MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA - N°284 ( du 31 octobre au 11 décembre 2018) À TÉLÉCHARGER
Couv-284.jpg, oct. 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°284 ( du 31 octobre au 11 décembre 2018) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°283 ( du 26 septembre au 30 octobre 2018) À TÉLÉCHARGER
Couv-283.jpg, oct. 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°283 ( du 26 septembre au 30 octobre 2018) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE DE RENTRÉE DU 15 AOÛT AU 25 SEPTEMBRE À TÉLÉCHARGER ( RÉOUVERTURE LE 15 AOÛT À 15H45)
COUV-282.jpg, août 2018 ... Lire LA GAZETTE DE RENTRÉE DU 15 AOÛT AU 25 SEPTEMBRE À TÉLÉCHARGER ( RÉOUVERTURE LE 15 AOÛT À 15H45)...

FERMETURE ESTIVALE - RÉOUVERTURE LE 15 AOÛT
vacances.jpg, août 2018vacances.jpg, août 2018 ... Lire FERMETURE ESTIVALE - RÉOUVERTURE LE 15 AOÛT...

HIGH LIFE

Claire DENIS - France/GB 2018 1h50mn VOSTF - avec Robert Pattinson, Juliette Binoche, André Benjamin, Mia Goth, Lars Eidinger, Agata Buzek, Claire Tran... Scénario de Claire Denis, Jean-Pol Fargeau et Goeff Cox.

Du 07/11/18 au 20/11/18

HIGH LIFENous n'avons pas vu encore le nouveau film de Claire Denis – grande cinéaste, audacieuse, inventive, sans cesse en mouvement – mais on sait déjà, après sa présentation dans plusieurs festivals internationaux, que sa vision ne va pas être un long fleuve tranquille… High life s'annonce dérangeant, impressionnant, perturbant, âmes sensibles s'abstenir…
Les premières critiques en tout cas donnent envie, pour peu qu'on n'ait pas juste envie d'un petit film de distraction tranquille.

« Attendu à Cannes, puis à Venise, et finalement vu à Toronto, le film de science-fiction de l’auteure de Beau travail a fasciné et déconcerté. A la fois expérience nouvelle (c’est la première fois que Claire Denis fait travailler ses acteurs en anglais, qu’elle s’éloigne du monde contemporain) et reprise de thèmes familiers (la violence faite aux corps, par désir ou pulsion de mort ; la lutte entre transgression et répression), High life suit la dérive d’un vaisseau spatial sordide, low-tech, sur lequel est embarquée une colonie pénitentiaire.
« Y règne une espèce de Médée des étoiles, à qui Juliette Binoche donne une stature horrifique saisissante. Elle règne sur les jeunes détenus (Robert Pattinson, Mia Goth, André Benjamin…), exécutant avec violence et cruauté un programme d’expériences sur la reproduction de l’espèce.
« Sur un rythme d’ordinaire réservé à la contemplation, Claire Denis pousse son équipage vers le néant en une série de séquences destinées à se graver de façon indélébile dans la mémoire. L’expérience n’est pas forcément plaisante, elle est souvent exaltante. » (T. Sotinel, Le Monde)

« Claire Denis préserve son intensité dans un genre qui a tout l’air d’une récréation pour elle : le space opera. Heureusement, son High life est au film de SF ce que son Trouble every day était au film de vampires – une relecture passionnante, extrême, à l’os, où la cinéaste subvertit le genre tout en en préservant l’essence. Pour citer son avant-dernier film, avec qui il partage les mêmes éclats de violence, la même antipathie punk, c’est un “les Salauds dans l’espace”, où un équipage de prisonniers est envoyé dans un vaisseau aux abords d’un trou noir pour soi-disant en exploiter l’énergie. Cette nouvelle frontière prend vite une tournure plus dépressive, psycho-sexuelle : toutes et tous sont là pour être les cobayes du médecin à bord (Juliette Binoche, transfigurée en sorcière des éprouvettes) pour des expériences sur la reproduction.
« Si Denis cite volontiers Tarkovski (Solaris) pour la SF métaphysique, High life est aussi Alien mais sans son prédateur xénomorphe, un cauchemar tout aussi organique, fait de fluides (sperme et lait maternel y coulent à gogo), d’ellipses et de scènes mémorables (Binoche dans une chambre, façon sous-sol de club échangiste, et dite de masturbation, envisagée et filmée comme un rituel). La cinéaste y cultive de manière sublime son obsession des corps et des marginaux en s’arrachant totalement à la pesanteur terrestre, avec la même classe désespérée (signalée par la partition feutrée et hantée de l’habituel Stuart Staples). Oui, dans l’espace, personne ne vous entend crier, intérieurement et littéralement, parce que la condition humaine y est réduite à sa plus simple expression : solitaire, minuscule, prête à exploser (l’esprit, comme le corps) et sans réveil de la Force. Comme repère et centre du film, il y a Robert Pattinson, de plus en plus fascinant de film en film dans sa recherche de radicalité, et qui préserve le dernier quantum d’humanité à bord en père /gardien d’une petite fille. Le voilà qui regarde béat dans le trou noir, qui se révèle, au final et au sens littéral, “le soleil noir de la Mélancolie” cher à Nerval. Et nous avec lui. » (L. Soesanto, Libération)