MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020
UTOPIA-297 ... Lire EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020...

« Seul(e) sur une île déserte, confiné(e) avec un film » : Guillaume Brac
Guillaume Brac, réalisateur : nous avons programmé tous ses films depuis Le naufragé / Un monde sans femme (2012), Tonnerre (2014), Contes de Juillet (2018) et L’île au trésor (2018). Guillaume Brac est venu présenter ce dernier documentaire autour de la Base De Loisirs Cergy et son film Tonnerr...

Message du Théâtre de l'Usine : « En attendant de vous retrouver ! »
Chères spectatrices, chers spectateurs,Suite aux décisions prises par le gouvernement pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, le Théâtre de l’Usine reste fermé jusqu’à nouvel ordre afin de protéger la santé de chacun d’entre nous. L’ensemble des représentations programmées sont à ce jour annu...

« Seul(e) sur une île déserte, confiné(e) avec un film »
Jérôme Soubeyrand, comédien, scénariste et réalisateur que nous avons reçu en décembre 2014 pour la présentation de son film Ceci est mon corps en compagnie de son actrice Laetitia Lopez. Ceci est mon corps est mis en visionnage libre toute cette semaine (dans les films confinés, liens dans la c...

CHUT… !

Alain GUILLON et Philippe WORMS - documentaire France 2020 1h49mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

CHUT… !Pour un film dont le titre est Chut… !, interjection que l’on entend régulièrement dans les lieux de concerts classiques, les lieux de recueillement, les salles d’examens scolaires ou universitaires et bien sûr dans les bibliothèques, bref partout où le silence est d’or, la première séquence de ce documentaire détonne. Car dans l’été francilien, on y danse, on y fait une fête endiablée, boule à facettes et tutti quanti, avec cette particularité que le dancefloor est le parvis d’une bibliothèque, en l’occurrence la bibliothèque Robert Desnos de Montreuil, en Seine Saint Denis. Car en ces temps estivaux, l’atypique lieu de lecture s’est ouverte sur l’extérieur, sur tous ses jeunes voisins plus habitués désormais aux écrans qu’aux écrits sur papier.

Tout le paradoxe et toute la saveur du film sont résumés dans cette scène d’ouverture. Dans l’imagerie collective, les bibliothèque sont les temples un peu sacrés de la lecture, de la concentration et pourtant elles sont des institutions – en tout cas les grandes médiathèques de villes populaires – qui mènent un travail acharné de médiation des publics, des lieux d’échanges et de partage où la parole se libère et se travaille.
C’est d’ailleurs attiré par une affichette annonçant un atelier de conversation que le réalisateur Alain Guillon a eu envie de s’immerger une année dans la vie de cette étonnante bibliothèque Robert Desnos. Dans cet atelier il y avait pêle-mêle une femme turque détestant la religion, un colosse serbe, un Malien à l’affût sur internet des nouvelles du pays ensanglanté par la guerre, des jeunes Ukrainiennes rivées sur leur téléphone portable : un monde en réduction se dessinait. Une Babel improbable, à l’image de la très cosmopolite Montreuil, qui se retrouvait là pour converser. Et c’est bien dans cet espace de gratuité et de rencontre, où l’on peut rester le temps qu’il faut (alors que plus que jamais on compte le temps et l’argent partout ailleurs), que se joue une vision du vivre ensemble entre gens de tous âges, conditions sociales, origines etc… Se côtoient ainsi à la médiathèque les adolescents venus travailler ensemble sur des exposés, ce qui serait probablement impossible chez eux, des retraités qui viennent trouver les journaux du jour et comblent aussi un peu leur solitude, mais aussi des gens en grande précarité qui viennent chercher un peu de chaleur, même si la bibliothèque ne peut évidemment pas apporter de solution à leur misère. Mais la bibliothèque, ce sont aussi des occasions de rencontres incroyables avec des personnalités aussi diverses que la journaliste de radio et ancienne députée Aline Pailler, la sociologue Monique Pinçon-Charlot ou le rappeur Kery James…

Le grand intérêt du film est de mettre ces moments exceptionnels, sources d’éveil culturel et politique chez les usagers jeunes ou moins jeunes, en contrepoint du travail quotidien de chacun des employés, depuis la gestion des fonds jusqu’à l’accueil assuré avec patience et intelligence par Ahmed, parfois en charge de situations difficiles.
Avant de voir Chut… !, on avait bien sûr en tête le grand Frederick Wiseman et son merveilleux Ex Libris, sur la bibliothèque publique de New York. Eh bien on peut vous dire maintenant que le film des deux réalisateurs montreuillois n’a pas à rougir de la comparaison : toutes proportions gardées, il fait la maille comme on dit ! Alors bon voyage dans ce petit bout du monde entier qu’est la bibliothèque Robert Desnos.