MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020
UTOPIA-297 ... Lire EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020...

« Seul(e) sur une île déserte, confiné(e) avec un film » : Guillaume Brac
Guillaume Brac, réalisateur : nous avons programmé tous ses films depuis Le naufragé / Un monde sans femme (2012), Tonnerre (2014), Contes de Juillet (2018) et L’île au trésor (2018). Guillaume Brac est venu présenter ce dernier documentaire autour de la Base De Loisirs Cergy et son film Tonnerr...

Message du Théâtre de l'Usine : « En attendant de vous retrouver ! »
Chères spectatrices, chers spectateurs,Suite aux décisions prises par le gouvernement pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, le Théâtre de l’Usine reste fermé jusqu’à nouvel ordre afin de protéger la santé de chacun d’entre nous. L’ensemble des représentations programmées sont à ce jour annu...

« Seul(e) sur une île déserte, confiné(e) avec un film »
Jérôme Soubeyrand, comédien, scénariste et réalisateur que nous avons reçu en décembre 2014 pour la présentation de son film Ceci est mon corps en compagnie de son actrice Laetitia Lopez. Ceci est mon corps est mis en visionnage libre toute cette semaine (dans les films confinés, liens dans la c...

EN AVANT

Dan Scanlon - film d'animation USA 2019 1h43mn - Pour les enfants à partir de 6 ans.

Du 01/07/20 au 04/08/20

EN AVANTLe dernier né de Pixar part d’un constat sans appel : dans les sociétés modernes, rien n’arrête notre course au confort. Même dans un univers peuplé de créatures légendaires – elfes, licornes, fées et autres centaures – la magie a été oubliée au profit des voitures, des appareils électroménagers et des téléphones portables. Un peu comme les humains de Wall-e (Pixar, déjà) qui avaient oublié jusqu’à l’usage de leur jambes, perchés qu’ils étaient dans leur station ultra moderne où ils n’avaient pas à bouger le moindre orteil, les créatures fantastique d’En avant ont rangé sortilèges, sorts et autres divins pouvoirs pour se mouler dans une vie pépère et disons-le carrément fade. Subsiste pourtant toujours, dans une famille d’elfes presque ordinaire, car dépourvue de figure paternelle, une croyance à la sorcellerie. Ce sont deux frères que tout sépare : un petit timide et maladroit pas très à l’aise dans ses baskets et un grand balèze bruyant, tête brûlée qui ne jure que par l’héroïc fantasy dont il est un fan inconditionnel. Tout les deux vivent dans le souvenir d’un père disparu bien trop tôt mais ils ont du mal à communiquer, comme si chacun était sur sa propre planète. Mais ils vont pourtant être réunis par l’ultime cadeau de leur père : une formule magique pouvant le faire réapparaître vingt-quatre heures. Hélas, une erreur d’incantation de Ian et seules les jambes du défunt reviennent. Bien décidés à finir ce qu’ils ont commencé, Ian et Barley se lancent en quête de la pierre magique qui leur permettra de ramener entièrement leur papa... et la magie ancestrale de leur monde. Quête initiatique sur son propre cheminement intérieur, réflexion intelligente et tendre sur le travail de deuil : les thèmes abordés dans En avant sont bien loin des niaisieries habituelles, comme si les grands studios avaient résolument pris le parti de scénaris de plus en plus aboutis, de plus en plus élaborés, avec des sujets profonds pour ne pas dire philosophiques. En cela, c’est un film qui réjouira petits et grands... ne vous méprenez pas toutefois : tous les ingrédients du divertissement façon Disney sont bel et bien là : humour, second degré, péripéties, une bonne dose d’optimisme et surtout, de la magie !