MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif)

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LE PROGRAMME UTOPIA 299 - DU 30 SEPTEMBRE AU 10 NOVEMBRE 2020 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LE PROGRAMME UTOPIA 299 - DU 30 SEPTEMBRE AU 10 NOVEMBRE 2020 (À TÉLÉCHARGER)...

LE PROGRAMME UTOPIA 298 - DU 19 AOÛT AU 29 SEPTEMBRE 2020 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LE PROGRAMME UTOPIA 298 - DU 19 AOÛT AU 29 SEPTEMBRE 2020 (À TÉLÉCHARGER)...

FERMETURE ESTIVALE
FERMETURE.jpg, août 2020 ... Lire FERMETURE ESTIVALE...

EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020
UTOPIA-297 ... Lire EN ATTENDANT LA VERSION PAPIER LE PROGRAMME DE RÉOUVERTURE - DU 1ER JUILLET AU 4 AOÛT 2020...

Couvre-feu : toutes les séances de 20h30 sont annulées, nous faisons en sorte que les séances de 18h30/45 vous laissent le temps de rentrer chez vous avant les 12 coups du couvre-feu à 21h (modification ou suppression des bandes-annonce, lancement des films sans retard). Le port du masque est obligatoire dans tout le cinéma et également pendant la séance (en cas d'oubli, vous aurez la possibilité d'acheter un masque jetable en caisse pour 50 cts). Le principe de distanciation un fauteuil sur deux est toujours en vigueur (les groupes peuvent se mettre côte à côte, en laissant un fauteuil de part et d’autre).

AILLEURS

Écrit et réalisé par Gints ZILBALODIS - film d'animation Lettonie 2019 1h14mn - Pour les enfants à partir de 8 ans.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

AILLEURSAilleurs est une véritable invitation au voyage, on pénètre ici dans un univers personnel qui ne ressemble à aucun autre tout en s’inspirant ingénument de plein d’autres ! Le tout jeune réalisateur (25 ans) met directement un pied dans la cour des grands avec ce premier film, qu’il a fabriqué tout seul, de A à Z, jusqu’à s’improviser musicien-compositeur. Une prouesse réalisée non par forfanterie, mais parce que notre inconnu letton était persuadé que jamais il n’obtiendrait des financements suffisants pour ce premier long métrage s’il devait faire appel à une équipe importante. Ailleurs représente donc trois années de travail acharné, dans une ambiance quasi-monacale, pour aboutir à ce résultat bluffant, d’une fluidité impeccable. Surfant d’un style à l’autre, Gints Zilbalodis évite néanmoins tout effet patchwork, toute pédanterie démonstrative. Visible par les enfants à partir de 8 ans (pas avant), son film ravira tout autant ceux qui s’y plongeront au premier degré, avec un émerveillement de tous les sens et de tous les instants, que ceux qui voudront repérer au détour d’une séquence un clin d’œil à quelques grands cinéastes, à Magritte ou à un jeu vidéo populaire (comme Journey ou Shadow of the Colossus…) ou encore ceux qui s’amuseront à décrypter les mystères allégoriques de cette épopée initiatique.

Est-on dans un rêve, dans un cauchemar ? Au beau milieu d’un désert ocre, battu par les vents, le corps d’un jeune homme se balance au bout des suspentes de son parachute, resté coincé dans les branches du seul arbre squelettique des environs. Tandis qu’il reprend doucement connaissance, on ne peut s’empêcher de penser à un autre aviateur, celui de Saint-Exupéry… Mais ici point de Petit Prince, ni de renard, juste un impressionnant « Géant », qui pourrait tout aussi bien s’être évadé d’un film de Paul Grimault que du monde d’Hayao Miyazaki. Comment savoir si cette gigantesque forme sombre qui observe le jeune homme de ses yeux vides, qui s’en rapproche de façon inquiétante, est bien ou mal intentionnée ? De quel étrange pouvoir est-elle investie ?
Quoi qu’il en soit, quand la sombre créature se penche sur lui, comme un mauvais génie sur un berceau de nouveau né, le garçon ne demande pas son reste et se met à courir à bride abattue pour tenter de mettre de la distance entre eux… Il semble minuscule face au colosse qui lui emboite le pas en adoptant une allure certes nonchalante, mais implacable, comme mû par une injonction silencieuse ou trop sûr de son coup, comme si rien, ni personne ne pouvait en définitive lui échapper. Comme s’il n’avait pas grand effort à faire, si ce n’est celui d’attendre son heure. Notre héros, espérant trouver un abri, s’aventure sous une étrange arche toute ronde, pénètre dans un tunnel humide de verdure qui débouchera sur un havre de paix luxuriante et paisible, presque un paradis perdu où se lover, une matrice protectrice, où rien ne mal ne semble pouvoir pénétrer… Même l’étrange Titan ?

Ainsi débute ce périple, ce road-movie fantasmagorique, qui nous conduira, après une traversée du désert (au sens propre, ou figuré ?) au-delà du pays des chats en passant par celui du lac miroir. Une chevauchée fantastique peuplée de végétation exubérante, d’oasis interdites, d’animaux débonnaires, de compagnies inattendues, de noires stèles énigmatiques, de carcasses d’avions, de fruits à cueillir sans savoir s’ils sont défendus, d’une moto semblant attendre son propriétaire. Cette histoire sans parole, dépaysante, nous immerge dans un univers onirique aussi riche que minimaliste. Gints Zilbalodis manie l’épure avec élégance, jouant des aplats pour ses dessins, de boucles visuelles et musicales qui contribuent à nous transporter dans son périple intérieur, dans un état de douce béatitude.