MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 3,50 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA DU 22 SEPTEMBRE AU 2 NOVEMBRE 2021 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA DU 22 SEPTEMBRE AU 2 NOVEMBRE 2021 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA DU 18 AOÛT AU 21 SEPTEMBRE ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA DU 18 AOÛT AU 21 SEPTEMBRE ( À TÉLÉCHARGER)...

LA NOUVELLE GAZETTE UTOPIA DU 7 JUILLET AU 3 AOÛT ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA NOUVELLE GAZETTE UTOPIA DU 7 JUILLET AU 3 AOÛT ( À TÉLÉCHARGER)...

LE PROGRAMME UTOPIA 299 - DU 30 SEPTEMBRE AU 10 NOVEMBRE 2020 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LE PROGRAMME UTOPIA 299 - DU 30 SEPTEMBRE AU 10 NOVEMBRE 2020 (À TÉLÉCHARGER)...

En prémices de l'ECO FEST ( qui se déroulera les 9 et 10 octobre à Cergy )
séance exceptionnelle le mardi 5 octobre à 20h30 à Utopia Saint-Ouen l'Aumône

précédée d'un apéritif en participation libre concocté avec les bons produits de l'excellente Epicerie des Julie d'Eragny, spécialiste des produits bio, locaux et en vrac et suivie d'une rencontre avec Mélanie Antin, Doctorante à l’Université de Paris et grande voyageuse, créatrice du Blog « Les mauvaises herbes » où elle dresse des portraits poétiques et vibrants de paysan.nes qui continuent de semer des graines de résistances et de changements dans un monde trop et mal ordonné.

QUAND LES TOMATES RENCONTRENT WAGNER

Marianna Economou - Grèce 2019 1h13mn VOSTF -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

QUAND LES TOMATES RENCONTRENT WAGNERQuand les tomates bio de Christos et Alexandros rencontrent la musique de Wagner en plein champ, une énergie incroyable envahit les abords d’Elias, petit village agricole du centre de la Grèce, jusqu’alors voué à disparaître. La plaine de Thessalie a toujours été un bassin actif de l’agriculture grecque, mais aujourd’hui la crise économique a mis à mal toute activité dans la région. Les deux cousins ont décidé de consacrer leurs terres à la culture bio et de valoriser leurs produits, sur place, dans le hangar derrière la maison, avec l’aide des grand-mères du village.

Au premier abord, la question, très sérieusement posée par les protagonistes du film, interloque le spectateur : pour favoriser leur croissance, est-il préférable de leur faire écouter du Beethoven, du Wagner, du Jul, du BTS, ou de la musique traditionnelle grecque ? Et les images de nos maraîchers en herbe, chercheurs autodidactes en agronomie musicale, déployant des kilomètres de câbles à travers champs pour raccorder des enceintes qui cracheront parmi les plants des décibels de symphonies cuivrées ou de rebetiko, plantent d’emblée le décor d’un documentaire d’autant plus joyeux et poétique qu’il est ancré dans une réalité aride et caillouteuse : l’histoire d’un petit village isolé, abandonné par sa population, qui finirait de mourir doucettement dans l’indifférence générale si une poignée d’hurluberlus (pas tant que ça en fait) ne s’était vouée corps et âme à la défense d’une certaine variété de tomates, unique au monde – variété héritée, ce n’est pas rien, des voyages de Christophe Colomb. Quand les tomates rencontrent Wagner est un conte, une fable qui parle de relocalisation de l’économie, de semences naturelles, de commerce équitable, d’agriculture biologique et de commerce international, mais pour une fois sans se poser en donneur de leçons : avec un sourire et une fraîcheur extraordinaires qui donnent envie, toutes affaires cessantes, de s’expatrier à Elias pour rencontrer cette belle humanité.