MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE N°292 ( DU 25 SEPTEMBRE AU 29 OCTOBRE 2019) À TÉLÉCHARGER
Couv-292.jpg, sept. 2019 ... Lire LA GAZETTE N°292 ( DU 25 SEPTEMBRE AU 29 OCTOBRE 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE DE RENTRÉE DU 14 AOUT AU 24 SEPTEMBRE À TÉLÉCHARGER
Couv-291.jpg, août 2019 ... Lire LA GAZETTE DE RENTRÉE DU 14 AOUT AU 24 SEPTEMBRE À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°290 ( du 19 juin au 30 juillet 2019) À TÉLÉCHARGER
Couv-290.jpg, juin 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°290 ( du 19 juin au 30 juillet 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°289 ( du 15 mai au 18 juin 2019) À TÉLÉCHARGER
Couv-289.jpg, mai 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°289 ( du 15 mai au 18 juin 2019) À TÉLÉCHARGER...

Avant-première exceptionnelle le lundi 9 septembre à 20h30 à Utopia Saint-Ouen suivie d'une rencontre autour du thème «  comment redonner la voix et le pouvoir au peuple dans une démocratie usurpée? » en présence de Danièle Obono, députée La France Insoumise, des protagonistes du film, et animée par des Gilets jaunes 95.

NOUS LE PEUPLE

Claudine BORIES et Patrice CHAGNARD - France 2019 1h39mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

NOUS LE PEUPLEÀ l'heure où nous écrivons ces lignes, alors que le gouvernement vient de plonger dans le déni de la responsabilité de la police après la mort à Nantes de Steve Maia Caniço, et que nous nous éloignons de plus en plus de l'utopie de la démocratie, le titre du film revigorant et salutaire de Claudine Bories et Patrice Chagnard – ainsi que son affiche dessinée – prend une résonance toute particulière, quelque peu douce amère. Sur l'affiche, on voit un groupe joyeusement hétéroclite juché sur les toits de l'Assemblée nationale, et un homme masqué tel un personnage de commedia dell' arte déroulant ce qui pourrait être un texte de loi.

Au départ du projet des deux réalisateurs – déjà auteurs de deux documentaires remarqués et remarquables : Les Arrivants (2009), sur le sort des jeunes migrants, et Les Règles du jeu (2014), sur les travailleurs précaires confrontés au langage managérial –, il y a le projet des « Lucioles du Doc », une association qui utilise le film documentaire comme outil de ses actions d'éducation populaire. Nous sommes début 2018, notre tout nouveau et sémillant président se donne alors des allures de réformateur à l'écoute de ses électeurs et envisage une réforme constitutionnelle ayant prétendument pour but d'impliquer plus et mieux les citoyens dans la vie politique. Les Lucioles du Doc et leurs deux animateurs Léa et Jonathan, qui travaillent conjointement avec des détenus à Fleury-Mérogis, avec des membres d'une association de femmes à Villeneuve Saint Georges et avec des lycéens à Sarcelles, ont l'idée de faire travailler collectivement les trois groupes sur la réforme constitutionnelle via des modules vidéos qu'ils peuvent s'échanger, le cinéma devenant ainsi le medium de la réflexion commune. Nous le peuple est donc la captation et la mise en abyme de ce processus qui va peu à peu devenir pour chacun des groupes et des individus qui vont y émerger le moyen d'un éveil en politique, au sens noble du terme. Et ce alors que les travaux de l'Assemblée nationale avancent au son d'une langue de bois qui ressemble de plus en plus à la musique d'un enterrement de première classe.
Ce qui est passionnant, c'est l'évolution de la réflexion tout au long du film, qui s'éloigne de plus en plus de l'éventualité vite perçue comme illusoire d'une réforme constitutionnelle pour questionner toute les préoccupations des quartiers populaires : le déterminisme social, la faillite des services publics, la discrimination économique, la répression policière au faciès… Autant de thèmes qui se retrouvent au centre des préoccupations des trois groupes, qui avaient pourtant au départ des aspirations différentes. Se dessine ainsi peu à peu ce qui sera le ferment du ressenti qu'on retrouvera quelques mois plus tard au départ de la crise des gilets jaunes, en particulier ce sentiment général du fossé de plus en plus criant entre la classe dirigeante et les classes populaires et leurs aspirations légitimes.

Avec Nous le peuple, Claudine Bories et Patrice Chagnard sont dans la continuité de leurs travaux précédents : donner la parole aux sans voix, les filmer sur la durée et faire ainsi émerger des personnalités étonnantes : un détenu philosophe masqué ; Habiba, une jeune femme qui a du mal à contenir sa colère face à la surdité du monde politique ; Fanta, une des fédératrices du quartier de Villeneuve Saint Georges…
Le travail des groupes se poursuit et se construit tout au long du film, avec une interrogation : leurs représentants, parrainés par des députés de la France Insoumise, seront-ils finalement reçus et entendus à l'Assemblée nationale par le rapporteur LREM du projet de réforme constitutionnelle ? Réponse en allant voir le film…