MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA - N°284 ( du 31 octobre au 11 décembre 2018) À TÉLÉCHARGER
Couv-284.jpg, oct. 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°284 ( du 31 octobre au 11 décembre 2018) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°283 ( du 26 septembre au 30 octobre 2018) À TÉLÉCHARGER
Couv-283.jpg, oct. 2018 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°283 ( du 26 septembre au 30 octobre 2018) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE DE RENTRÉE DU 15 AOÛT AU 25 SEPTEMBRE À TÉLÉCHARGER ( RÉOUVERTURE LE 15 AOÛT À 15H45)
COUV-282.jpg, août 2018 ... Lire LA GAZETTE DE RENTRÉE DU 15 AOÛT AU 25 SEPTEMBRE À TÉLÉCHARGER ( RÉOUVERTURE LE 15 AOÛT À 15H45)...

FERMETURE ESTIVALE - RÉOUVERTURE LE 15 AOÛT
vacances.jpg, août 2018vacances.jpg, août 2018 ... Lire FERMETURE ESTIVALE - RÉOUVERTURE LE 15 AOÛT...

LETO

(L’ÉTÉ) Kirill SEREBRENNIKOV - Russie 2018 2h06mn VOSTF - avec Teo Too, Irina Starshenbaum, Roman Bilyk, Aleksandr Gorchilin... Scénario de Kirill Serebrennikov, Lily Idov et Mikhail Idov. Festival de Cannes 2018 : Sélection officielle, en compétition.

Du 05/12/18 au 25/12/18

LETOLeto est une œuvre à la fois discrète et puissante. Chronique historique, histoire d’amour à trois, biopic sur des figures du rock russe, ode à la liberté. L’action se déroule dans le Léningrad (ex et future Saint-Pétersbourg) du début des années 80. La scène rock’n’roll soviétique est alors en plein essor, nourrie des idoles et groupes anglais et américains. Serebrennikov a reconstitué la rencontre des deux leaders Viktor Tsoi du groupe Kino, et Mike Naumenko du groupe Zoopark, disparus tous deux prématurément à 28 et 36 ans en 1990 et 1991. Au milieu d’eux, la magnétique Natacha. Autour d’eux, des dizaines, des centaines, des milliers d’âmes, aspirant à l’air libre dans l’étau soviétique de l’avant Pérestroïka.

Dans un noir et blanc doux et riche de reliefs, œuvre du directeur de la photo Vladislav Opeliants, le cinéaste témoigne des combats de ses ainés, et des parallèles avec sa Russie actuelle oppressante. Mais le film n’est pas qu’un cri, qu’une révolte. C’est aussi une ode à l’amour, via ses figures énergisantes, qu’elles soient iconiques pour certains ou pas (encore) pour d’autres. Le réalisme et les empêchements explosent par la grâce du regard sur les êtres, par l’humour qui dynamite la rigueur politique, par la fluidité de la mise en scène… […] Et par des scènes musicales oniriques épatantes, où les héros, auxquels se joint le peuple dans le train, le bus, la rue et un immeuble, chantent, dansent, courent, traversent, et défient les lois, au son des icônes rock des années 70. Et où la couleur injecte le sang neuf de l’espoir. Les excellents Teo Yoo, Irina Starshenbaum et Roman Bilyk rivalisent de charisme, dans cette chronique au brio dingue, qui devrait attendre décembre pour gagner les salles hexagonales…

(Olivier Pélisson pour BANDE À PART)