MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LE PROGRAMME UTOPIA 298 - DU 19 AOÛT AU 29 SEPTEMBRE 2020 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LE PROGRAMME UTOPIA 298 - DU 19 AOÛT AU 29 SEPTEMBRE 2020 (À TÉLÉCHARGER)...

FERMETURE ESTIVALE
FERMETURE.jpg, août 2020 ... Lire FERMETURE ESTIVALE...

EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020
UTOPIA-297 ... Lire EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020...

« Seul(e) sur une île déserte, confiné(e) avec un film » : Guillaume Brac
Guillaume Brac, réalisateur : nous avons programmé tous ses films depuis Le naufragé / Un monde sans femme (2012), Tonnerre (2014), Contes de Juillet (2018) et L’île au trésor (2018). Guillaume Brac est venu présenter ce dernier documentaire autour de la Base De Loisirs Cergy et son film Tonnerr...

PORT DU MASQUE :

Le port du masque est OBLIGATOIRE dans les zones de circulation du cinéma et donc quand vous êtes en mouvement (entrées et sorties, toilettes, hall). Dans la salle et donc pendant la projection, le port du masque demeure RECOMMANDÉ pendant la séance. Ce qui est OBLIGATOIRE par contre, c'est la distanciation (un fauteuil libre de part et d'autre pour vous ou votre famille). Merci de votre compréhension.

WOMAN

Anastasia MIKOVA et Yann ARTHUS-BERTRAND - documentaire France 2020 1h48mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

WOMANLa matière brute est impressionnante, comme souvent chez Yann Arthus-Bertrand : des milliers d’interviews, des milliers de kilomètres parcourus pour aller aux quatre coins du globe recueillir la parole des femmes, puis enfin des heures de rushes qu’il a fallu sélectionner, monter, assembler afin que le patchwork ressemble à quelque chose qui trouve sa place au cinéma. On ose le dire : nous étions un peu méfiants face à ce projet un peu trop ambitieux, un peu trop sponsorisé, un peu trop lisse sur le papier pour nous convaincre du premier coup et on y allait un peu à reculons… On a vite ravalé nos a priori et mis dans notre poche nos idées toute faites sur un homme hautement médiatique qui a le dont d’en agacer plus d’un. Et pourtant, le résultat est là : un film intense et souvent poignant qui embrasse les problématiques, les enjeux, les difficultés mais aussi l’histoire des femmes à travers les cultures et les continents. Un film qui serait à la fois un condensé des victoires et des droits acquis autant qu’un état des lieux impeccable sur les inégalité, les injustices qui sévissent encore et tout le chemin de luttes qu’il reste à parcourir. En étroite collaboration avec des ONG des pays visités (50 pour être exact), les auteurs ont mis au point un dispositif d’interviews face caméra (près de 2000) qui recueillent la parole et captent toute la beauté, toute la diversité, toutes les couleurs et toutes les identités de cette humanité au féminin. Quel est le parcours de ces femmes ? Comment abordent-elle la question du désir, de la maternité, du travail, du vivre ensemble ? Comment vivent-elles, comment acceptent-elle leur féminité, leur place dans la société ? Quels sont leurs doutes, leurs espoirs, leurs craintes, leurs combats, leurs défaites, leurs victoires ?
Chacune avec ses mots, dans sa langue, avec son phrasé, fluide ou hésitant, joyeux ou tremblant, chacune avec son trouble ou sa pudeur, avec ses joies, ses blessures intimes, ses secrets, va se livrer. Et le résultat, loin d’être désincarné, est au contraire bouleversant et habité d’une formidable émotion. Parce qu’à travers ces milliers de visages, on lit aussi toutes les souffrances liées à la condition de ce soi-disant « sexe faible » : la maltraitance, les humiliations, les violences, l’excision, l’esclavagisme sexuel. Sans bien sûr s’attacher individuellement à ces terribles sujets, qui pourraient chacun faire l’objet d’un film tout entier, la caméra parvient toutefois à capter la force, la dignité et la singularité de ces milliers d’histoires au féminin. Engagé et authentique, plastiquement maitrisé et intelligemment mené, Woman force le respect.

« Dans la continuité de notre film WOMAN qui libère la parole des femmes et la porte à travers le monde, nous souhaitons créer l'association Woman(s) (Women On Media And News – School) dont la principale mission sera de former des femmes et jeunes filles du monde entier aux métiers des média. Grâce aux recettes du film et au soutien de nos partenaires, nous allons proposer aux femmes d’apprendre les métiers de l’image afin qu’elles puissent à leur tour porter la parole de toutes celles qui pendant trop longtemps n’ont pas été entendues dans leur pays. Ainsi le message de WOMAN durera dans le temps et aura un impact concret sur la vie des femmes. » (Les auteurs)