MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 3,50 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 313 DU 26 OCTOBRE AU 6 DÉCEMBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 313 DU 26 OCTOBRE AU 6 DÉCEMBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 312 DU 21 SEPTEMBRE AU 25 OCTOBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 312 DU 21 SEPTEMBRE AU 25 OCTOBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 311 DU 17AOÛT AU 20 SEPTEMBRE 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 311 DU 17AOÛT AU 20 SEPTEMBRE 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 310 DU 22 JUIN AU 26 JUILLET 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 310 DU 22 JUIN AU 26 JUILLET 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

À PLEIN TEMPS

Écrit et réalisé par Eric GRAVEL - France 2021 1h25mn - avec Laure Calamy, Anne Suarez, Geneviève Mnich, Cyril Gueï, Agathe Dronne...

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

À PLEIN TEMPSElle pourrait faire les jeux olympiques, Julie, en athlétisme, épreuve du 400 mètres haies. Beaucoup de haies, beaucoup d’obstacles. Car à la voir ainsi courir, de la première paupière levée le matin à l’effondrement horizontal le soir, on ne peut que constater qu’elle a l’étoffe d’une championne : endurance, obstination, souffle, cadence et une très grande capacité d’adaptation. S’adapter… vaste projet, celui de toute une vie en fait quand on est une mère solo qui travaille et élève ses deux gamins. S’adapter quand elle a fait le choix de mettre sa carrière entre parenthèse pour être mère à temps plein. S’adapter ensuite pour retrouver un job compatible avec son quotidien. Puis il a urgemment fallu s’adapter quand le compagnon avec qui elle avait décidé d’acheter une maison en banlieue – le calme, le petit jardin, c’est mieux pour les enfants – s’est barré sans demander son reste, et surtout pas la garde alternée.

Ce matin-là n’échappe pas à la règle : un important mouvement social s’est déclenché dans les transports en communs et Julie va devoir, dès l’aube, s’adapter, se débrouiller pour aller, coûte que coûte, travailler, car même si elle aurait aimé aller à la manif, elle ne peut pas se permettre de louper une demi-journée. Heureusement, Julie a de la ressource : une voisine sympa qui lui garde ses petits et les amène à l’école, deux jambes en mouvement, un cerveau qui carbure à 200 à l’heure et un sourire large et pétillant, son meilleur allié.
Ce matin-là, une fois encore, tout est sous contrôle et elle arrive à peu près à l’heure dans le palace parisien où elle est première femme de chambre. Le temps de badger, d’enfiler sa tenue impeccable, d’esquiver l’énième coup de fil de sa banquière qui doit « absolument lui parler », de tirer à quatre épingles le chignon de rigueur… et la journée de boulot peut commencer… La sienne a déjà débuté depuis plusieurs heures mais à partir de maintenant, au moins elle sera payée.
Est-ce la fatigue de ces temps de trajets sous stress, ou bien cette sensation désagréable qu’elle doit sans cesse quémander : l’aide à la voisine, la pension alimentaire à l’ex négligent, un petit aménagement de planning aux collègues ? A moins que ce ne soit ce travail ingrat dans l’ombre des fortunés… Julie en a ras le bol, sa claque, plein les baskets : il est temps pour elle de changer. Temps de reprendre les rennes et relever la tête, de chercher un nouveau travail, de retrouver le monde de l’entreprise et quitter celui des lingettes et des aspirateurs. Pour cela il lui faudra passer des entretiens, s’absenter, s’arranger, mentir. Autant dire du stress en plus…

Volontairement tourné au plus près de Julie, son souffle court de mère au bord de la crise de nerfs, ses yeux cernés, son corps fatigué par le mouvement perpétuel, À plein temps a des allures de thriller : le rythme, la musique et ce vrai suspense du quotidien qui raconte comment la vie d’une mère active ressemble parfois à celle de Jason Bourne. Ne pas rater un train, réussir à relancer la chaudière avant la douche, monter à 23h15 un trampoline dans le jardin pour la fête d’anniversaire du lendemain, courir sur le pavé en tailleur et talons hauts… C’est peu de dire que Laure Calamy porte le film de bout en bout, formidable dans un rôle moins fantaisiste que ceux qui l’ont rendue populaire. Grâce à elle, à son énergie, à sa conviction, à son engagement total dans le rôle, on s’attache autant à Julie dans la mégalopole parisienne qu’à Antoinette dans les Cévennes.