MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA - N°284 ( du 31 octobre au 11 décembre 2018) À TÉLÉCHARGER
Couv-284.jpg, oct. 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°284 ( du 31 octobre au 11 décembre 2018) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°283 ( du 26 septembre au 30 octobre 2018) À TÉLÉCHARGER
Couv-283.jpg, oct. 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°283 ( du 26 septembre au 30 octobre 2018) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE DE RENTRÉE DU 15 AOÛT AU 25 SEPTEMBRE À TÉLÉCHARGER ( RÉOUVERTURE LE 15 AOÛT À 15H45)
COUV-282.jpg, août 2018 ... Lire LA GAZETTE DE RENTRÉE DU 15 AOÛT AU 25 SEPTEMBRE À TÉLÉCHARGER ( RÉOUVERTURE LE 15 AOÛT À 15H45)...

FERMETURE ESTIVALE - RÉOUVERTURE LE 15 AOÛT
vacances.jpg, août 2018vacances.jpg, août 2018 ... Lire FERMETURE ESTIVALE - RÉOUVERTURE LE 15 AOÛT...

Séances uniques Vendredi 12 octobre à 20h30 (et à 22h40 : THE DISASTER ARTIST) organisées en partenariat avec la Médiathèque Stendhal de Saint-Ouen l’Aumône dans le cadre de son hommage aux Nanars du 2 au 20 octobre.

THE ROOM

Écrit, produit, interprété, réalisé par Tommy Wiseau - USA 2003 1h40mn VOSTF - avec Juliette Danielle, Greg Sestero...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

THE ROOMUn nanar qu'est-ce que c'est ? Pour aller vite, la définition la plus communément admise nous dit qu'il s'agit d'un « mauvais film rigolo ». Mais en quoi un mauvais film peut-il être drôle au point de s'en infliger la vision ? Est-ce que ça répond à un désir sadique (se moquer d'une œuvre ratée) et masochiste (endurer sciemment les pires avanies filmiques juste pour se sentir supérieur à leur auteur), tout ça à la fois ?

Et bien la réponse à toutes ces questions existentielles se trouvent dans le cas d'école présenté ce soir : The Room, de l'immarcescible Tommy Wiseau. A première vue on est loin des extra-terrestres en mousse d'un Ed Wood ou des vampirettes dénudées d'un Jean Rolin. The Room, c'est un mélodrame censé bouleverser la ménagère de moins de cinquante ans assistant aux mésaventures de Johnny, fringuant yuppie à qui tout réussit, mais honteusement trompé par Lisa, la femme de sa vie, qui entretient une liaison toxique avec Marc, le meilleur ami de Johnny. Kammerspiel fataliste délivrant une vision sombre des rapports humains, The Room dresse le portrait d'un Prince Mychkine des faubourgs de San Francisco subissant les affres de la trahison et des désillusions jusqu'à commettre l'irréparable dans un climax digne d'Hamlet. Enfin ça, c'était ce que Wiseau croyait filmer, et disons pour rester poli que le résultat fut un poil, ho, juste un poil, différent. Mais un poil de mammouth !

Voilà, c'est ça le paradoxe du nanar, un film tellement raté, tellement fou, mais qui nous renvoie le reflet de nos propres folies, nos propres échecs, et qui du coup en devient sympathique. Qui n'a jamais rêvé de devenir le nouveau Tennessee Williams, le nouveau Robert Altman, avant de convenir qu'il n'en avait pas l'étoffe ? Wiseau certainement, mais ça ne l'a pas arrêté. Son film est hallucinant d'amateurisme, enseigné dans les écoles de cinéma comme catalogue des erreurs à ne pas commettre ? Ho que oui ! Mais il a réalisé son rêve. Combien d'entre nous peuvent en dire autant ?
Voir The Room (et survivre !), c'est la voix royale vers le monde magique du nanar, un monde sans queue ni tête, parfois douloureux, mais tellement fascinant, qu'il vaut bien quelques balafres serinées à votre amour-propre. Oui, le nanar est une école de vie, et c'est pour ça qu'on l'aime !