MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020
UTOPIA-297 ... Lire EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020...

« Seul(e) sur une île déserte, confiné(e) avec un film » : Guillaume Brac
Guillaume Brac, réalisateur : nous avons programmé tous ses films depuis Le naufragé / Un monde sans femme (2012), Tonnerre (2014), Contes de Juillet (2018) et L’île au trésor (2018). Guillaume Brac est venu présenter ce dernier documentaire autour de la Base De Loisirs Cergy et son film Tonnerr...

Message du Théâtre de l'Usine : « En attendant de vous retrouver ! »
Chères spectatrices, chers spectateurs,Suite aux décisions prises par le gouvernement pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, le Théâtre de l’Usine reste fermé jusqu’à nouvel ordre afin de protéger la santé de chacun d’entre nous. L’ensemble des représentations programmées sont à ce jour annu...

« Seul(e) sur une île déserte, confiné(e) avec un film »
Jérôme Soubeyrand, comédien, scénariste et réalisateur que nous avons reçu en décembre 2014 pour la présentation de son film Ceci est mon corps en compagnie de son actrice Laetitia Lopez. Ceci est mon corps est mis en visionnage libre toute cette semaine (dans les films confinés, liens dans la c...

LILLIAN

Écrit et réalisé par Andreas HORVATH - Autriche / USA 2019 2h10mn VOSTF - avec l'extraordinaire Patrycja Planik entourées de « vrais gens », dont le producteur du film qui joue rôle d'un méchant...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LILLIANRésumer en quelques lignes ce premier long métrage inclassable, c’est risquer de le trahir. À l’instar de son héroïne, le réalisateur s’affranchit de toutes les barrières pour nous offrir un road movie atypique, tout à fait captivant, intrigant et totalement libertaire.
Tout débute par un étrange entretien d’embauche. Lillian ne baisse pas les yeux devant son potentiel employeur, ne joue pas le jeu de la séduction, ne quémande rien, tête haute. D’emblée la jeune femme, belle et indomptable, inverse le rapport de force avec celui qui est le prototype même du mâle dominant, habitué à être supplié et à en faire ses choux gras. Sans même avoir pris la route, Lillian sort déjà des sentiers battus.

Cette première scène campe en quelques secondes ce très beau personnage viscéral et organique, qui n’a pas peur de ses hormones et n’a pas fini de nous dérouter. Pourquoi se met-elle en marche ? On n’en aura jamais l’explication verbale. On ne connaîtra que sa destination finale : elle part de New York à pied pour rejoindre sa Russie natale, comme poussée par un instinct impérieux. De bout en bout, les silences de Lillian seront plus éloquents que ses mots, laissant toute la place aux climats et aux discours ambiants, prononcés en arrière plan par d’autres. Progressivement ils s’installent en nous, jusqu’à nous faire voyager dans un univers sensoriel plus parlant que n’importe quels mots. On ne fait pas qu’observer l’Amérique profonde, on est imprégnés par son odeur, par ses pensées. Atomisés par la beauté de ses paysages grandioses, émus par ses campagnes industrieuses et pourtant pouilleuses, subjugués par sa frénésie productiviste, son indigence culturelle parfois. Nous voilà, à l’instar de Lilian, saturés de malbouffe et de mauvais sodas, abrutis par la radio qui diffuse en continu blagues limite et conseils météorologiques. « Il est temps de tondre la pelouse » nous conseille-t-on, « de sortir le barbecue, puis de le rentrer et de plier les transats ». Pendant ce temps Lilian marche, d’un pas tenace, hypnotique, insensible au soleil qui plombe, à la pluie qui transperce, à la neige qui paralyse. Ignorante de ceux qu’elle croise durant quelques instants fugaces, désormais indifférente aux rares mains tendues. Étrangère au restant de l’humanité, comme elle semble l’être devenue à elle-même. Au fil de sa progression, elle abandonnera derrière elle, comme de vieux oripeaux, ses efforts pour paraître, pour correspondre aux standards sociétaux.

Lillian incarne alors le symbole d’une liberté sauvage, cinglante, qui n’a plus de comptes à rendre aux institutions hostiles, ni aux religions qui partout placardent bienveillance, promesses d’un avenir meilleur, mais c'est toujours ailleurs, toujours pour plus tard.
L’histoire de Lillian, notre contemporaine, prend racine dans celle bien réelle d’une femme (sans doute atteinte de dromomanie, impulsion irrésistible à se déplacer) qui entreprit le même périple un siècle plus tôt et parcourut à pied des milliers de kilomètres. C’est l’histoire universelle, véridique, atemporelle, d’une migration inversée. Alors que les premiers indo-européens, il y a 30 000 ans, venaient peupler le continent américain en passant le détroit de Béring, elle fit le chemin inverse, pour un voyage sans retour.
Le travail particulier de la mise en scène, qui puise sa source dans les codes et les techniques du documentaire et a laissé une large part à la spontanéité des rencontres (beaucoup de scènes ont été tournées sur le vif), insuffle à cette fiction une part de réalisme troublant. Insensiblement, on s’attache à cette anti-héroïne, qui restera a tout jamais drapée dans son mystère, on est touchés par son courage farouche, sa force fragile. Au bout du chemin, elle nous sera aussi familière qu’une part de nous-même, qu’on ne pourra oublier.