégamment surligné, l’antithèse de Mia qui, timidement, fait tout pour passer inaperçue. D’ailleurs le premier client du soir qui arrive la remarque à peine tant elle lui paraît insignifiante. Elle ose à peine insister quand il refuse de lui confier les papiers des deux petites écolières qu’il dit être de sa famille et qu’il entraîne dans son sillage. En tout bien tout honneur, puisqu’il réserve des chambre séparées. Seulement cette nuit-là va s’avérer bien agitée et Mia apercevra ce qu’elle n’aurait jamais dû voir. Tout reste d’abord flou, incertain, comme dans un mauvais rêve. D’autant que le matin se révèle tranquille comme les autres matins… Jusqu’à ce que la police débarque et puis une avocate pleine d’empathie mais que Mia va fuir comme la peste. On va vite comprendre que la seule témoin de cette sordide affaire travaille sans papiers dans la plus totale illégalité…

On vous laisse découvrir le pourquoi du comment. La façon dont la réalisatrice dévide le fil de son histoire, laissant planer des doutes, emboitant tour à tour les pas de chaque personnage. Elle crée un univers complexe, passionnant, qui évite tous les clichés. Aucun protagoniste n’échappe à sa part d’ambiguïté. Les représentants de la loi s’avèrent capables de sombrer dans des réactions corporatistes au mépris de leur devoir. Les fillettes qui se retrouvent sur la sellette s’avèrent capables de mensonge pour complaire aux adultes, tandis que leurs parents tétanisés par le qu’en dira-t-on perdent de vue leur rôle protecteur… Tous oscillent entre l’image qu’ils aimeraient donner d’eux-même, celle qu’ils donnent et ce qu’ils sont.
Si à demi-mot les femmes se comprennent dans les moments cruciaux, elles peinent à s’entraider, prisonnières des positions étriquées que la société leur accorde, peut-être de leur manque de pouvoir. Mais aucune n’est complètement à absoudre, victime d’elle-même, bourreau des autres, tant qu’elles n’assumeront pas de faire un pas de côté salutaire vers la solidarité. La peinture de la société chinoise est sans concession. Elle ne laisse pas place aux trémolos des violons. Pourtant les enfants continuent leur route vaille que vaille, vers une indispensable résilience qui apporte une note d’espoir…