MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE DE RENTRÉE DU 14 AOUT AU 24 SEPTEMBRE À TÉLÉCHARGER
Couv-291.jpg, août 2019 ... Lire LA GAZETTE DE RENTRÉE DU 14 AOUT AU 24 SEPTEMBRE À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°290 ( du 19 juin au 30 juillet 2019) À TÉLÉCHARGER
Couv-290.jpg, juin 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°290 ( du 19 juin au 30 juillet 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°289 ( du 15 mai au 18 juin 2019) À TÉLÉCHARGER
Couv-289.jpg, mai 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°289 ( du 15 mai au 18 juin 2019) À TÉLÉCHARGER...

LA GAZETTE UTOPIA - N°288 ( du 3 avril au 14 mai 2019) À TÉLÉCHARGER
couv-288-web.jpg, avr. 2019 ... Lire LA GAZETTE UTOPIA - N°288 ( du 3 avril au 14 mai 2019) À TÉLÉCHARGER...

Avant-première exceptionnelle le vendredi 6 septembre à 20h30 à Utopia Saint-Ouen précédée d'un apéritif ou thé de l'amitié dès 19h30 pour fêter la rentrée, suivie d'une rencontre avec la réalisatrice et comédienne Hafsia Herzi
et la comédienne Lina Soualem, animée par le journaliste, réalisateur et écrivain Nadir Dendoune ( auteur de «  Nos Rêves de Pauvres » et réalisateur des «  Figues en Avril » )

TU MÉRITES UN AMOUR

Écrit et réalisé par Hafsia HERZI - France 2019 1h40mn - avec Hafsia Herzi, Djanis Bouzyani, Jérémie Laheurte, Anthony Bajon, Sylvie Verheyde, Samir Guesmi...

Du 06/09/19 au 24/09/19

TU MÉRITES UN AMOUR« Tu mérites un amour qui balaierait les mensonges et t’apporterait le rêve, le café et la poésie… » Poème de Frida Kahlo

Il y a douze ans, en 2007, une actrice débutante nous mettait une énorme claque. À 20 ans, elle explosait dans La Graine et le mulet d'Abdellatif Kechiche, en jeune femme prête à tout pour aider son père adoptif, ouvrier marseillais fatigué, décidé à monter un restaurant dans un vieux bateau. Elle crevait l'écran par son jeu instinctif, qui lui valut un prix à Venise et le César du meilleur espoir féminin.
Depuis, Hafsia Herzi est devenue une actrice confirmée. Mais elle avait toujours gardé à l'esprit la volonté de passer derrière la caméra. Déjà réalisatrice d'un court métrage, ayant en projet un film sur sa mère courage marseillaise, elle a, avant cela, fait le grand saut sans attendre les résultats des filières habituelles de production et de financement du cinéma français : en cassant sa propre tirelire, en rassemblant tous les amis derrière et devant la caméra qui ont accepté de donner de leur temps et de leurs compétences techniques et artistiques.
Avec ce premier film directement sélectionné par la Semaine de la critique du Festival de Cannes, Hafsia Herzi nous touche au cœur en traitant avec une force hors du commun un thème essentiel : la déchirure amoureuse. Elle y incarne elle-même Lila, qui aime encore Rémi qui vient de la quitter, tout en lui laissant quelques espoirs puisqu'il prétend avoir besoin de faire le point à l'occasion d'un voyage solitaire en Bolivie. Lors d'une première scène emblématique, Lila parcourt les rues de Paris d'une allure empressée pour débarquer chez son ancien amant, bien décidée à le prendre en flagrant délit de duplicité. Pendant tout le film, entourée d'un entourage amical disparate – avec notamment un génial copain de soirées pyjama, un peu folle sur les bords mais toujours de bon conseil, qui lui enjoint avec des arguments très imagés d'oublier le connard qui lui vrille le cerveau –, elle va dérouler toutes les étapes de la séparation amoureuse avec un pervers narcissique plus ou moins assumé.

Hafsia Herzi – dont on se demande quelle part d'autobiographie elle a pu mettre dans ce récit pour le rendre à ce point authentique – sait nous faire partager avec émotion et aussi beaucoup d'humour tous les états de son personnage : le désenchantement, la tristesse profonde, l'espoir un peu niais quand elle veut se raccrocher au moindre signe venu de l'égoïste visiblement inconséquent qui l'a pourtant laissée tomber comme une vieille serpillière, la folie douce quand elle se raccroche à un soi-disant marabout qui aurait travaillé pour Sarkozy et Carla Bruni, les rencontres plus ou moins sans lendemain avec des garçons parfois pathétiques, parfois touchants (en particulier le jeune photographe superbement interprété par Anthony Bajon, découvert il n'y a guère dans La Prière), et autres expériences sexuelles éventuellement libertines…
Au final Lila s'impose comme un personnage fort, à l'image de celle qui l'incarne et réalise le film : une femme libre, intelligente et drôle, qui se fait tout naturellement sa place de créatrice dans le monde du cinéma et qui se place sans forfanterie sous le signe de la géniale Frida Kahlo.