MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 3,50 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 309 DU 11 MAI AU 21 JUIN 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 309 DU 11 MAI AU 21 JUIN 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 308 DU 6 AVRIL AU 10 MAI 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 308 DU 6 AVRIL AU 10 MAI 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 307 DU 2 MARS AU 5 AVRIL 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 307 DU 2 MARS AU 5 AVRIL 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 306 DU 26 JANVIER AU 1ER MARS 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 306 DU 26 JANVIER AU 1ER MARS 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LES VOISINS DE MES VOISINS SONT MES VOISINS

Anne-Laure DAFFIS et Léo MARCHAND - film d'animation France 2021 1h30mn - avec les voix de Valérie Mairesse, Élise Larnicol, François Morel, Arielle Dombasle, Olivier Saladin, Didier Gustin... Pour les enfants à partir de 8 ans.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LES VOISINS DE MES VOISINS SONT MES VOISINSTruculent, pétillant… avec un zeste Prévert ! C’est sans doute le petit côté « cancre » assumé des réalisateurs qui y fait penser. On ne serait pas étonné, dans leur univers de tous les possibles, de voir les porte-plumes devenir oiseaux, ou de croiser un petit ramoneur de rien du tout et une bergère légère pourchassés par le méchant Roi Charles 5 et 3 font 8 et 8 font 16 de Takicardie… S’il se situe dans notre merveilleux monde moderne, ce film est truffé de références amoureuses au cinéma de la grande époque, que l’on pourra s’amuser à repérer pour le plaisir : Tati, Demy, Benigni, Fellini, Commencini… Que des noms en « i » ? Que nenni, il y aussi du Cocteau et puis surtout, surtout, il y a « Picasso », un chien plus taquin et philosophe que bien des humains, en tout cas plus dégourdi que l’olibrius qui se croit son maître. Vous le devinez déjà, ce petit bijou baroque, aux multiples niveaux de lecture, est plus fait pour les grands enfants et les adultes que pour les trop petits. C’est un régal d’animation drôlatique, tonique, poétique, d’une grande liberté de ton, de style, qui ne se laisse pas museler par les préconçus et l’auto-censure. Tout à fait libertaire et réjouissant, il fait du bien au cœur, aux zygomatiques et aux neurones. Alors foncez, venez ! Après cela vous verrez Pôle Emploi tout à fait différemment et vous découvrirez enfin la vérité vraie sur la mort de Lady Di !

Mais revenons à notre Picasso et à son tatillon de maître : Trouducou, ingénieur en Sudoku ! Eux qui se croyaient partis pour aller goûter le grand air frais des hauts pâturages et compter les moutons à la belle étoile… les voilà coincés dans une vulgaire cage d’ascenseur au pied d’un escalier ! Fin de l’ascension, début de la dégringo-rigolade… pour notre plus grand bonheur ! Ce duo infernal, expert dans l’art de la chamaille, servira de fil conducteur pour relier entre elles une foultitude d’histoires loufoques et tendres. S’ils ne sont pas à l’endroit rêvé pour observer la grande ourse, le spot est imprenable pour découvrir l’humanité insensée et bigarrée qui fait vibrer le vieil immeuble dans lequel ils sont désormais piégés. Dans le désordre, on y découvrira un ogre édenté, désespéré de ne plus pouvoir manger d’enfants (quoi que…) ; une voisine latine à la belle poitrine amatrice de flamenco et flanquée de deux mômes volubiles ; une gardienne portugaise au grand cœur ; un vieil esseulé habitué à parler dans le vide de sa vie, qui s’éprendra d’une paire de candides guibolles ; ou encore un magicien italien à grande gueule mais un brin bras cassé qui transformera son assistante furieuse en véritable femme tronc…

Le décor est planté, bigarré, excentrique, cosmopolite, mais aussi follement romantique. Un condensé de vie atemporel qui pourtant ne se prive pas d’égratigner notre époque de surconsommation intense qui monnaie de fausses fééries. Il ne reste plus qu’à se laisser porter par ce foisonnement inventif servi par un patchwork de techniques qui vont du dessin faussement naïf au rarissime « écran d’épingles » en passant par des photos, de la vidéo, du découpage, du collage… Et pour couronner le tout, il y a ces voix, ces incroyables voix, car un soin particulier a été apporté au jeu des acteurs, à la bande son… Tant et si bien que, sitôt sorti à regret de la salle, on y retournerait bien pour un deuxième tour…