MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 3,50 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 315 DU 18 JANVIER AU 21 FÉVRIER 2023 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 315 DU 18 JANVIER AU 21 FÉVRIER 2023 (À TÉLÉCHARGER)...

LA GAZETTE UTOPIA 314 DU 7 DÉCEMBRE 2022 AU 17 JANVIER 2023 (À TÉLÉCHARGER)
     ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 314 DU 7 DÉCEMBRE 2022 AU 17 JANVIER 2023 (À TÉLÉCHARGER)...

30237
Et voilà, Vidéo en Poche c’est fini, le compteur s’arrête à 30237 copies vendues sans DRM sur clés USB ! À bientôt dans le cyberespace indépendant et surtout IRL dans les salles de cinéma :)Le 30 novembre à minuit, Vidéo en Poche a tiré sa révérence et retourne dans sa bouteille de ...

LA GAZETTE UTOPIA 313 DU 26 OCTOBRE AU 6 DÉCEMBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 313 DU 26 OCTOBRE AU 6 DÉCEMBRE 2022 (À TÉLÉCHARGER)...

MAESTRO(S)

Bruno CHICHE - France 2022 1h30mn - avec Yvan Attal, Pierre Arditi, Miou-Miou, Caroline Anglade, Pascale Arbillot... Scénario de Bruno Chiche, Yaël Langmann et Clément Peny, d’après le livre de Joseph Cedar.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

MAESTRO(S)Dans la famille Dumar, je demande le père. François arrive dans la dernière ligne droite de son parcours artistique. Il a connu la gloire, la reconnaissance, collectionné les disques d’or et mené une brillante carrière internationale dont il peut être fier. Il n’a plus rien à prouver à grand monde… à part peut-être à lui-même. Car secrètement, il lui manque quelque chose. La dernière pièce à son illustre tableau de chasse, la cerise sur son gâteau, l’ultime récompense : la direction de la Scala. Il y a ensuite le fils, Denis, qui a suivi naturellement (quoique), les pas de son père et qui est lui aussi chef d’orchestre. Denis est plus discret, plus tourmenté et moins exubérant que François, il a grandi dans l’ombre d’un maestro et pas des moindres : un père autoritaire et souvent absent. Mais il a fait son chemin, avec son style, sa sensibilité et il commence à entrer lui aussi dans la lumière. Il est aujourd’hui au sommet de son art… et la victoire de la musique qu’il vient de recevoir, il la savoure avec un petit goût particulier, celui de la revanche d’un fils que son père a toujours un peu rabaissé.
Car on comprend vite qu’entre ces deux hommes, il y a beaucoup de distance, de non-dits, de blessures enfouies qui voudraient se murmurer mais que la puissance de l’orchestre symphonique a étouffé depuis de nombreuses années. François a beau s’en défendre, prendre l’air détaché de ceux qui ont acquis la sagesse avec les années, il est jaloux de son fils, de sa modernité, de son talent singulier.
Mais un coup de fil va tout changer. C’est le directeur de la Scala. Sa décision est prise, il a choisi le nouveau chef pour la prochaine saison et c’est un Dumar. Un Dumar chef d’orchestre… oui mais lequel ?

Portée par de très belles et longues séquences de concert, Maestro(s) parvient à restituer toute la force émotionnelle de la musique classique. Il réjouira en cela tous les mélomanes. Mais vous l’aurez compris, il s’agit surtout d’une formidable confrontation d’acteurs dont la rencontre électrique produit des étincelles. Si Pierre Arditi en fait parfois un peu trop, c’est aussi que son personnage est lui-même une vraie figure de cinéma : mégalo, tonitruant, extrêmement exigeant, il dirige son monde d’une main de fer, sans état d’âme et sans vraiment se soucier des sensibilités des autres. Face à lui Yvan Attal impose sa présence avec beaucoup de délicatesse et d’humour. Mais la réussite de ce film tient aussi dans la belle brochette de seconds rôles. Miou-Miou d’abord, trop rare au cinéma, mais surtout Pascale Arbillot qui incarne l’ex de Denis et son impressario. Et puis il y a le fils de Denis, grand ado un peu mollasson mais doux et tendre comme un agneau, qui apprend à Denis que les rapports père-fils peuvent être simples, complices et sans enjeux de rivalité. En avant la musique !