MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA - N°290 ( du 19 juin au 30 juillet 2019) À TÉLÉCHARGER
Couv-290.jpg, juin 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°290 ( du 19 juin au 30 juillet 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°289 ( du 15 mai au 18 juin 2019) À TÉLÉCHARGER
Couv-289.jpg, mai 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°289 ( du 15 mai au 18 juin 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°288 ( du 3 avril au 14 mai 2019) À TÉLÉCHARGER
couv-288-web.jpg, avr. 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°288 ( du 3 avril au 14 mai 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°287 ( du 27 février au 2 avril 2019) À TÉLÉCHARGER
COUV-287.jpg, mar. 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°287 ( du 27 février au 2 avril 2019) À TÉLÉCHARGER...

AVANT-PREMIERE #1
MARDI 2 JUILLET à 20h30 à UTOPIA St-Ouen suivie d'une rencontre avec le réalisateur Erwan Le Duc et de la comédienne principale Maud Wyler.
• Précédée dès 19h30 d'un apéritif vosgien en participation libre
( Charcuteries alsaciennes, Tartines de Munster fermier et Vins de Moselle )

PERDRIX

Écrit et réalisé par Erwan LE DUC - France 2019 1h42mn - avec Swann Arlaud, Maud Wyler, Fanny Ardant, Nicolas Maury... Festival de Cannes 2019 : Quinzaine des Réalisateurs.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

PERDRIXLe nouveau délégué détonnant de la Quinzaine des Réalisateurs cannoise, Paolo Moretti, était particulièrement inspiré cette année par la comédie française décalée et rurale. En ouverture, que vous découvrirez également sur cette gazette, Le Daim de Quentin Dupieux, avec Jean Dujardin qui incarne un amateur obsessionnel de vestes à frange sévissant dans les confins pyrénéens de la Vallée d'Aspe. Un film totalement déjanté où l'ex OSS 117 s'en donne à cœur joie. Perdrix, montré dans le cadre de la même Quinzaine, nous téléporte dans d'autres confins montagneux, cette fois-ci du Grand-Est, dans un village paisible des Vosges où Pierre Perdrix (Swann Arlaud, notre Petit paysan adoré), capitaine de gendarmerie de son état, traîne sa timidité maladive et son côté taciturne virant à la dépression. Un garçon bien ou mal entouré, on ne sait trop dire, vivant aux côtés de sa veuve inconsolable de mère (Fanny Ardant, désopilante), qui anime depuis son garage, telle une Macha Béranger des forêts, une émission radiophonique nocturne de conseils sentimentaux tout en recevant ses amants de passage, et de son frère Julien, géodrilologue (autrement dit spécialiste des vers de terre), qui peine à cacher sa misanthropie et qui ne parvient pas à capter l'amour de sa fille pré-adolescente (en même temps, quand on a un père géodrilogue...) qui se réfugie dans la passion du ping-pong.
La vie de Pierre Perdrix serait presque normale (encore que), n'était la présence dans les environs d'une secte de nudistes décroissants, s'attaquant à tous les symboles de la société consommation. Ils mettent ainsi la main sur la voiture de Juliette Webb, une voyageuse aussi survoltée que Pierre est (trop) calme, laquelle, en réclamant à cor et à cri que la maréchaussée retrouve son carrosse, va percuter la tranquillité et le cœur du gendarme. Alors que Perdrix ne parvient pas à formuler ses sentiments, Juliette, totalement dénuée de pudeur, clame les grands dieux qu'elle ne veut aucun attachement sentimental. On sent qu'entre ces deux-là ça ne va pas être facile...
Les rabat joie diront sans doute que le schéma des êtres que tout oppose et qui vont (peut-être) finir par s'aimer est un ressort utilisé moult fois au cinéma. Certes... Certes. Mais les deux acteurs, tout aussi bons l'une que l'autre (on insistera sur Maud Wyler, moins connue, souvent formidable dans les seconds rôles, comme dans Alice et le maire également en avant première ce mois de juillet), emportent immédiatement l'adhésion. Et Erwan Le Duc excelle dans la déclinaison de l'amour sous toutes ces formes : l'amour inextinguible de la mère de Pierre pour son mari disparu, fantôme omniprésent et fantasmé, celui souvent impossible du frère Julien pour sa fille, et bien sûr celui naissant cahin-caha entre Pierre et Louise. Et tout cela sur le mode de la comédie trépidante, enchaînant sans artifices les situations ubuesques et cocasses, où des personnages hétéroclites et hauts en couleur se croisent dans ces paysages étonnants des Vosges. Paysages souvent utilisés au cinéma pour leur côté mystérieux, voire inquiétant, et qui sont ici montrés comme un paradis luxuriant où tout est possible. On en a la preuve quand les nudistes croisent des passionnés de reconstitutions historiques de la Seconde Guerre Mondiale : ceux qui se dénudent pour pouvoir accéder selon eux à la plus parfaite vérité, et ceux qui, au contraire, vivent dans l'artifice pour se construire une autre vie...
Un petit bijou hilarant comme ce Perdrix, au cœur de l'été, on ne saurait s'en priver !