MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 3,50 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 311 DU 17AOÛT AU 20 SEPTEMBRE 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 311 DU 17AOÛT AU 20 SEPTEMBRE 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 310 DU 22 JUIN AU 26 JUILLET 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 310 DU 22 JUIN AU 26 JUILLET 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 309 DU 11 MAI AU 21 JUIN 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 309 DU 11 MAI AU 21 JUIN 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 308 DU 6 AVRIL AU 10 MAI 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 308 DU 6 AVRIL AU 10 MAI 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

AVANT-PREMIÈRE DE L'ÉTÉ #2 LE MERCREDI 6 JUILLET À 20H30 À UTOPIA SAINT-OUEN

AS BESTAS

Rodrigo SOROGOYEN - Espagne / France 2022 2h17mn VOSTF - avec Denis Ménochet, Marina Foïs, Luis Zahera, Diego Anido... Scénario d’Isabel Peña et Rodrigo Sorogoyen.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

AS BESTASCet incroyable thriller, haletant, tendu comme l’arc d’un maître du kyudo (discipline traditionnelle japonaise), confirme le talent éclatant de Rodrigo Sorogoyen, réalisateur espagnol qui s’offre avec ce nouvel opus une passe de trois impressionnante, puisque As Bestas vient après les formidables El Reino (2018) et Madre (2020) – déjà co-écrits avec Isabel Peña –, programmés et ardemment défendus dans nos salles. Autre confirmation d’importance, celle de l’acteur français Denis Ménochet, qui nous a durablement marqués avec ses rôles diamétralement opposés dans Jusqu’à la garde (2017) de Xavier Legrand et Grâce à Dieu (2018) de François Ozon, et que vous pourrez voir également sur cette gazette dans le Peter Von Kant du même Ozon, pour lequel il incarne cette fois l’alter ego fictif de Rainer Werner Fassbinder. C’est l’été Ménochet !

Il est ici Antoine, un quinquagénaire français qui, avec son épouse Olga, a décidé depuis un bout de temps et au hasard de ses pérégrinations de s’installer dans une ferme de Galice, cette région pauvre et isolée du Nord Est de l’Espagne, afin d’y pratiquer une agriculture responsable tout en retapant des bâtiments abandonnés et contribuer ainsi à l’éventuel repeuplement du village, victime comme tant d’autres de l’exode rural. On pourrait penser que le couple a été accueilli à bras ouverts et s’est bien intégré dans cet endroit qui a besoin de trouver un nouveau souffle, un nouveau dynamisme, mais la réalité est plus sombre : une méfiance naturelle d’une partie des locaux vis à vis des étrangers a créé un antagonisme délétère et un conflit d’intérêts divergents va faire déraper la situation. Antoine et Olga s’opposent à l’installation d’éoliennes qui permettraient une rentrée d’argent conséquente pour tous les habitants du village. Entre le gain immédiat pour des gens qui ont toujours vécu très chichement et le respect des paysages prôné par deux Français qui croient avoir trouvé ici leur paradis sur terre, deux logiques irréconciliables vont s’affronter. Tout spécialement entre le couple et deux frères souvent violents et alcoolisés, les inquiétants Xan et Lorenzo. Peu à peu, aux réflexions ironiques mais inoffensives à l’unique café du village vont succéder les insultes et les menaces, puis les sabotages, puis les agressions… dans une tension qui va graduellement s’installer.

Sorogoyen orchestre avec une maîtrise confondante la montée de l’inquiétude, qui vire à la terreur au fil de la vindicte de plus en plus explicite des autochtones – aux États-Unis, on dirait les Rednecks. Mais Sorogoyen se garde bien de condamner sans appel ces paysans oubliés de la modernité, qui vivent misérablement sur quelques hectares de terre hostile et qui voient dans la manne financière – à leur échelle en tout cas, c’est bien une manne – que leur offre l’installation des éoliennes un moyen d’améliorer leur pauvre quotidien. Leurs motivations profondes sont respectées, ainsi que leur opposition viscérale à ces voisins étrangers qui risquent de les priver de cet argent au nom de leurs principes. Même si évidemment la haine et la violence ne sont jamais cautionnées – elles sont même montrées dans toute leur bassesse.

On sent chez le réalisateur une fascination pour ce monde rural qui n’a pas bougé durant des décennies, comme dans cette puissante scène d’introduction montrant des « aloitadores » dressant des chevaux à la manière ancestrale, luttant avec eux, les immobilisant jusqu’à ce que l’animal accepte docilement que sa crinière soit taillée.
Dans ce film de confrontation et d’obstination, Denis Ménochet livre une performance exceptionnelle, tout en force marmoréenne inflexible et en colère rentrée. Dans la deuxième partie qu’on ne vous dévoilera surtout pas, c’est au tour de Marina Fois, remarquable elle aussi, d’incarner sans violence une détermination froide et implacable.