MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 3,50 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA DU 22 SEPTEMBRE AU 2 NOVEMBRE 2021 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA DU 22 SEPTEMBRE AU 2 NOVEMBRE 2021 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA DU 18 AOÛT AU 21 SEPTEMBRE ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA DU 18 AOÛT AU 21 SEPTEMBRE ( À TÉLÉCHARGER)...

LA NOUVELLE GAZETTE UTOPIA DU 7 JUILLET AU 3 AOÛT ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA NOUVELLE GAZETTE UTOPIA DU 7 JUILLET AU 3 AOÛT ( À TÉLÉCHARGER)...

LE PROGRAMME UTOPIA 299 - DU 30 SEPTEMBRE AU 10 NOVEMBRE 2020 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LE PROGRAMME UTOPIA 299 - DU 30 SEPTEMBRE AU 10 NOVEMBRE 2020 (À TÉLÉCHARGER)...

LA SÉANCE DU MARDI 26 OCTOBRE À 14H15 À UTOPIA SAINT-OUEN L'AUMÔNE SERA PRÉCÉDÉE D'UNE PRÉSENTATION PAR LE RÉALISATEUR TOMM MOORE

LE PEUPLE LOUP

Tomm MOORE et Ross STEWART - film d'animation Irlande 2020 1h40mn VF - Scénario de Will Collins. Pour les enfants à partir de 7 ans.

Du 20/10/21 au 16/11/21

LE PEUPLE LOUPC’est un film que l’on attendait depuis longtemps, pour tout vous dire, depuis un an… C’est même le film qui devait faire la couverture de cette fameuse gazette de la fin de l’année 2020, celle qui n’a jamais vu le jour pour cause de fermeture des salles de cinéma en novembre. Nous craignions qu’à l’instar de bien des films, Le peuple loup ne sorte jamais sur grand écran et qu’il termine sur une plateforme, vous privant ainsi d’une belle découverte. Heureusement, nous sommes en 2021, la page n’en finit pas de se tourner et finira bien par se tourner définitivement et le film est là. Le cinéma d’animation quant à lui ne cesse de nous surprendre, parvenant toujours à se réinventer, à ouvrir de nouvelles pistes, à élargir les horizons. Comme avec Calamity, ou sur cette même gazette le magnifique La traversée, on retrouve le même amour du travail soigné, la même animation artisanale et minutieuse, la même attention apportée à l’écriture, avec un scénario remarquable d’intelligence et de précision, et des personnages charismatiques auxquels on s’attache immédiatement.. De la belle ouvrage, assurément ! Après les déjà très beaux Brendan et le secret de Kells et Le Chant de la mer, Tomm Moore et Ross Steward achèvent leur trilogie irlandaise avec cet ultime opus s’inspirant directement des contes et légendes qui ont nourri leur enfance et des paysages qu’ils connaissent par cœur, puisque l’histoire se déroule à Kilkenny, leur ville natale.

Dans cette forteresse médiévale, en l’an 1650, force fait loi. Le Seigneur des lieux n’a de cesse de vouloir étendre son emprise sur la nature avoisinante en cherchant coûte que coûte à combattre les loups qui vivent en meute depuis des siècles dans la forêt toute proche de la citadelle. Affirmer son pouvoir sur la bête, c’est asservir un peu plus le peuple, faire taire toute velléité de résistance et bannir à tout jamais du comté la magie des légendes qui bercent depuis les temps ancestraux l’imaginaire collectif. L’histoire ne le dit pas explicitement (les réalisateurs si), mais c’est aussi la lutte culturelle entre Anglais et Irlandais dont il est ici question.
La jeune Robyn, onze ans, vit avec son père, un homme modeste dont la mission au service du Seigneur est de traquer sans relâche les loups. Virevoltante, curieuse et bien plus attirée par le maniement des armes que par les tâches domestiques auxquelles son sexe et sa condition la réduisent, la gamine voudrait suivre son père au cœur de la forêt, rêvant de liberté, de grands espaces, captivée par ces fables délicieusement inquiétantes… Au cours d’une battue, elle va croiser le chemin de Mebh, étrange enfant à la crinière flamboyante. Mebh est fillette le jour et jeune louve la nuit… Elle ne le sait pas encore, mais Robyn vient de pénétrer dans l’univers magique des Wolfwalkers et elle n’est pas au bout de ses surprises… Dès lors, la menace ne vient plus des loups, mais bel et bien des hommes.

Comme dans Brendan, comme dans Le Chant de la mer, la nature est ici omniprésente et le monde animal, indomptable, mystérieux, fascine les humains autant qu’il les effraie. C’est bien de son côté que sont la sagesse et la bonté et en cela, Le Peuple loup réussit le pari de ses auteurs de vouloir toucher, par cette légende ancienne, le public d’aujourd’hui. Car écouter et respecter le règne animal, entendre ce qu’il révèle de notre arrogance – une expansion sans limite, une domination destructrice – est une nécessité qui s’impose dans cette fable celtique autant que dans notre société contemporaine. C’est un film d’animation majeur, sans doute pas visible par les touts petits car la meute peut être effrayante (même si les loups sont gentils), mais à partager en famille sans modération… avec une fin fleurie et bienheureuse qui laissera une jolie trace colorée dans tous les esprits.