MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LE PROGRAMME UTOPIA 299 - DU 30 SEPTEMBRE AU 10 NOVEMBRE 2020 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LE PROGRAMME UTOPIA 299 - DU 30 SEPTEMBRE AU 10 NOVEMBRE 2020 (À TÉLÉCHARGER)...

LE PROGRAMME UTOPIA 298 - DU 19 AOÛT AU 29 SEPTEMBRE 2020 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LE PROGRAMME UTOPIA 298 - DU 19 AOÛT AU 29 SEPTEMBRE 2020 (À TÉLÉCHARGER)...

FERMETURE ESTIVALE
FERMETURE.jpg, août 2020 ... Lire FERMETURE ESTIVALE...

EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020
UTOPIA-297 ... Lire EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020...

Couvre-feu : toutes les séances de 20h30 sont annulées, nous faisons en sorte que les séances de 18h30/45 vous laissent le temps de rentrer chez vous avant les 12 coups du couvre-feu à 21h (modification ou suppression des bandes-annonce, lancement des films sans retard). Le port du masque est obligatoire dans tout le cinéma et également pendant la séance (en cas d'oubli, vous aurez la possibilité d'acheter un masque jetable en caisse pour 50 cts). Le principe de distanciation un fauteuil sur deux est toujours en vigueur (les groupes peuvent se mettre côte à côte, en laissant un fauteuil de part et d’autre).

AUTONOMES

François Bégaudeau - documentaire France 2019 1h52mn - avec un homme des bois, un magnétiseur, des nonnes et plein de gens qui ont décidé de vivre à leur rythme au cœur de la Mayenne...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

AUTONOMESL’homme est imprévisible et prolixe, génialement touche-à-tout. Ancien prof de français des quartiers populaires, François Bégaudeau s’est fait connaître du grand public grâce à Entre les murs, roman autobiographique inspiré de son expérience d’enseignant, adapté au cinéma en 2008 par Laurent Cantet (et palmé d'or à Cannes, tout de même). Mais notre homme, qui se déclare marxiste libertaire, a été aussi chanteur punk et fan du FC Nantes - et continue à se passionner pour le foot, tout en étant critique de cinéma, écrivain, cinéaste, régulier commentateur de l’actualité sociale et politique, auteur à succès, notamment du pamphlet jubilatoire Histoire de ta bêtise (2019, Pauvert). Cette fois, notre Tintin-sociologue-reporter a choisi de braquer sa caméra sur un territoire qui suscite généralement un intérêt plutôt réservé : la Mayenne. C’est d’ailleurs probablement parce qu'il est généralement ignoré qu’une partie des protagonistes d’Autonomes se sont installés dans ce bocage - qui a pour lui l’infini mérite d’être à l’abri des regards de la France des médias. Concrètement François Bégaudeau s’est intéressé à des gens qui, non par totale contrainte (car il y a bien sûr des jeunes chômeurs qui s’exilent dans ces campagnes par incapacité de financer un logement dans les grands centres urbains) mais par choix, ont posé ici leurs valises afin de tendre vers une forme d’autonomie et faire un pas de côté dans notre société capitaliste et consumériste.

C'est un fait, il y a eu pléthore ces dernières années de films édifiants, aussi émoustillants qu’une leçon de catéchisme, sur des gens formidables, beaux, sympathiques, et qui mettent en œuvre de merveilleuses alternatives à rebours du monde marchand. Ce qui rend passionnant l’essai documentaire de François Bégaudeau, c’est qu'il introduit, à côté d’alternatives politiques tout à fait passionnantes, des gens plus habités par des démarches spirituelles, rappelant que dans ces terroirs de l’Ouest, religion et sorcellerie faisaient – et font toujours bon ménage. Les religieuses qui s’interrogent sur le sens de leur travail manuel y côtoient un magnétiseur poupon qui soigne les bêtes de ferme par des gestes mystérieux, un adepte chamanique des tentes de sudation y croise un homme des bois survivaliste particulièrement étrange. Il sème ainsi, sans se départir d'une empathie profonde, sincère (et même un peu inattendue), une multitude de petites graines de réflexion, parfois teintées d'humour potache, interrogeant par la bande notre degré de tolérance de spectateur ayant lui aussi ses petits préjugés… Et comme ça tombe bien, le cinéma et l’art sont justement là pour ça !