MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 3,50 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma :)Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de ...

LA GAZETTE UTOPIA 313 DU 26 OCTOBRE AU 6 DÉCEMBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 313 DU 26 OCTOBRE AU 6 DÉCEMBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 312 DU 21 SEPTEMBRE AU 25 OCTOBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 312 DU 21 SEPTEMBRE AU 25 OCTOBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 311 DU 17AOÛT AU 20 SEPTEMBRE 2022 ( À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 311 DU 17AOÛT AU 20 SEPTEMBRE 2022 ( À TÉLÉCHARGER)...

COMEDY QUEEN

Sanna LEVEN - Suède 2022 1h33mn VOSTF - avec Sigrid Johnson, Oscar Töringe, Anna Bjelkerud, Camila Bejarano Wahlgren... Scénario de Linn Gottfridsson d’après le roman jeunesse de Jenny Jägerfeld, La Reine de la comédie. Pour les enfants à partir de 12 ans.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

COMEDY QUEENSasha, du haut de ses 13 ans, n’a qu’une idée en tête : devenir une reine du stand-up et faire rire. D’abord faire rire sa meilleure amie, aussi douce et discrète que Sasha est bouillonnante et impulsive. Puis faire rire ses camarades de classe et tout particulièrement cette bande de chipies qui la toisent de haut et ne manquent jamais de lui balancer une petite vacherie dans le dos. Mais surtout faire rire son paternel, qui a perdu l’usage de ses zygomatiques depuis que les larmes ont envahi son quotidien. Il faut dire que la vie leur a joué, à Sasha et à son père, un sale tour de cochon en les privant de la personne qu’ils aimaient le plus au monde : pour lui une compagne, pour elle une maman.

On dit que le deuil est un mécanisme de cicatrisation et que la mort, inéluctablement, fait partie de la vie. On dit aussi des trucs du genre « la vie continue », « ce sont les choses de la vie », « la vie est plus forte que tout », « les morts vivent en nous » et blablabla… Des trucs bien plus facile à dire qu’à vivre. Alors Sasha s’y prend comme elle peut, avec ses armes à elles : une bonne dose de colère et une puissante envie de balancer au monde ses anecdotes et ses blagues, et qu’importe finalement si elles tombent complètement à plat, si elle est la seule à trouver ça poilant, si personne ne comprend ses jeux de mots. L’adolescence est l’âge de tous les mises en danger. Certains roulent très vite sur leurs mobs, d’autres sautent (surtout les Marseillais) du haut de la corniche Kennedy ou boivent et fument trop. Sasha, elle, a choisi le stand-up, le « comique de scène », cet art oratoire où l’humoriste, seul sur scène, sans accessoire et sans décor, prend l’auditoire à témoin pour raconter des anecdotes de sa vie et le faire rire avec. C’est sa manière à elle de conjurer le sort, d’exorciser dans un style qui n’est pas toujours du meilleur goût certaines de ces idées noires propres au tumulte adolescent et à sa propre situation. Mais pour faire du stand-up, il faut un public… et justement, il se trouve que l’oncle adoré de Sasha travaille dans un bar qui reçoit régulièrement des artistes de ce genre… Youpi !

On voit à l’œuvre dans Comedy queen un mauvais esprit réjouissant et une énergie à fleur de peau qui parviennent à donner au film le juste ton, dans une alchimie tendre, ni trop sucrée, ni trop acide. C’est un film sur l’adolescence, oui, c’est un film sur le deuil, oui, et si bien des scènes sont bouleversantes tant elles décrivent intensément la sensation abrupte du chagrin lié à la perte, d’autres, tout aussi nombreuses, déclenchent un éclat de rire complice. Et la jeune actrice Sigrid Johnson est absolument épatante. Alors « comedy », oui, même si le sujet est grave, et « queen », sans aucun doute !