MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA - N°290 ( du 19 juin au 30 juillet 2019) À TÉLÉCHARGER
Couv-290.jpg, juin 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°290 ( du 19 juin au 30 juillet 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°289 ( du 15 mai au 18 juin 2019) À TÉLÉCHARGER
Couv-289.jpg, mai 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°289 ( du 15 mai au 18 juin 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°288 ( du 3 avril au 14 mai 2019) À TÉLÉCHARGER
couv-288-web.jpg, avr. 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°288 ( du 3 avril au 14 mai 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°287 ( du 27 février au 2 avril 2019) À TÉLÉCHARGER
COUV-287.jpg, mar. 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°287 ( du 27 février au 2 avril 2019) À TÉLÉCHARGER...

EMBRASSE-MOI, IDIOT

Billy Wilder - USA 1964 2h06mn VOSTF - Avec Dean Martin, Kim Novak, Ray Watson, felicia Farr, Cliff Osmond... Scénario de I. A. L. Diamond, Billy Wilder d'après la pièce d'Anna Bonacci.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

EMBRASSE-MOI, IDIOTOrville et Barney habitent à Climax, Nevada. L’un donne des leçons de piano, l’autre est garagiste. Tous deux composent des chansons. Un jour Dino, chanteur de charme sur le retour, s’arrête à Climax. Barney sabote sa voiture de façon à lui faire passer la nuit chez Orville, où il pourra écouter leurs compositions. Mais Orville est extrêmement jaloux de sa femme, Zelda, et Dino est un grand séducteur. Barney a alors l’idée de faire jouer le rôle de Zelda à Polly, une prostituée locale…

Ce film caustique a provoqué, à sa sortie, la colère des ligues de décence. Ce qui peut se comprendre : l'Amérique vue par Wilder est moche, vulgaire et salement hypocrite. Encore plus drôle et plus effrayant : c'est en bafouant la morale que ces êtres parviennent à échapper au ridicule. A commencer par Polly, seul personnage vraiment attachant, à qui Kim Novak prête sa sensualité innocente. Donc voici un petit chef-d'œuvre que les années ont rendu encore plus ironique, encore plus noir. A côté d'Embrasse-moi, idiot, un film comme American Beauty, prétendu caustique, semble bien fade…

Pierre Murat, Télérama