MON C.E. ROULE POUR UTOPIA

METTEZ VOTRE PUB
DANS LA GAZETTE !


NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7,50€
CARNET D'ABONNEMENT : 55€ (10 places, non nominatives, non limités dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Groupe ( >30p.) : 3,50€
TARIF étudiants, lycéens, collégiens, demandeurs d'emploi, bénéficiaires du RSA : 4,50€ (sur présentation d'un justificatif). PASS CAMPUS : 4 euros. Paiement CB, Chèque ou Espèces.

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

LA GAZETTE UTOPIA 328 DU 19 JUIN AU 30 JUILLET 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 328 DU 19 JUIN AU 30 JUILLET 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 327 DU 15 MAI AU 18 JUIN 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 327 DU 15 MAI AU 18 JUIN 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 326 DU 10 AVRIL AU 14 MAI 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 326 DU 10 AVRIL AU 14 MAI 2024...

LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024
  ... Lire LA GAZETTE UTOPIA 325 du 28 FÉVRIER AU 9 AVRIL 2024...

Soutenez Utopia Palmer

Séance unique le vendredi 16 juin à 20h30 à Utopia St-Ouen l'Aumône suivie d'un échange et d'une dégustation en participation libre d'une sélection de vins nature ( dont certains de vignerons du film ) choisis par notre ami Stéphane de la Cave à Riton de Vauréal.

LA RÉVOLE NATURE, de la vigne au verre

Aline GELLER - documentaire France 2023 1h33mn -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

LA RÉVOLE NATURE, de la vigne au verreÀ la lecture de ce titre, je vous vois venir, lectrice et lecteur taquins, voire persifleurs. Vous vous dites que le rédacteur a dû, par conscience professionnelle excessive, abuser de la dégustation de vin nature pour préparer cette chronique et oublié par la même un t à révolte. Eh bien non petit·e insolent·e, remballez vos railleries, la révole est un mot qui existe bien et désigne dans une région bien précise – et chère à notre défunt dessinateur préféré Siné –, le Beaujolais (coucou et respect à nos vignerons préférés, les Lapierre), la fin des vendanges et les agapes qui l’accompagnent.
Après cette mise au point orthographique autant que sémantique, parlons donc du sujet du film. Si vous aimez un chouia le pinard, le jaja, le pousse-au-crime, le jus de la treille, la liqueur bacchique… peut-être avez vous vu en 2018 ce film réjouissant qu’était Wine calling, portrait d’un groupe enthousiasmant du Roussillon – ou disons de Catalogne Nord si on veut ne pas froisser les indépendantistes locaux – qui, sur les contreforts magnifiques descendant vers la Méditerranée, s’était installé pour produire du vin dont on pourrait dire que la composition unique si on devait la stipuler sur l’étiquette serait : raisin, point. Oui, le vin nature, c’est simple : c’est d’abord un vin produit à partir de raisins cultivés sans aucun intrant chimique, nourris uniquement de soleil et de nutriments apportés par le sol et sa chimie naturelle ; et c’est ensuite un vin qui, lors de sa fabrication, n’a pas vu de rajouts ou très peu, notamment pas de soufre destiné à le stabiliser. Ce qui fait de lui un vin dont on peut s’enivrer sans mal de tête du lendemain – alors que, si on abuse de Saint-Émilion bien chargé en souffre, on peut se réveiller le lendemain avec la sensation d’avoir sur le crâne le poids de Gérard Larcher… D’où au passage cet attrait du vin nature chez les amateurs asiatiques, parce que, cruauté de la génétique, ceux-ci semblent plus sensibles que les Européens aux conséquences du soufre…

Dans Wine calling, il est question d’une aventure humaine mais aussi musicale, tous ces joyeux gaillards et gaillardes étant fans de musique qui se joue fort, voire de punk. La Révole nature commence dans la même ambiance par une séquence de vendange au son du death metal qui, au cas où vous auriez fait une petite nuit, aura tôt fait de vous réveiller ! Le film nous emmène ensuite dans la Mecque annuelle du vin nature, l’événement qui est au milieu ce que la Fête de l’Humanité est à Gérard de la section PC de Bondy, ou à Aurélien, 17 ans, amateur de boue et des Wampas : la Dive Bouteille à Saumur. Ça se passe dans le cadre magnifique des caves troglodytes Ackerman où chaque année 200 vignerons venus de toute l’Europe, (jusque de Géorgie où on fait du vin depuis 8000 ans) rencontrent amateurs et professionnels. C’est Sylvie Augereau, vigneronne, caviste et journaliste, qui a créé l’événement et c’est elle qui nous guide dans ce monde très divers au rythme des agapes (nous sommes quand même dans un terroir proche de celui qui vit grandir Rabelais).
Le film, habilement pédagogique, nous présente différents personnages très divers voire opposés, montrant que le vin nature est autant l’affaire de spéculateurs qui font monter les prix, que d’émiratis et de gens du cinéma qui se baladent en avion privé, ou que de pionniers punks et décroissants comme l’incroyable Patrick Desplats, défricheur de parcelles de forêts, amateur de vieux chemins qui vit dans une modeste cabane au plus près de ses vignes et fait vieillir ses vins merveilleux dans des amphores enterrées. À cause de ce film, votre serviteur n’a qu’une obsession : filer en Anjou rencontrer cet extraordinaire personnage.