MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020
UTOPIA-297 ... Lire EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020...

« Seul(e) sur une île déserte, confiné(e) avec un film » : Guillaume Brac
Guillaume Brac, réalisateur : nous avons programmé tous ses films depuis Le naufragé / Un monde sans femme (2012), Tonnerre (2014), Contes de Juillet (2018) et L’île au trésor (2018). Guillaume Brac est venu présenter ce dernier documentaire autour de la Base De Loisirs Cergy et son film Tonnerr...

Message du Théâtre de l'Usine : « En attendant de vous retrouver ! »
Chères spectatrices, chers spectateurs,Suite aux décisions prises par le gouvernement pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, le Théâtre de l’Usine reste fermé jusqu’à nouvel ordre afin de protéger la santé de chacun d’entre nous. L’ensemble des représentations programmées sont à ce jour annu...

« Seul(e) sur une île déserte, confiné(e) avec un film »
Jérôme Soubeyrand, comédien, scénariste et réalisateur que nous avons reçu en décembre 2014 pour la présentation de son film Ceci est mon corps en compagnie de son actrice Laetitia Lopez. Ceci est mon corps est mis en visionnage libre toute cette semaine (dans les films confinés, liens dans la c...

JEAN VANIER, LE SACREMENT DE LA TENDRESSE

Frédérique BEDOS - documentaire France 2019 1h29mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

JEAN VANIER, LE SACREMENT DE LA TENDRESSEIl y a eu l’Abbé Pierre, Sœur Emmanuelle ou encore Mère Teresa, et il y a eu Jean Vanier, que la réalisatrice Frédérique Bedos compare à Gandhi, lui reconnaissant même une sorte de « Sainteté ». À l’écran, on suit, en quelques photos, Jean naissant dans une famille appartenant à l’aristocratie canadienne, faisant son entrée, à 13 ans dans la marine britanique puis canadienne. Un avenir tout traçé pourrait-on croire, sauf qu’il en sort au bout de huit ans, pour entrer dans une période de recherche intellectuelle et spirituelle, sur le sens de sa vocation. C’est là qu’il écrit une thèse de doctorat en philosophie sur le bonheur d’après Aristote, c’est là aussi qu’il fait la rencontre, dans un hôpital psychiatrique aux conditions de vie lamentables, de Raphaël Simi et Philippe Seux, tous deux atteint d’un hanicap mental. Profondément touché par la détresse des deux hommes, il décide d’acheter une petite maison à Trosly-Breuil dans l’Oise et de se consacrer à aider les handicapées mentaux et les plus faibles, « humiliés, opprimés et mis de côté ». C’est le commencement, dans une incroyable précarité, de la première communauté de l’Arche.

Le film en rend compte de façon bouleversante ; la communauté va grandir et recevoir l’aide d’assistants bénévoles, jusqu’à entraîner la création de très nombreuses autres communautés dans le monde. De Bethléem en Palestine, au cœur du conflit proche-oriental, à Calcuta en Inde, la parole est donnée aux assistants dont le dévouement impressionne.
Frédérique Bedos tend le micro aux personnes handicapées pour de savoureux moments pleins de tendresse. Elle passe aussi de longs moments en compagnie de Jean Vanier, chez lui, nous faisant goûter sa parole aussi vive que captivante, nous invitant à reconnaître les dons et les enseignements précieux qu’apportent à la société les personnes ayant une déficience intellectuelle lorsqu’elles sont accueillies et aimées. Son expérience témoigne du pouvoir de l’amour, de la vulnérabilité et réoriente notre attention sur l’« être avec » et « pour » les autres. Une expérience qui n’est pas sans rappeler une phrase de Jean-Claude Carrière dans son livre Fragilité : « Nous devons préserver notre fragilité comme nous devons sauver l’inutile. L’inutile, parce qu’il nous sauve du simple calcul productif, maître du monde. Il nous permet de nous en évader, il est notre issue de secours. La fragilité, parce qu’elle nous rapproche les uns des autres, alors que la force nous éloigne. »