MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020
UTOPIA-297 ... Lire EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020...

« Seul(e) sur une île déserte, confiné(e) avec un film » : Guillaume Brac
Guillaume Brac, réalisateur : nous avons programmé tous ses films depuis Le naufragé / Un monde sans femme (2012), Tonnerre (2014), Contes de Juillet (2018) et L’île au trésor (2018). Guillaume Brac est venu présenter ce dernier documentaire autour de la Base De Loisirs Cergy et son film Tonnerr...

Message du Théâtre de l'Usine : « En attendant de vous retrouver ! »
Chères spectatrices, chers spectateurs,Suite aux décisions prises par le gouvernement pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, le Théâtre de l’Usine reste fermé jusqu’à nouvel ordre afin de protéger la santé de chacun d’entre nous. L’ensemble des représentations programmées sont à ce jour annu...

« Seul(e) sur une île déserte, confiné(e) avec un film »
Jérôme Soubeyrand, comédien, scénariste et réalisateur que nous avons reçu en décembre 2014 pour la présentation de son film Ceci est mon corps en compagnie de son actrice Laetitia Lopez. Ceci est mon corps est mis en visionnage libre toute cette semaine (dans les films confinés, liens dans la c...

L'ÂME DU VIN

Marie-Ange GORBANEVSKY - documentaire France 2019 1h41mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

L'ÂME DU VINLes films documentaires sur le vin, qu'ils soient militants, qu'ils parlent des cépages oubliés, des modes de production, de petits domaines perdus ou des grandes et prestigieuses maisons sont souvent passionnants car ils mettent la lumière sur des femmes et des hommes qui le sont. C'est une fois encore le cas avec ce documentaire extrêmement soigné, très beau visuellement, qui aborde son sujet avec une grande délicatesse, beaucoup de patience et d'humilité. Un film « de néophyte pour les néophytes », comme le dit sa réalisatrice, mais un film qui enchantera aussi tous les exaltés du vin, ceux qui aiment sentir, savourer, ceux qui s'extasient sur une robe, un nez, une texture. L'Âme du vin est un film qui embrasse le temps. Comme le liquide à la teinte rouge dont il est question, tout sera ici affaire d'observation, de travail, de sensibilité, d'existence. A l'image de son titre tiré d'un poème de Charles Baudelaire, de la racine au verre, on s'approche avec douceur et respect de l'âme du vin. Un très beau voyage.

Les vins naissent de la rencontre de la terre, du ciel, et de l’homme… Chaque année, la réussite de leur millésime est une véritable épopée. Le travail de la vigne et de la cave au fil des saisons aboutit à la création de vins exceptionnels, vivants, recherchés et adulés dans le monde entier : Romanée-Conti, Gevrey-Chambertin, Chambolle-Musigny, Meursault, Volnay…
Le temps passe, mais les traditions perdurent : un héritage et un savoir qui se transmet d'une génération à l'autre. On va découvrir ainsi le parcours d'une vigne, la fabrication d'une cuvée que l'on espère millésime. Évidemment il s'agit d'un processus long qui peut sembler parfois fastidieux, pour autant le documentaire parvient avec intelligence à rendre compte de ce temps qui passe. Contemplatif, particulièrement concentré sur cette nature qui pousse et rencontre différents climats, le film restitue sans peine ce travail que l'homme accompagne.

Qu'ils soient vigneron, sommelier, œnologue, restaurateur ou encore tonnelier, tous partagent une réelle connaissance de leur domaine et nous délivrent une part du mystère qui accompagne la conception d'un vin. Et si les échanges peuvent parfois nous sembler un peu opaques, l'essentiel n'est pas à trouver dans la compréhension exacte, mais dans l'écoute du langage. Enivrés par la passion, ils récitent avec poésie une histoire : celle du vin, de son goût et de ses saveurs, de sa profondeur ou légèreté, de son caractère. C'est notamment au détour d'une scène à la fois drôle et touchante que le documentaire brille de pertinence : face à une bouteille de Chambolle-Musigny, "Les Amoureuses" datant de 1945, deux restaurateurs japonais en perdent leurs mots. Un moment unique qui montre bien la force de ce mythique liquide, véritable créateur d'émotions.