MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 3,50 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 309 DU 11 MAI AU 21 JUIN 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 309 DU 11 MAI AU 21 JUIN 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 308 DU 6 AVRIL AU 10 MAI 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 308 DU 6 AVRIL AU 10 MAI 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 307 DU 2 MARS AU 5 AVRIL 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 307 DU 2 MARS AU 5 AVRIL 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 306 DU 26 JANVIER AU 1ER MARS 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 306 DU 26 JANVIER AU 1ER MARS 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

RED ROCKET

Sean BAKER - USA 2021 2h08mn VOSTF - avec Simon Rex, Bree Elrod, Suzanna Son... Scénario de Sean Baker et Chris Bergoch.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

RED ROCKETDans la catégorie loser même pas gentil, voire plutôt bad guy, Mikey Saber se pose un peu là ! Quadragénaire beau gosse mais sans le sou, il revient de Los Angeles où sa carrière hollywoodienne dans le porno a tourné court, et le voilà de retour à Texas City, port pétrolifère pas folichon du golfe du Mexique, la queue basse (c’est de circonstance vu son ancien métier), avec juste un marcel sur le dos et quelques dizaines de dollars en poche, sans trop savoir où se poser. Sans vergogne (ce qui sera sa ligne de conduite tout le long du film), il va frapper à la porte de son ex-compagne depuis longtemps oubliée, dont on comprend vite qu’elle est une ancienne partenaire de tournage désargentée, qui vit avec sa mère addict aux antidouleurs.

La dame ne semble pas ravie des retrouvailles mais finit par céder aux manœuvres de séduction de Mikey, ainsi qu’à ses promesses financières (qui n’engagent que celle qui les écoute) de participation aux frais quotidiens. Le bougre va redevenir un petit dealer local, approvisionnant les jeunes désœuvrés du coin et les ouvriers de la raffinerie. Malgré son ex-femme qui retrouve bien malgré elle des sentiments pour lui, il va se laisser foudroyer d’amour par une petite vendeuse rouquine de donuts, à peine sortie de l’adolescence mais passablement délurée, sorte de Baby Doll texane, qu’il va tout de suite imaginer comme future star du cinéma X, dont il pourra tirer profit.
Aussi amoral et exécrable que soit le personnage, Sean Baker et son atypique acteur Simon Rex (lui même brièvement acteur X dans sa jeunesse, avant de devenir présentateur MTV, acteur dans trois épisodes de la parodie horrifique Scary movie et rappeur célèbre) parviennent à rendre Mikey aussi pardonnable et drôle que pathétique, tant son ingénuité adolescente, son optimisme démesuré dans un avenir improbable, son sans-gêne et son baratin inépuisable (les dialogues aux petits oignons sont particulièrement savoureux) apparaissent déconcertants.

Tout comme dans Florida project, son précédent film, qui faisait le portrait de personnages laissés pour compte dans un motel miteux en marge de l’immense parc de Disney World, Sean Baker brosse avec un humour corrosif cette Amérique que l’on soupçonne un peu trumpienne (l’action se déroule pendant l’été 2016 des élections), avec des personnages secondaires désopilants, comme ce faux vétéran totalement foireux qui monnaie ses prétendus faits de guerre, tout en se laissant entrainer par Mikey. Mais surtout Baker a un talent fou pour mettre en scène les espaces incongrus, comme il l’avait fait dans Florida Project, avec ici les maisons de guingois des rednecks texans, qui passent leurs journées dans l’été caniculaire et poisseux sur des canapés tanqués à l’extérieur, dans des jardins minables quand ce n’est pas sur un bout de trottoir, à quelques mètres de l’immense raffinerie, ou ce magasin de donuts surchargé de couleurs posé au milieu de rien. Les plans de Baker pourraient être des sortes de détournements dégénérés des tableaux de Edward Hopper, où l’Amérique de carte postale en aurait pris un sacré coup. On en redemande !