MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA - N°281 ( DU 20 JUIN AU 31 JUILLET 2018) À TÉLÉCHARGER
Couv281-web.jpg, juin 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°281 ( DU 20 JUIN AU 31 JUILLET 2018) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°280 ( DU 9 MAI AU 19 JUIN 2018) À TÉLÉCHARGER
Couv-280.jpg, mai 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°280 ( DU 9 MAI AU 19 JUIN 2018) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°279 ( DU 4 AVRIL AU 8 MAI 2018) À TÉLÉCHARGER
couv-279.jpg, mar. 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°279 ( DU 4 AVRIL AU 8 MAI 2018) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°278 ( DU 28 FÉVRIER AU 3 AVRIL 2018) À TÉLÉCHARGER
couv-278-web.jpg, fév. 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°278 ( DU 28 FÉVRIER AU 3 AVRIL 2018) À TÉLÉCHARGER...

Séance unique le jeudi 31 mai à 20h30 Utopia Saint-Ouen l'Aumône,
en partenariat avec l'association Hope n'Down, en présence d'Edouard Cuel,
le réalisateur du film (et papa de Vincent) et des membres de l'association.

VINCENT ET MOI

Edouard CUEL et Gaël BRETON - documentaire France 2017 1h20mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

VINCENT ET MOIVincent n’a jamais été tout à fait comme les autres : la faute à un chromosome en trop. Et pourtant il faut bien vivre. Mais comment vivre dans une société occidentale qui sait que vous êtes là, mais qui ne prend aucune véritable mesure pour vous aider à vous réaliser pleinement, ne comptant que sur les associations et bénévoles dévoués au soutien des personnes handicapées ? C’est la question que se sont posés les documentaristes Edouard Cuel et Gaël Breton. 
Pour y répondre, ils ont suivi le jeune homme en quête d’apprentissage, de travail et d’émancipation. Mais Vincent ne sait pas compter, a du mal à parler, est même stigmatisé par le corps enseignant (parce que vous comprenez, si on prend votre fils dans notre établissement, il va être moqué par ses camarades – entendez les gens normaux). Alors il faut se battre. Se battre pour mener une vie normale malgré le handicap, qui, comme nous le montrent Vincent et sa famille, n’a de handicap que le nom.

Car en effet, mis à part son manque de maîtrise des chiffres et sa difficulté à articuler les mots, Vincent est un jeune homme volontaire, ceinture noire de karaté, travailleur, désireux de devenir un adulte autonome et responsable. Passionné par le métier de la restauration, Vincent cherche à intégrer un lycée professionnel avec toute la bonne volonté du monde, mais se heurte bien sûr aux préjugés. Un lycée est pourtant un lieu d’apprentissage, et Vincent est un garçon intelligent et courageux, qui progresse vite.

Dans cet attachant documentaire, Cuel et Breton font preuve de patience et de persévérance, tout comme le protagoniste de leur film. Leur dispositif, très simple – longs plans fixes, quelques champ/contre-champ – n’est pas agressif et s’attache à montrer le soutien qu’apporte le monde scolaire et professionnel à Vincent plutôt que l’opposition société/handicapés, principalement illustrée en hors-champ à travers les conversations téléphoniques du père de Vincent. Vincent et moi n’est pas du tout un film didactique et moralisateur qui fustige et dénonce à tous azimuts. Au contraire, c’est un documentaire qui, tout en avertissant sur la nécessité d’aider les personnes en situation de handicap, se veut optimiste. Le handicap n’est jamais une fatalité ; et à travers son parcours scolaire et le début de sa vie professionnelle et d’adulte, le jeune Vincent dit avec les actes et le cœur : « « je ne suis ni anormal, ni une bête curieuse. Je suis un être humain, comme vous ».