MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LE PROGRAMME UTOPIA 295 - DU 4 MARS AU 7AVRIL 2020 (À TÉLÉCHARGER)
Couv-296.jpg, mar. 2020 ... Lire LE PROGRAMME UTOPIA 295 - DU 4 MARS AU 7AVRIL 2020 (À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE N°295 ( DU 22 JANVIER AU 3 MARS 2020) À TÉLÉCHARGER
Couv-295-web.jpg, janv. 2020 ... Lire LA GAZETTE N°295 ( DU 22 JANVIER AU 3 MARS 2020) À TÉLÉCHARGER...

LE PROGRAMME UTOPIA 294 - DU 11 DÉCEMBRE 2019 AU 21 JANVIER 2020(À TÉLÉCHARGER)
COUV-294.jpg, déc. 2019 ... Lire LE PROGRAMME UTOPIA 294 - DU 11 DÉCEMBRE 2019 AU 21 JANVIER 2020(À TÉLÉCHARGER)...

LE PROGRAMME UTOPIA 293 - DU 30 OCTOBRE AU 10 DÉCEMBRE (À TÉLÉCHARGER)
Couv-293.jpg, oct. 2019 ... Lire LE PROGRAMME UTOPIA 293 - DU 30 OCTOBRE AU 10 DÉCEMBRE (À TÉLÉCHARGER)...

Séance unique mardi 3 mars à 20h30 à Utopia Saint-Ouen, organisée en partenariat avec le CAUE 95 (Conseil d'Architecture, d'Urbanisme et de l'Environnement du Val-d'Oise) suivie d'une rencontre autour du thème « Les jardins comme lieu d’appropriation des espaces publics par les habitants »

LE MONDE EN UN JARDIN

Frédérique PRESSMANN - documentaire France 2011 1h31mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LE MONDE EN UN JARDIN« C’était un petit jardin qui sentait bon le métropolitain… Qui sentait bon le bassin parisien. De grââce, de grâââce, Monsieur le promoteur, préservez cette grâce ».

Merci à Frédérique Pressmann de rappeler dans Le monde en un jardin que contrairement à ce que chante Jacques Dutronc, la destruction des espaces verts en ville n’a rien d’une fatalité.
Son film raconte la vie du Parc de Belleville, créé il y a vingt-cinq ans lors d’une vaste opération de rénovation urbaine. Il met en scène Gérard, le maître-jardinier, qui cultive son domaine en portant le regard très personnel de ses yeux très bleus sur le monde et la société qui nous entourent.
Gérard qui chauffe dans ses mains le bois de la vigne pour lui donner sa forme. Gérard qui plaide pour l’intégration et le lien social. Gérard qui vit comme à la campagne les quatre saisons d’un temps retrouvé à Paris. « Mais suivre Gérard n’aurait pas suffi. Ce que je voulais faire, c’est montrer comment la nature avait pris racine de manière très encadrée sur les ruines d’un quartier populaire et comment elle pouvait devenir refuge et inspirer à son tour le renouveau d’un certain lien social », explique la réalisatrice. Pari réussi. Le film se déroule sur une année pleine pour permettre au spectateur de palper l’écoulement du temps et le cycle de la nature. « C’est un huis-clos, c’est à dire que l’action se déroule exclusivement à l’intérieur des frontières du Parc, pour bien faire ressortir le côté ’modèle réduit de notre société’ que je vois dans cet espace, avec ses enjeux, ses difficultés et ses richesses », poursuit Frédérique Pressmann.

Le monde en un jardin réussit à être poétique et réaliste, utile et beau. Frédérique Pressmann laisse parler les images et les gens. Les images du Paris qui s’étale au pied de la fameuse colline sont à couper le souffle. Et c’est le Belleville d’aujourd’hui qui s’exprime à travers les habitués du jardin croisés pendant cette heure et demie. Un Belleville coloré et vivant, tantôt drôle, tantôt émouvant, toujours juste devant la caméra. Un Belleville encore très populaire même si, regrette Gérard, la « boboïsation » gagne, là aussi, du terrain.

(merci à reporterre.net)