MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 3,50 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA DU 3 NOVEMBRE AU 14 DÉCEMBRE 2021 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA DU 3 NOVEMBRE AU 14 DÉCEMBRE 2021 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA DU 22 SEPTEMBRE AU 2 NOVEMBRE 2021 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA DU 22 SEPTEMBRE AU 2 NOVEMBRE 2021 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA DU 18 AOÛT AU 21 SEPTEMBRE ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA DU 18 AOÛT AU 21 SEPTEMBRE ( À TÉLÉCHARGER)...

LA NOUVELLE GAZETTE UTOPIA DU 7 JUILLET AU 3 AOÛT ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA NOUVELLE GAZETTE UTOPIA DU 7 JUILLET AU 3 AOÛT ( À TÉLÉCHARGER)...

LES OLYMPIADES

Jacques AUDIARD - France 2021 1h46mn - avec Lucie Zhang, Makita Samba, Noémie Merlant, Jehnny Beth... Scénario de Jacques Audiard, Léa Mysius et Céline Sciamma d’après trois nouvelles graphiques d’Adrian Tomine : Amber Sweet et Killing and dying (recueil Les Intrus, éd. Cornélius) et Hawaiian getaway (recueil Blonde platine, éd. Seuil). Musique de Rone.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES OLYMPIADESLes Olympiades, c’est un ensemble de tours impersonnelles poussé au mitant des années 70 en lieu et place de feu la gare des Gobelins et qui domine le 13e arrondissement de Paris : une représentation possible du paradoxe de la densification (on entasse les gens sur 35 étages, par paquets de 250 à 400 logements) et de l’isolement urbains. Au siècle dernier, Alain Souchon – la référence risque de ne pas dire grand chose aux spectateurs qui ont l’âge des héros du film – en avait fait une jolie chanson triste au titre programmatique et qui colle très bien au film, Ultra moderne solitude. Les tours de béton, un peu défraîchies, surplombent la vaste dalle triangulaire bordée par la rue de Tolbiac et l’avenue d’Ivry, ses commerces, ses simili-pagodes, au beau milieu du « Chinatown » de Paris. Ce petit périmètre, amoureusement filmé dans un superbe noir et blanc – très élégant, très sobre – semble être à Jacques Audiard ce que fut Manhattan pour Woody Allen. Dans ce décor unique, il déploie son petit théâtre, sensuel et cruel, drôle parfois, des jeux de l’amour, du désir et du hasard au xxie siècle.

Émilie, étudiante précaire et délurée à Sciences Po, en questionnement communautaire, tombe malencontreusement amoureuse de Camille, son colocataire dans l’appart qui appartient encore à sa grand-mère, immigrée chinoise. Camille, prof sous-payé, sous-employé, se propose de lâcher l’Éducation Nationale pour tâter du boulot de commercial en agence immobilière et rencontre Nora. Nora qui, à la suite d’une humiliation, vient d’envoyer au diable ses études de droit (à Tolbiac) et essaie de rentrer en contact avec Amber Sweet, une « cam-girl » qui lui ressemble étrangement. Ils sont jeunes, pas vilains, ils se cherchent, se trouvent, se touchent ; ils se défont, se jalousent, se consolent, se fuient et se retrouvent… Ils sont à l’image des Olympiades, ce « quartier de mélanges » : ils viennent d’horizons sociaux, culturels, ethniques très différents, et ce n’est jamais un sujet. De jeunes adultes qui sont non pas « déclassés » comme le cinéma français aime souvent à les raconter, mais « pas encore classés ». Qui cherchent leur place dans la société, qui peinent en parallèle à s’apprivoiser et ont un rapport désorienté à des sentiments (pesants, paralysants) qu’ils s’efforcent de déconnecter de leurs relations charnelles (légères, vives, amusées). Ils sont amis, parfois amants, souvent les deux… Et on les regarde avec un bonheur pimenté tour à tour d’un peu de joie ou de tristesse, évoluer à tâtons dans les méandres de leur marivaudage moderne.

Avec ce film solaire, à mi-chemin entre la comédie sentimentale (on rit souvent, et de bon cœur) et le mélodrame, Jacques Audiard fait prendre un nouveau virage, à 180° à son cinéma. Lui offre une cure de jouvence. Le revivifie. Au diable cette fois les scénarios aux intrigues solidement ficelées, les stars de cinéma et les mises en scène millimétrées : Les Olympiades est un film en liberté, élégant mais sans affèteries, qui fait la part belle à un quarteron d’acteurs à peu près inconnus, extraordinaires de fraîcheur et de sincérité. Aux côtés de Lucie Zhang et Makita Samba, radieuses découvertes, la seule connue, Noémie Merlant (vue entre autres dans Le Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma, ici co-scénariste), est magnifique. Avec beaucoup de douceur et de générosité, le film les conduit dans l’apprivoisement du sentiment amoureux à l’ombre des tours, qui perdent de leur froideur impersonnelle au fur et à mesure que les cœurs se réchauffent. C’est une formidable réussite.