MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA - N°284 ( du 31 octobre au 11 décembre 2018) À TÉLÉCHARGER
Couv-284.jpg, oct. 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°284 ( du 31 octobre au 11 décembre 2018) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°283 ( du 26 septembre au 30 octobre 2018) À TÉLÉCHARGER
Couv-283.jpg, oct. 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°283 ( du 26 septembre au 30 octobre 2018) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE DE RENTRÉE DU 15 AOÛT AU 25 SEPTEMBRE À TÉLÉCHARGER ( RÉOUVERTURE LE 15 AOÛT À 15H45)
COUV-282.jpg, août 2018 ... Lire LA GAZETTE DE RENTRÉE DU 15 AOÛT AU 25 SEPTEMBRE À TÉLÉCHARGER ( RÉOUVERTURE LE 15 AOÛT À 15H45)...

FERMETURE ESTIVALE - RÉOUVERTURE LE 15 AOÛT
vacances.jpg, août 2018vacances.jpg, août 2018 ... Lire FERMETURE ESTIVALE - RÉOUVERTURE LE 15 AOÛT...

FLEUVE NOIR

Erick ZONCA - France 2018 1h53mn - avec Vincent Cassel, Romain Duris, Sandrine Kiberlain, Elodie Bouchez, Charles Berling, Hafsia Herzi, Jérôme Pouly... Scénario d’Erick Zonca et Lou de Fanget Signolet, d’après le roman Une disparition inquiétante, de Dror Mishani.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

FLEUVE NOIROn ne saura jamais vraiment ce qui se cache derrière ce titre évocateur d’une célèbre collection de romans noirs. L’idée peut-être d’un cheminement sinueux, d’une enquête tortueuse et insaisissable comme l’eau qui coule. Ou bien l’appel du vide, du mystère et finalement de l’oubli quand le courant emporte tout dans son étreinte funeste. Noir, assurément, comme le polar dont ce film s’inspire librement. Noir comme ce personnage de flic qui coche toutes les cases (un peu trop de cases, jugeront sans doute certains) du parfait héros de roman policier : solitaire, dépressif, le cheveu triste et l’imper improbable, porté sur le mauvais whisky et les jurons sans esprit, mais doté d’une intuition qui n’a d’égale que son dévouement obsessionnel aux enquêtes qui lui sont confiées. C’est Vincent Cassel qui offre à l’inspecteur François Visconti sa gouaille usée et sa sale humeur, ses airs de vieux matou mouillé et cette démarche désarticulée qui dit mieux qu’une analyse les désillusions de toute une vie. Pour ne rien arranger à sa situation déjà pas brillante, Visconti cuve mal un abandon amoureux et se retrouve, au moment où l’on fait sa connaissance, empêtré dans une relation compliquée avec son fils qui empile connerie sur connerie, histoire de faire sentir à son flic de père qu’il a tout raté avec lui.

Quand on lui signale la disparition du jeune Dany Arnault, l’inspecteur Visconti va rapidement s’intéresser au comportement de Yan Bellaile, professeur de français et voisin du dessus qui a bien connu l’adolescent pour lui avoir donné des cours particuliers. Est-ce son ton professoral et poli, ses manières obséquieuses, ses petits pulls jacquard qui sentent l’assouplissant ou son intérêt un peu trop manifeste pour l’enquête ? Rien de bien précis, mais quelque chose lui dit que ce type est louche. Il est en certain : il lui cache des informations. Effondrée par la disparition de son enfant dont elle jure qu’elle était extrêmement proche, la mère (Sandrine Kiberlain, toujours parfaite) ne peut se résoudre à une simple fugue, comme tous semblent le croire. Pour elle, son fils a été enlevé et chaque minute qui passe ajoute à son insupportable inquiétude.
Une battue est organisée dans la forêt toute proche, recherche à laquelle Yan Bellaile participe ardemment… et Visconti s’enfonce un peu plus le long du fleuve noir de l’enquête qui piétine. Il fouille, cherche, épie, guette, boit plus que de raison et cherche à savoir la vérité comme si son sort en dépendait. Peut-être parce que quelque chose dans cette famille, le lien, l’attachement, les imperceptibles traces de l’amour filial, lui rappelle qu’il n’a pas su créer tout cela avec les siens. Pendant ce temps, le professeur de lettres s'affranchit d’un quotidien morne et répétitif, rythmé par les repas de son jeune enfant, pour s’évader dans l’écriture. C’est que l'enseignant se veut écrivain et qu’il a pour lui-même de très grands projets…

Il ne faudra, espérons-le, pas vous en dire plus pour vous donner envie de plonger dans les eaux troubles d’une histoire habilement racontée qui nous tient en haleine sans fausse note ni pas de travers. Entre Fleuve noir et The Guilty, le polar tient cet été le haut du pavé !