MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE DE RENTRÉE DU 14 AOUT AU 24 SEPTEMBRE À TÉLÉCHARGER
Couv-291.jpg, août 2019 ... Lire LA GAZETTE DE RENTRÉE DU 14 AOUT AU 24 SEPTEMBRE À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°290 ( du 19 juin au 30 juillet 2019) À TÉLÉCHARGER
Couv-290.jpg, juin 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°290 ( du 19 juin au 30 juillet 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°289 ( du 15 mai au 18 juin 2019) À TÉLÉCHARGER
Couv-289.jpg, mai 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°289 ( du 15 mai au 18 juin 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°288 ( du 3 avril au 14 mai 2019) À TÉLÉCHARGER
couv-288-web.jpg, avr. 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°288 ( du 3 avril au 14 mai 2019) À TÉLÉCHARGER...

MEURS, MONSTRE, MEURS

Écrit et réalisé par Alejandro FADEL - Argentine/France 2018 1h39mn VOSTF - avec Victor Lopez, Esteban Bigliardi, Tania Casciani, Romina Iniesta, Sofia Palomino, Francisco Carrasco, Stéphane Rideau, Jorge Prado... Prix long métrage international, Festival International du Film Indépendant de Bordeaux 2018.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

MEURS, MONSTRE, MEURSPréparez-vous à plonger dans un territoire sauvage et mystérieux. Le second film d'Alejandro Fadel, auteur du remarqué Los Salvajes, intrigue et brouille les cartes. À la fois polar et film d'horreur, le film nous happe dans une ambiance moite et poisseuse, servie par des images et une lumière magnifiques, par de vraies gueules d'acteurs. Les dialogues, par moment totalement décalés, apportent l'humour et le recul nécessaires pour ne pas sombrer dans la folie des personnages. Les noirs profonds de la nuit contrastent avec la lumière jaune et chaude du jour, les plans sont un régal pour les yeux. C'est ce mélange de beauté et de monstruosité qui perdure longtemps après la séance.

Dans une région reculée de la Cordillère des Andes, une jeune bergère s'effondre, au milieu de ses moutons, la gorge tranchée. Deux voitures de police sillonnent un chemin de montagne jusqu'à atteindre une ferme reculée. Les hommes découvrent rapidement la tête de la bergère au milieu des cochons. Ces deux premières scènes, saisissantes, installent le climat et donnent le ton d'emblée.
C'est l’officier de police rurale Cruz qui mène l’enquête, et très vite un homme paraît être le suspect idéal : David agit étrangement et n'a pas d'alibi. Ça ce complique quand on comprend que Francisca, l'amante de Cruz, est aussi la femme de David. Lequel est envoyé peu de temps après dans un hôpital psychiatrique : il incrimine sans cesse les apparitions brutales et inexplicables d’un Monstre. Dès lors, Cruz s’engouffre dans cette enquête tortueuse et commence a entendre une voix intérieure, obsédante, qui répète comme un mantra : « Meurs, Monstre, Meurs »…

Réflexion sur le monstre qui sommeille en chacun de nous, dénonciation du machisme de la société et des violences faites aux femmes, nous n'avons pas affaire ici à un banal film de genre. Meurs, monstre, meurs déroute et étonne par sa mise en scène planante et horrifique, jouant sur nos peurs intimes, celle de l'inconnu et de l'étranger. Alejandro Fadel convoque Cronenberg et Lynch, mais n'essaie jamais de les copier. Le film a sa propre âme, tourmentée certes, mais flamboyante. Après la vison de ce film, les images continueront de vous hanter et peut-être entendrez-vous aussi ces mots mystérieux « Meurs, Monstre, Meurs ».

« Comment contrôlons-nous, en tant que société, ce que nous ne connaissons pas ? Les formes de contrôle sur les citoyens et la surveillance policière ne cessent d’augmenter, comme nous en a averti Foucault à son époque. Elles trahissent un désir de tout contrôler, y compris la liberté, qui est aussi perçue comme une exhortation. Plus qu’un pur film d’horreur, j’ai tourné un film sur la peur de l’inconnu et sur l’angoisse que cet inconnu provoque. La peur transforme nos relations. Nous vivons, de plus en plus, dans une réalité parallèle, dans laquelle on se croit plus en contact que jamais avec les autres, alors qu’on s’isole de plus en plus. Les rituels de socialisation, comme se retrouver dans un bar ou un cinéma, ont tendance à disparaître. Cela me semble grave, car ce sont des endroits où l’inattendu est encore possible, ce qui me paraît la clé de la vie et de l’art : la manifestation de quelque chose qui vous fait sortir d’un état de calme et réussit à vous transformer… » Alejandro Faudel